La vie rêvée d’avant

Omicron, trois petits tours et puis s’en vont ? par JCD

Les variants et sous-variants sont désormais plus rapides à émerger que les articles du blog. Difficile de suivre la cadence ! En trois ou quatre mois, nous aurons en effet vu naitre et disparaître 2 vagues : Delta, puis Omicron.

Et dans la famille Omicron, le BA1.1 a supplanté dès janvier le BA1, créant ainsi une vague dans la vague, un peu plus haute et longue que ce qui avait été prévu. Le taux R0 du BA1 se situe aux environs de 10.

Quelques enseignements (rassurants ou inquiétants) à tirer de cette vague et de son accélération en particulier : le séquençage n’arrive pas à suivre. Quasiment pas de données publiques en France (comme dans beaucoup de pays, malheureusement, d’ailleurs), sur la montée en puissance de BA2 par exemple. Le séquençage permet notamment de calculer l’avantage de transmissibilité d’un variant donné versus le variant suivant. L’illustration de cette course étant la fameuse courbe en S de remplacement d’un variant par un autre.

  • Ceci est un vrai handicap pour anticiper au plus tôt (et donc au mieux) ‘le coup d’après’.

Les méthodes de lutte actuelles les plus efficaces (vaccination et confinement pour prendre les plus emblématiques) pour contenir une nouvelle vague ne peuvent plus, désormais, être utilisées en curatif mais seulement en préventif. En effet, omicron est passé en 1 mois de 0 à 500 000 cas par jour. Or le délai d’efficacité d’un confinement est d’environ 3 semaines. De même, en 1 mois, on vaccine 20% de la population (Nième dose) ce qui n’est pas suffisant pour freiner significativement et rapidement le virus.

  • Il est fortement souhaitable que les prochaines souches, si elles restent encore sur des Reffectif très élevés, soient de moins en moins meurtrières car les mesures les plus efficaces deviennent trop longues à mettre en place si on ne peut pas les anticiper.

Les recontaminations par un nouveau variant ainsi que les contaminations de gens vaccinés sont en forte augmentation (x3 ou x4 pour les vaccinés par exemple) ce qui illustre la baisse d’efficacité des vaccins dans le temps.

  • Au gré des vagues, nous allons, pour l’instant, d’immunité collective précaire en immunité collective précaire. Jusqu’à ce qu’un variant finisse par rester suffisamment stable ?

Une note plus positive, enfin : la virulence de omicron BA1 est plus faible (environ -70% pour ce qui est des entrées en réanimations) ce qui a créé un réel décalage entre le nombre de cas (près de 400 000 en moyenne hebdo au pic de fin janvier) et l’impact sur l’hôpital (sous tension mais pas débordé). Un scénario qui se rapproche de la fameuse grippe, donc.

  • Peut-être les prémices d’un état endémique, prédit par certains, pour cette maladie ?

Où en est-on aujourd’hui ?

Le nombre de cas descend aussi vite qu’il est monté. Les 100 000 cas en moyenne mobile ont été franchis à la baisse Jeudi dernier et le Reffectif est descendu sous 0,6. Du jamais vu depuis Juin 2021, voire depuis le confinement de Novembre 2020. Cette semaine verra donc la barrière des 50 000 cas tomber. (Rappelons-nous : 50 000 cas, début décembre, nous paraissait être un plafond infranchissable !).

On gardera quand même un œil sur BA2 voire BA3, avec le peu d’informations disponibles, pour confirmer qu’il n’y aura pas de soubresaut dans les courbes dans les prochains jours (BA2 semble plus rapide et un peu plus virulent donc méfiance).

Moyenne mobile 7 jours du nombre de cas comptabilisés.

Et pendant ce temps-là, l’hôpital se vide.

De 3 000 lits aujourd’hui les réanimations devraient descendre en dessous de 1 500 lits mi-mars pour « l’anniversaire » du 1er confinement puis arriver ensuite, (enfin !) à descendre en-dessous des 1 000 lits (chiffre plus atteint depuis l’été 2020. Attention à BA2 néanmoins).

Idem pour la barrière des 1 000 entrées/jour à l’hôpital qui devrait être atteinte d’ici fin février (vs 3 000/j au pic il y a quelques jours).

Simulation du nombre de lits occupés en réanimation

A noter aussi que la simulation des lits en réanimation (calée sur les chiffres réels d’entrée en réa) est plus pessimiste que la réalité. Ceci met en évidence une baisse d’environ 10% de la durée moyenne du séjour en réanimation avec omicron, moins virulent que delta.

Alors, à quoi s’attendre ensuite ?

Un nouveau variant, fort probablement, puisque depuis deux ans nous étrennons une nouvelle lettre grecque tous les 6 mois ! …Ou bien encore omicron ?

En janvier, la presse britannique bruissait en effet d’informations indiquant une possible reprise d’omicron cet été (sans saturation de l’hôpital). Il fallait donc en avoir le cœur net.

Les données glanées ici et là permettent de voir que l’efficacité vaccinale (2 doses) contre l’infection baisse avec le temps. Cette baisse se fait de manière exponentielle :

En bleu, diminution de l’efficacité vaccinale 2 doses contre le variant delta au cours du temps (ex : 30% de perte d’efficacité au bout de 100 jours). En pointillés orange : une modélisation (étonnamment parfaite !) par une simple exponentielle

Toutes choses égales par ailleurs (autant dire que ceci est une hypothèse très hasardeuse !), j’ai donc appliqué à omicron ce même « vieillissement » de l’effet vaccinal sur la troisième dose (sachant qu’omicron part de 75% d’efficacité vaccinale juste après la troisième dose, donc on est déjà plus bas que pour le delta au départ).

Le résultat est sur la courbe verte un peu plus haut dans cet article : reprise d’omicron autour de juin. L’immunité collective patiemment acquise va petit à petit disparaître pour laisser remonter omicron (si pas de nouveau variant d’ici là).

Bien évidemment, le calendrier et l’amplitude du mouvement sont très indécis 4 ou 5 mois à l’avance car il y a beaucoup de facteurs d’influence positive ou négative (arrivée du printemps puis de l’été, relaxation des mesures/évolutions de la politique sanitaire…). Mais la tendance est là. Difficile d’y échapper.

Ceci pose donc à nouveau la question de la stratégie sanitaire d’ici là : peut-on ‘tout ouvrir’ rapidement sans crainte. C’est par exemple la stratégie danoise, anglaise voire espagnole.

Faut-il y aller plus doucement ? C’est le choix de la France pour le moment. Avec toujours en ligne de mire un élément important : plus une vague démarre de ‘bas’ (cas, hospitalisations…), plus elle est gérable car elle permet de mieux anticiper (‘Buying time’ comme disent les Anglo-saxons).

L’évanescence de l’effet vaccinal (protection contre l’infection et contre les formes graves aussi) peut ainsi devenir critique si un redémarrage a lieu cet été, d’autant plus que la 3ème dose des ainés/des plus fragiles date de fin 2021. Inévitablement, le sujet de la 4ème dose va donc resurgir. Tout comme le sujet des vaccins adaptés à omicron. Comme on l’a vu plus haut, le temps de réaction ne laissera pas beaucoup de marge de manœuvre, même si un redémarrage omicron sera a priori toujours plus simple à gérer (car remontée observable via lente remontée du Reffectif) qu’un nouveau variant.

Restons vigilants après la relaxation des mesures qui ne manquera pas d’arriver !

L’envie d’une dernière descente, par Philippe Brouard

J’ai réouvert les calculs sur la période du printemps 2020 : tout a commencé un 18 février avec 12 cas officiels. On ne s’attendait pas à ça ! Je dis qu’il y a comme l’envie d’une dernière descente parce que la fatigue est partout. Fatigue des calculs, fatigue des courbes, fatigue des mesures contraignantes, fatigue des mauvaises nouvelles, … et je ne parle pas de la fatigue des soignants. Pour maintenant, c’est une bonne nouvelle ! Il n’y a pas de doute concernant la belle accalmie sur le front sanitaire. Un gros coup de frein sur la transmission du virus est survenu, c’est raisonnable de penser que ça va continuer. On enclenche le frein moteur et on redescend de la montagne.

Selon le simulateur, Reffectif est estimé vers 0,5 et c’est exceptionnellement bas. Pour les calculs à venir, je garde cette valeur, avec les trois scénarios habituel, stable, remontée ou même encore à la baisse. En cas de remontée, l’estimation pour rejoindre 1 serait vers le 1er mars.

Evolution du cumul de cas positifs au SARS-CoV-2 en France, données Santé publique France et simulateur CT avec trois hypothèses d’évolution dans les jours à venir.

En conséquence, à autres réglages constants, le calcul de prolongation des courbes hospitalières permet d’apprécier la baisse de charge.

Occupation des services hospitaliers pour covid-19 France, données Santé publique France et simulateur CT.

Concernant les décès, le nombre quotidien a été fort ces dernières semaines en raison du pic de charge hospitalière. L’accalmie se profile aussi de ce côté, ça va certainement baisser dans les jours à venir.

Cumul des décès hospitaliers liés à la Covid 19 en France, données SPF et simulateur CT

Une remarque sur les ehpad et EMS : la vague omicron a impacté ces établissements de façon un peu plus forte que prévu (selon la précédente projection, on se situe sur la trajectoire haute alors que toutes les autres courbes sont sur la trajectoire basse). Vu du côté du simulateur CT il semblerait que ça soit lié à la plus grande transmissibilité du variant omicron, car l’évolution plus forte du nombre de cas positifs détectés se retrouve presque mécaniquement dans l’évolution du nombre des décès.

Cumul des décès dans les EHPAD et EMS liés à la covid-19 France, données Santé publique France et simulateur CT.

Pour finir, regardons l’évolution de l’indicateur sur la durée moyenne de séjour hospitalier (avant retour à domicile) et celui de la létalité hospitalière.

Durée moyenne de séjour hospitalier et létalité hospitalière, comme estimé en conséquence des calculs du simulateur CT

On constate que la létalité a baissé avec l’arrivée du variant omicron, mais pas de façon spectaculaire, se situant vers 11 %. La covid-19 reste une maladie qui n’est pas anodine lorsqu’elle se transforme en cas sévère. La durée moyenne de séjour est comparable à celle lors du pic de la vague hivernale en novembre 2020. Cette durée devrait commencer à remonter avec le déclenchement de la fin de vague… qui sera la dernière, allez on y croit !

Le début de la fin, par Daniel Le Breton

Tout semblait bien se dérouler au début de l’hiver: une vague supposée courte, très haute et un pic attendu début janvier. Patatras, une deuxième lui a succédé, et probablement une troisième. La simulation globale donne ceci :

Contaminations journalières (données SPF)

Les critères sanitaires utilisés pour la gestion de l’épidémie concernant l’hôpital avant tout, en voici l’évolution en y superposant les données pour les personnes hospitalisées spécifiquement pour covid (pour information) :

Hospitalisations

NB : je n’utilise que quatre gaussiennes à la fois, ce qui explique que ça ne colle pas tout à fait au début de certains graphiques (en bas à gauche). Dans mon décompte, la dernière vague porte le numéro 7 : Wuhan, puis le « vison français » selon l’IHU de Marseille, l’hivernale scélérate, la vague alpha, la delta estivale, puis la vague delta automnale et enfin celle des trois omicron.

La hauteur des pics renseigne sur la sévérité des variants et ce serait donc BA2 si c’est bien lui dont il s’agit, car j’arrive parfois à substituer deux courbes log normales en lieu et place de trois courbes normales (les gaussiennes), le plus sévère ramené à la hauteur du pic des contaminations correspondantes. On observe le même phénomène pour les présences en soins intensifs et pour les décès, BA2 serait le plus létal des trois et la progression entre les  variants correspond à une dégradation de la situation (virus de plus en plus létal, d’un facteur 3 entre les extrêmes). Comme quoi il faut se méfier des tendances générales, la létalité augmente vers la fin et il pourrait bien y avoir plusieurs causes.

Personnes en soins intensifs
Décès

A coté le variant delta serait en moyenne 3 fois moins contaminant, mais enverrait presque 8 fois plus en soins intensifs (3,5 fois plus à l’hôpital) et serait un peu plus de 4 fois plus létal qu’omicron.

Sur le papier l’épisode épidémique se termine vers le 20 mars, ce sera moins net que cela dans la réalité car les courbes vont s’étaler sur la fin (c’est la limite de la représentativité des gaussiennes). Alors disons fin mars voire début avril pour la disparition quasi complète de l’épisode épidémique en faisant une cote mal taillée et en mettant un cierge pour qu’aucun nouveau variant ne s’annonce quelque part dans le monde. Faudra-t-il donc attendre tout ce temps pour en finir avec les mesures sanitaires d’exception ? C’est là que l’intérêt politique rejoint celui de la médecine radicale : on pourra toujours trouver un critère qui permette d’attendre le plus longtemps possible. Je vous laisse deviser sur l’usage systématique du mot « lever » et non « supprimer » par les représentants du pouvoir en place en parlant des mesures d’exception.

Trois critères principaux sont évoqués aujourd’hui avant de lâcher les fauves :

  • 1000 à 2000 personnes en soins intensifs,
  • un taux d’incidence bas ce qui veut dire 50 quand on écoute les médecins piliers des plateaux de télévision (le fameux 5000 contaminations par jour).
  • plus aucune déprogrammation nulle part en France. Voilà un joli critère pour lequel on ne dispose d’aucune information vérifiable, sans oublier le fait qu’en hiver on a toujours des déprogrammations. C’est un critère parfait pour conserver la maîtrise des horloges et pour nous prendre pour des billes.

En fait les chiffres devraient être bas dès le début du mois de mars. La barre des 1 000 personnes en réanimation, qui représente le point bas entre deux vagues hivernales (c’est la moitié moins en été), aurait lieu début mars (le 4 selon les simulations). C’est le critère retenu pour enlever le masque en intérieur. Pour mi mars, on peut donc cocher la case sans trop se risquer de se méprendre. 

En ce qui concerne le taux d’incidence de 50, taux qu’on a pu observer en octobre dernier, on notera d’abord qu’il représente moins de 2% de la valeur du pic. Ca donne une idée de la sévérité du critère qui n’avait jamais été employé jusqu’ici. A la sortie du confinement de l’automne 2020, on était à 100 de taux d’incidence. Avec les simulations actuelles on rencontrerait cette valeur de 50 début mars (3 ou 4), que ce soit avec les données SPF ou celles de Geodes. Donc même en tablant sur une descente ralentie vers la fin, on peut supposer l’avoir atteinte avant fin mars, période annoncée de son obtention par ses promoteurs. On va bien voir si l’ironie de l’histoire va prendre le dessus, malgré des critères plus que sévères on les obtiendra peut-être avant fin mars. Sauf le dernier concernant les déprogrammations qui est malléable à souhait et on peut le dire, parfaitement inique. On peut attendre la Saint Glinglin pour avoir un critère prenant en compte le poids psychique (donc médical également) des restrictions, mais c’est secondaire, ça ne fait pas de morts visibles à court terme.

Parmi les pays européens la France apparait timorée pour s’autoriser un relâchement qui pourrait nuire à la campagne électorale qui s’annonce si la situation se mettait à dériver du mauvais coté de la plaque, sait-on jamais. On nous connait bien plus hardis pour dépenser l’argent qu’on n’a pas.

Prêts pour la prochaine ? On va bien voir ce qui se passe d’abord dans l’hémisphère sud qui va entrer en saison froide, ça va être intéressant. Ce sera l’occasion de vérifier l’efficacité des vaccins adaptés à omicron.

Daniel Le Breton

  1. Ldx dit :

    Merci à vous trois pour vos analyses.
    On croise les doigts avec vous pour une sortie espérée de cette crise qui n’a que trop duré.

  2. Framboise31 dit :

    Mille mercis!
    J’ose espérer que tout ce travail d’analyse, de synthèse, de rédaction, servira de modèle aux jeunes journalistes, et donnera quelques complexes aux plus anciens…

  3. Joe dit :

    Merci et bravo pour cette mise à jour complète.

    Avez-vous comparé vos courbes et simulations avec ce qui se passe au Royaume Uni, Danemark, ou autre pays?

    Je m’attendais à une appréciation sur l’efficacité du pass vaccinal. Sa mise en place a-t-elle eu un impact?

    Enfin, serait-il possible de comparer tant l’occupation des lits en hôpital que les décès avec une année de forte grippe? Cela a fait l’objet d’échanges dans les précédents blogs, le suivi de ce point, avec la rigueur que vous démontrez, permettrait d’avoir des éléments factuels à fournir à ceux qui minimisent l’impact du virus.

    Merci

  4. fabien63 dit :

    toujours super interessant

  5. Daniel Le Breton dit :

    Bonjour Joe

    Pour ma part j’ai quelques courbes, le plus souvent uniquement les contaminations. On peut faire un point rapide:
    • L’Autriche est sur un plateau descendant et ne va pas tarder à basculer
    • L’Allemagne suit l’Autriche avec un peu de retard, mais c’est la même configuration
    • Le Danemark vient de dépasser un pic double (deux bosses) et les chiffres de contamination descendent maintenant. Ils sont désormais en retard par rapport à la France. Est-ce lié au fait qu’ils ont relâché les restrictions très tôt, ça reste une hypothèse plausible mais difficile à vérifier.
    • Les Pays Bas sont en milieu de descente
    • L’Italie en est presque aux trois quarts de la descente comme la France

    Dans le cas du Royaume Uni je regarde également les données hospitalières disponibles. Les contaminations sont aux trois quarts de la descente, et ils ont actuellement moitié moins d’hospitalisés que la France après avoir eu un pic de contaminations deux fois plus petit. Ils devraient retrouver leur point bas de personnes en lits ventilés début mars (c’était alors au printemps 2021). Coté décès ils rencontrent une stabilisation en milieu de descente (à 150 décès par jour), peut-être est-ce l’effet déjà évoqué des bouts de chaîne de transmission, il faudrait vérifier la moyenne d’âge des personnes concernées.

    Je laisse à JCD le soin de commenter le point de l’efficacité du passe, mais si vous suivez les débats de la Commission d’enquête sénatoriale, il n’existe aucune justification scientifique chiffrée disponible (dixit Pasteur).

    Pour la comparaison avec la grippe il n’existe pas de données aussi précises qui soient facilement accessibles, en tout cas je n’en n’ai pas trouvé. Il est probable que Pasteur fera cette comparaison a posteriori, enfin je l’espère. Dans le contexte actuel (forte vaccination), la vague des omicrons a fait un score de décès digne de celui d’une grippe.

    • Gabillard Gilbert dit :

      Bonjour,

      concernant la Grande Bretagne que je suis attentivement, je constate qu’ils ont relaché les contraintes plus tôt
      et semblent avoir eu un nombre significativement moindre de cas. ce qui contraste avec le désastre de leur première vague. Aussi je m’interroge. Est ce que la durée de la protection vaccinale ne dépendrait pas des vaccins ? Contrairement à nous Astra Zeneca a été massivement employé, chez nous mis à la poubelle pour des raisons plus médiatiques que médicales. Faut-il en voir une cause ? Je le pense mais manque de données por cela.
      Cordialement

      Gilbert

      • Whynot dit :

        @Gilbert
        Astra Zeneca a surtout été mis à la poubelle chez nous en raison du tollé que les rares mais plus fréquents effets indésirables vs les vaccins ARNm ont déclenché chez les jeunes surtout. Il y a donc un peu de médical à la base, et ensuite effectivement ça a été médiatique.
        Et aussi, le fait que les « commandes groupées » de l’UE étaient principalement tournées dès le début vers les premiers agrémentés en UE, c’est-à-dire les vaccins ARNm.
        Il me semble (à vérifier) que la baisse d’efficacité est similaire pour le vaccin Astra, voire même en défaveur de celui-ci.
        En tout cas, la levée des restrictions plus précoce est aussi liée au fait que leur dernière vague était avant la nôtre, beaucoup moins haute, en partant de moins haut.
        Je parle sous le contrôle de DLB qui suit bien plus précisément la situation UK ^^

      • Daniel Le Breton dit :

        @ Gilbert

        On ne peut que spéculer en parlant des vaccins, le cas britannique est atypique avec 4 vagues successives de delta sur la période été / automne avant de voir les omicrons. Ont-ils acquis une plus grande immunité, c’est possible. Ils ont été les précurseurs du rappel et ils ont utilisé l’ARNm pour cela me semble-t-il

  6. Jean-Loup dit :

    Toujours aussi intéressant, même si le parti pris idéologique de la 2de partie est particulièrement insistant.

    Un peu dommage de verser dans le «On peut attendre la Saint Glinglin […]» ; «Sauf le dernier [critère] concernant les déprogrammations qui est malléable à souhait […]».

  7. Fred dit :

    Merci à vous trois pour ce nouveau chapitre.

  8. Whynot dit :

    Bonjour à tous,

    Merci encore à vous 3 pour votre engagement, et merci DLB pour les compléments ci-dessus en réponse à Joe.
    Comme Jean-Loup, je déplore (gentiment hein, ce n’est pas une accusation) que l’analyse finale se teinte un peu d’éléments un poil plus subjectifs que le restant du contenu 😉
    Torts partagés : la faute au virus qui nous enquiquine depuis trop longtemps et qui pousse à l’expression du « y’en a marre », la faute à notre gouvernement et sa communication toujours défaillante, la faute à nous zot’ intervenants sur le blog d’avoir de plus en plus paré les commentaires de « politique » au fil des semaines.

    Concernant l’efficacité du pass vaccinal, il me semble évident que c’est très difficilement démontrable ou réfutable scientifiquement, voire même impossible puisqu’il ne s’agit pas d’un objet scientifique…

    Les prochaines semaines vont être intéressantes à suivre, tant sur le plan purement sanitaire (altération de la couverture vaccinale, apparition ou pas de nouveau variant, rebond ou pas d’omicron, beaux jours qui arrivent chez nous mais qui repartent de l’hémisphère sud) que sur le plan de la gestion politique de sortie de crise, pour le moment frileuse et prudente certes, mais qui me paraît teintée d’une volonté de maîtrise calendaire… Après les voisins pour faire « au mieux », avant l’échéance printanière pour mieux convaincre de la réussite de la stratégie… Le timing est serré, tout va s’accélérer très rapidement !

  9. Daniel Le Breton dit :

    Je reconnais volontiers ne pas faire dans le politiquement correct, et je déplore l’absence de réaction des média quand ce genre d’argument à la limite de l’honnêteté intellectuelle leur est présenté. Donc effectivement, je me suis un peu défoulé sur le sujet. On ne peut pas non plus définitivement écarter le politique pour se cantonner dans les chiffres, car cela impacte notre vie quotidienne. Tant qu’on n’a pas vu de dégâts occasionnés par les confinements chez ses proches, on ne se sent pas nécessairement concerné.

    A part cela je surveille également de près le cas de Paris, où les entrées à l’hôpital et en soins intensifs s’approchent de zéro. J’espère qu’on verra ce chiffre dans le courant de la semaine prochaine et comme Paris a une douzaine de jours d’avance sur la France, on peut croiser les doigts pour espérer le voir aussi au plan national avant fin mars.

    • Whynot dit :

      @DLB
      Je ne vous jette pas la pierre, en soi vous avez totalement raison, mais on s’éloigne du sujet du blog 😉

      • Daniel Le Breton dit :

        @ Whynot

        Oui et non, on ne fait pas d’analyse des données pour le simple plaisir de valider une approche mathématique particulière, mais aussi pour voir ce qui se trame dans le futur proche. C’est de notre façon de vivre qu’il s’agit, alors à un moment ou à un autre, on franchit les limites de l’exercice d’analyse, et qu’on le veuille ou non, le passe (je lutte à ma manière contre l’anglicisme « pass ») crée un précédent dont on va avoir du mal à sortir. Je termine mon a parte hors sujet en rappelant que les futurs gestionnaires du système de santé dépendront surtout de qui gagnera les législatives, et pas seulement de la présidentielle, sans oublier la bureaucratie en place qui tient les tranchées. Clap final, retour à la pandémie.

        • NicoM dit :

          @DLB

          Je plussoie à vos propos. Vous avez totalement raison, vous relevez que des critères non objectifs de sortie de crise sont définis et que du coup le gouvernement fera ce qu’il veut en prétextant une légitimité issue de critères pseudo-objectifs (objectifs en apparence, subjectifs en réalité).

          Ce n’est pas de l’idéologie mais un fait qui devrait tous nous alerter. Et ce gouvernement est coutumier du fait dans cette crise.

          • Whynot dit :

            @NicoM
            Ah, vous êtes de retour ?
            Et donc on relance le débat stérile qui ne fera qu’opposer des opinions et des « vous verrez bien » et des « vous vous direz un jour que je l’avais bien dit » ? 😉
            Qui vous dit que les arguments sont plus objectifs ailleurs, hein ? Les modèles allemands, britanniques et espagnols ardents défenseurs des libertés, connaissez-vous les critères mis en oeuvre, et sont-ils vraiment plus objectifs que ceux retenus chez nous ?
            L’obligation vaccinale (potentiellement ciblée à l’avenir) qui conditionne l’entrée à certains lieux, par exemple, c’est mieux que notre passe d’un point de vue objectivité ?
            Notre gouvernement est-il le seul au monde à s’appuyer sur des critères qui par définition ne peuvent pas être objectifs puisqu’ils ne peuvent pas être étudiés et définis de façons rationnelle ? Si tel était le cas je m’inquiéterais un peu, de même que si le passe était une exception franco-française.
            Encore une fois, c’est un point de vue idéologique anti-gouvernement en place qui vous anime ! Je ne dis pas que vos préoccupations ne sont pas légitimes, je dis qu’elles sont fondées sur des raisons qui ne sont pas celles que vous réclamez…

            Avez-vous songé un instant que si tout ceci était purement et simplement abandonné, dans le cas où l’avenir nous réserverait quelques surprises, on devrait repasser par la case « soumis au processus démocratique » qui ferait perdre un temps précieux alors même que (2 des 3 auteurs le soulignent), face à un variant aussi rapide il faut justement être le plus réactif possible ? Un outil en place, avec toutes les limites et tous les biais qu’il comporte, n’est-il pas un moindre mal par rapport à un outil qu’on prendrait sagement le temps de définir le plus objectivement possible, quitte à provoquer une nouvelle saturation des hôpitaux ?

            • Guillaume dit :

              La validité du certificat de rétablissement pour un passé, diminuée a 4 mois par Veran il y a 15j, ne repose sur rien de scientifique, nous sommes d’ailleurs strictement le seul pays européen à avoir retenu 4 mois.
              A partir de là, soit Veran fait des recherches secrètes dans sa baignoire, et ne les publie pas, soit il y a une autre raison:
              Instrumentalisation de la politique sanitaire à fins politiques/ électoralistes? Ou simple corruption/préparation de pantouflage a pfizer pour lui ou ses proches?
              Je suis preneur d’une autre explication, mais précise que les excuses de l’ignorance ou de la simple stupidité ‘bienveillante’ ont déjà été trop utilisées en 2020 et 2021.
              De même plusieurs articles du New England ces dernières semaines montrent que la protection vaccinale contre les hospitalisations, après 2 doses, ne diminue pas significativement jusqu’à au moins 6 mois chez les <65ans.
              Quand on découvre un mensonge, il est normal de se poser la question du pourquoi?

  10. Joe dit :

    Merci Daniel pour votre réponse détaillée. @Jean-Loup et Whynot, comment expliquez-vous que les allemands qui sont en »plateau descendant » aient déjà annoncé une levée des restrictions pour le 20 mars alors qu’en France qui est au 2/3 de la descente annoncée, on ne dit rien. Pardon, il y a l’ouverture des discothèques vu l’efficacité de la 3ème dose ou d’une vaccination compète sur Omicron après un certain temps, c’est raisonnable, quant aux enfants ils sont habitués à porter le masque, autant continuer, non?
    Comme je ne comprends pas vraiment je souscris aux propos de Daniel, mais après votre éclairage je changerai probablement d’avis.
    Merci

    • Jean-Loup dit :

      17.02.2022: Les restrictions au sujet du coronavirus au 20 mars
      Berlin (dpa) – L’État fédéral allemand et les Länder se sont mis d’accord sur le retrait des mesures au sujet du coronavirus en trois étapes au cours des quatre prochaines semaines, jusqu’au début du printemps, le 20 mars. À partir de cette date, « toutes les mesures de protection plus approfondies seront supprimées si la situation dans les hôpitaux le permet ». Seule une « protection de base » avec l’obligation de porter un masque à l’intérieur ainsi que dans les bus et les trains devrait subsister.

      20.02.2022: Selon un sondage une personne sur deux veut continuer à porter un masque
      Berlin (dpa) – Plus d’un citoyen allemand sur deux veut continuer à porter un masque même après l’expiration de l’obligation de porter un masque. C’est ce qu’a révélé un sondage représentatif réalisé par l’institut de sondage Insa pour le journal « Bild am Sonntag ». 52 pour cent des personnes interrogées ont indiqué qu’elles continueraient à porter le masque même sans obligation – dont 79 pour cent dans les transports en commun, 76 pour cent dans le commerce de détail, 66 pour cent dans les transports à longue distance, 51 pour cent dans les services corporels, 39 pour cent dans les institutions culturelles, 23 pour cent dans la gastronomie et 22 pour cent au travail. En revanche, 41 pour cent des personnes interrogées souhaitent renoncer au masque dès que l’obligation sera levée dans le cadre de l’assouplissement des mesures concernant le coronavirus. Une majorité est en outre favorable au maintien de l’obligation de porter un masque au-delà du 20 mars, notamment dans les bus, les trains et le commerce de détail.
      https://www.deutschland.de/fr/news/coronavirus-en-allemagne-nouvelles

    • Whynot dit :

      @Joe
      Je l’ai expliqué : le calendrier électoral, tout simplement. On peut ne pas être d’accords, mais il y a cette différence majeure avec nos voisins qui explique beaucoup de choses. Sans les justifier ni les légitimer on est tous d’accords, mais ça explique…

    • Ga dit :

      @Joe
      Vous demandez encore une fois que l’on vous « explique » des divergences de politique sanitaire selon les pays… les contributeurs ici n’étant je pense pas forcément dans les confidences des décideurs allemands ni français, je ne vois pas quelle réponse « scientifique » vous attendez. Ah mais c’était juste pour relancer l’air de rien le débat politique, peut être…

      • Guillaume dit :

        Effectivement, les décisions françaises se prennent sous couvert du secret défense, on ne sait pas quels arguments sont pris en compte, et l’on en est réduit à faire des hypothèses sur les motivations derrière les décisions que l’on nous impose.
        En gardant à l’esprit que la nécessité du secret n’est pas évidente face à un virus, sauf si l’intérêt de la population n’est pas l’objectif principal.
        Vu l’absence totale de justification scientifique pour certaines mesures (certificat de retabli4mois contre 6 partout ailleurs en UE par ex.), l’instrumentalisation du sanitaire a des fins politiques et électoralistes est probable, une part de corruption également.

  11. Micat dit :

    Aux auteurs et commentateurs de ce blog.
    Depuis que je vous ai rencontré, je suis un peu plus rassuré : il semble encore possible de trouver une information de qualité et d’en débattre sans se battre. J’espère que, faute de nouveau variant méchant, ce blog va perdre de son intérêt… mais je redoute en même temps de perdre ce lien avec vous. Il est donc plus que temps de vous remercier !
    Vous avez su mettre de la réflexion dans la polémique, et juste un poil de polémique dans la réflexion. Je me permets enfin de défendre le droit de Daniel – mais aussi l’intérêt et l’agrément pour le lecteur – de mettre un peu d’émotion maitrisée dans la rédaction de ses derniers articles.

    Merci à tous et à chacun !

    • Philippe Brouard dit :

      Bonjour @Micat et aux commentateurs

      Merci pour vos messages de soutien et merci pour la suite du débat à la suite des articles. Lancer un nouvel article permet de rebattre les cartes. Ça fait du bien.

      • Whynot dit :

        @Philippe
        Les rédacteurs rédigent, les commentateurs commentent et les débatteurs rebattent 😉
        Merci pour votre merci mais il est évident que si nous passons du temps à lire et écrire, c’est vous 3 qui donnez le tempo de la dynamique et qui permettez ces riches échanges, merci de nouveau pour ça !

        PS : on est toujours sur le même Reff de l’évolution du nombre de commentaires, ou on a passé le pic ?? 😀

  12. JoeyT dit :

    Magnifique travail comme d’habitude. Merci à nos modélisateurs maison!
    Contrairement à @Jean-Loup, j’ai particulièrement apprécié les remarques de DLB en fin d’article.

    @Joe , sur l’efficacité du pass vaccinal : il n’y a pas d’étude sur ce sujet, mais en raisonnant avec un peu de bon sens, et en regardant ce qui se passe autour de nous, voilà ce que l’on pourrait conclure: les gens concernés par le pass sont des personnes qui n’étaient pas très motivés au départ, des gens qui n’ont pas de doses (très rares, et qui n’ont pas changé d’avis) et des gens qui ont eu 2 doses tardivement. Ce sont donc essentiellement des personnes assez jeunes (en tout cas pas trop âgées 😋) que l’on force. Parmi ceux-là, certains ont décidé de choisir d’attraper Omicron, plutôt que de recevoir une 3eme dose qui en plus ne les protégerait que très partiellement. Ces gens ont vu leurs certains de leurs proches (amis/collègues/famille) contaminés malgré les 3 doses. Ils ont vu aussi que certains de leurs amis obtenaient leur pass en attrapant Omicron, qui pour des gens avec ce profil (pas vieux, en forme, sans comorbidites) ressemble à un petit rhume. Je pense donc que non seulement le pass, en obligeant des gens qui n’auraient pas fait de formes graves à se vacciner, mais surtout en poussant toute une partie à se contaminer exprès, a contribué à l’augmentation des cas et/ou à la baisse moins rapide que prévue de la vague Omicron. Bref, le pass ne cible absolument pas les plus de 80 ans non vaccinés qui s’en contrefichent et a poussé beaucoup de gens à faire exprès d’attraper Omicron.

  13. Pierre dit :

    @Joe et Jean-Loup

    Au sujet de l’Allemagne il faut noter que les différents Länder pourront continuer à appliquer des restrictions au-delà du 20 mars – l’expérience depuis 2020 a montré que les Länder sont parfois plus « durs » que le consensus fédéral. Par aiileurs il est fortement question d’introduire une obligation vaccinale sur le modèle autrichien. Différents groupes parlementaires mettent en avant diverses modalités (au-delà de 18 ans ? 50 ans ? par étapes ? selon les professions ?) mais il me semble, vu l’arithmétique parlementaires, que cette obligation sera d’une manière ou l’autre mise en place au printemps. On ne peut donc pas vraiment parler de fin complète des restrictions.

  14. Damien L dit :

    Merci pour votre super météo du covid. J’adore votre blog. Merci pour tout.

    Il y a peut-être une petite coquille. Dans le graphique « perte d’efficacité vaccinale avec le temps (% vs temps) », sur l’axe des ordonnées il n’est pas affiché des pourcents. Il s’agit plutôt de la probabilité d’être affecté par le covid si exposition ou le taux d’inefficacité du vaccins. Il faudrait peut-être multiplié les valeurs de l’axe des ordonnées par 100 pour avoir des pourcents. Au passage, nommer l’axe des ordonnées pourrait aussi augmenter la lisibilité.

  15. picoteras dit :

    Bonjour et un très, très grand merci aux auteurs de ce blog, ainsi qu’à toutes celles et tous ceux qui contribuent à le prolonger dans les commentaires !

    @DLB : je suis en admiration devant vos simulations gaussiennes, tellement elles s’avèrent être en phase avec ce que l’on détecte péniblement sur le terrain (comparé à UK et Danemark, nous sommes vraiment à la traîne question séquençage en France).

    Ainsi, votre quatrième courbe (en violet), que vous attribuez hypothétiquement au variant BA.2, a extrêmement hautement probablement une base réelle : « BA.2 est depuis le 14 février majoritaire dans les eaux usées en IDF ». [https://nitter.net/DrPleple/status/1495372567871463428#m]

    C’est ce qu’a twitté Sébastien Wurtzer (virologue, membre du projet/réseau Obépine) le 20 février 2022, en précisant, en réponse à une question, que : « Ces données sont produites dans le cadre d’un WP du projet Emeraude. Les données issues de ce programme ne sont pas diffusées à ce jour. » (même lien).

    BA.2 est bien parmi nous et il est à souhaiter de tout cœur que les améliorations en cours le concerne aussi.

    PS : parce que je le pouvais et que j’avais vu des vidéos en provenance de Chine, d’Iran et enfin d’Italie, après m’être préparé pendant 3 semaines je me suis confiné le 10 mars 2020, 48 heures avant l’annonce présidentielle et une semaine avant l’entrée en vigueur du premier confinement en France.

    • Daniel Le Breton dit :

      @ picoteras

      Merci pour l’information. Le facteur chance y est peut-être pour quelque chose mais au moins l’analyse peut faire sens. Selon l’évolution générale, BA2 pique du nez lui aussi, sinon cela se verrait dans les données.

  16. Whynot dit :

    @JoeyT
    C’est votre analyse, votre conclusion, permettez aux autres de ne pas forcément la partager…

    « une 3eme dose qui en plus ne les protégerait que très partiellement » -> 75 % c’est « très partiel » ? OK ça marche, on n’a pas la même notion de partiel alors

    « en attrapant Omicron, qui pour des gens avec ce profil (pas vieux, en forme, sans comorbidites) ressemble à un petit rhume » -> un petit rhume qui déclenche 39° de fièvre et qui vous couche pendant 3 jours, vous prive de l’odorat et vous promet quelques séquelles moyen-long terme désormais assez largement documentées, hein… Oui oui, même chez des « jeunes en forme et sans comorbidités », j’ai plusieurs exemples autour de moi et j’imagine qu’il y en a plein d’autres. Mais sans doute ne le disent-ils pas, puisque ce sont des forts qui n’ont rien à craindre de rien… C’est quelque part assez valorisant, non, de pouvoir dire « j’ai choppé omicron et j’te jure, c’est qu’un petit rhume » ? Ca prouve à la fois qu’on est fort, et que le gouvernement a tort, ainsi que tous les « covidoflippés » qui tournent en boucle depuis 2 ans, ces empêcheurs de tourner en rond !

    « en obligeant des gens qui n’auraient pas fait de formes graves à se vacciner » -> ah oui, il y a donc un moyen d’être certain de savoir à l’avance si en contractant le virus on déclenchera une forme grave ou pas ? Si certains ont envie de jouer avec le feu ça les regarde, personnellement j’appelle un comportement stupide (pour être poli). Ne pas se faire vacciner juste par esprit de contradiction ou par peur des effets secondaires du vaccin et aller en toute conscience choper une saloperie qui peut vous amener à l’hosto voire à la morgue (OK, la probabilité est très faible pour eux, cela ne signifie pas non plus qu’elle est nulle), pardon mais je trouve ça désolant…

    Que le passe ait manqué sa cible la plus importante (les 80+), c’est une certitude, mais il ne faudrait pas non plus le réduire à ça. On ne saura probablement jamais exactement combien de vies la vaccination a sauvées, il ne faudrait pas l’oublier en réduisant le vaccin au passe puis le passe à un emmerdement des jeunes « forts » qui n’ont peur de rien, et donc en bout de chaîne réduire le vaccin à un emmerdement volontaire des jeunes…

    Il ne faudrait pas oublier non plus que ceux-là même, en attrapant volontairement omicron, constituent un maillon de chaîne de contamination. Et au bout de cette chaîne, il peut y avoir un fragile dont la vie peut être fauchée à cause d’un déraisonnable militant anti-gouvernement… Surtout maintenant, avec cette contagiosité poussée à l’extrême qui ne peut donner absolument aucun contrôle du style « non mais j’te jure, j’ai fait super gaffe de contaminer personne, je suis pas con non plus »

     » les plus de 80 ans non vaccinés qui s’en contrefichent » -> parce que vous croyez que c’est uniquement par désintérêt ??? Moi je crois plutôt que c’est par manque d’information, par isolement, en raison d’une pathologie qui les prive d’une partie de leur capacité cognitive, à cause d’un entourage lui-même non vacciné qui refuse en bloc sans demander l’avis au concerné, la liste est longue. Sans doute que certains « s’en contrefichent », ça m’étonnerait fortement que ça explique les 5 ou 20 % manquants…

    Je veux bien admettre que le gouvernement actuel peut donner l’impression de faire passer des vessies pour des lanternes, mais ce genre d’argumentation, ça me hérisse le poil tant c’est inepte d’un point de vue scientifique, douteux d’un point de vue moral et affligeant d’un point de vue de la responsabilité collective…

    • Whynot dit :

      Oups, lire « les 15 ou 20 % manquants » sur l’avant-dernier paragraphe !

      • JoeyT dit :

        @whynot
        Svp arrêtez avec vos 75%. Mais 75% de quoi? D’éviter de faire une forme grave qu’ils n’auraient pas faite? De risques en moins d’attraper le virus? Mais vous plaisantez? Je vous rappelle que pendant 7 jours après la 3eme dose, ça ne compte pas (alors que beaucoup de gens attrapent le virus pile dans ce laps de temps) et que ces pourcentages s’effondrent après 10 semaines.
        Encore une fois vous ne comprenez que tous les gens ne sont pas logés à la même enseigne avec ce virus et que le facteur le plus déterminant est l’âge.
        Les gens jeunes en forme et sans comorbidites que vous connaissez et qui ont passé 3 jours avec 39 de fièvre et qui ont perdu l’odorat et qui auront probablement des séquelles à moyen long terme, ils étaient vaccinés 3 doses? 2 doses? Pas vaccinés ?
        Quand je dis que les plus de 80 ans s’en contrefichent, je parle du passe vaccinal bien sûr, pas de la vaccination.
        Et dire que c’est stupide de faire exprès d’être malade, oui ça l’est. Et d’empêcher des gens de travailler même lorsqu’il ne sont pas malades pour les obliger à faire un vaccin qui ne les empêchera pas d’attraper un virus ou de le transmettre, c’est intelligent peut-être ?
        Et que vous le vouliez ou non, que vous trouviez cela stupide, douteux, affligeant ou ce que vous voulez, beaucoup de gens l’ont fait (d’attraper Omicron volontairement, ou au moins de je pas se protéger quand quelqu’un de son foyer est positif), et ça a dû forcément jouer sur la dynamique de l’épidémie, avec des cas en plus et des transmissions en plus. Et c’est bien le passe qui a provoqué ces comportements.

        • Whynot dit :

          @JoeyT
          Pffff, je suis fatigué, vraiment… Les 75 % ça vient de toutes les études qui ont été faites sur le booster vs omicron, je n’invente rien, c’est même un paramètre décrit par JCD dans l’article. Donc désolé, je n’arrêterais pas avec ça, puisque c’est une donnée scientifique avérée que le booster protège au moins à 75 % de développer une forme grave après infection, chez les jeunes comme chez les moins jeunes.
          Quant au délai de 7 jours, on le connaît, donc 7 jours après le booster et ben on fait attention, tout simplement.

          « D’éviter de faire une forme grave qu’ils n’auraient pas faite? » -> encore une fois, comment pouvez-vous être certains de ne pas développer une forme grave a priori de l’infection ? Si vous me le démontrez, je vous suivrai dans votre raisonnement et même j’engagerai la recherche à pousser l’investigation car effectivement si on peut en être certain ça lèvera tous nos problèmes actuels…

          « Les gens jeunes en forme et sans comorbidites que vous connaissez et qui ont passé 3 jours avec 39 de fièvre et qui ont perdu l’odorat et qui auront probablement des séquelles à moyen long terme, ils étaient vaccinés 3 doses? 2 doses? Pas vaccinés ? » -> Des 2 doses qui ont refusé de faire la 3e, ainsi que des non vaccinés et qui ont volontairement attrapé le virus pour faire les petits malins et valider leur passe. Pour info, l’un d’eux est aujourd’hui dans un état pitoyable des suites du virus, incapable de monter 10 marches sans s’essouffler, 1 mois après rétablissement. Autre info, un autre a déclenché moins de symptômes, il a fait une fête de famille juste avant -> résultat 5 cas positifs, 4 asymptomatiques mais une mamie (boostée 3 doses) aujourd’hui à l’hôpital avec un pronostic assez faible de survie d’après les dernières nouvelles. Croyez-moi que l’adage « qui fait le malin tombe dans le ravin », il le rumine aujourd’hui….

          « Et d’empêcher des gens de travailler même lorsqu’il ne sont pas malades pour les obliger à faire un vaccin qui ne les empêchera pas d’attraper un virus ou de le transmettre, c’est intelligent peut-être ? » -> euh, ça concerne quel pourcentage de la population, ça ? Le passe empêche les loisirs, principalement, pas de travailler ce me semble, en tout cas pour une écrasante majorité.

          « Et que vous le vouliez ou non, que vous trouviez cela stupide, douteux, affligeant ou ce que vous voulez, beaucoup de gens l’ont fait » -> le fait que beaucoup l’aient fait dédramatise l’ineptie de la chose et la justifie ? OK, donc finalement c’était pas si grave de dénoncer les Juifs planqués par son voisin puisque « beaucoup l’ont fait » ? Oui oui, allez-y, vous et d’autres : faire référence à cette période sombre de notre Histoire ne se fait pas, c’est pas comparable; bla bla tout ça. Ben si, désolé, pour moi c’est tout à fait comparable dans la démarche intellectuelle.

          Ce n’est pas le passe qui a provoqué ces comportements, c’est le rejet du gouvernement qui l’a initié. C’est ça qui m’énerve aujourd’hui : ce sont de fausses raisons qui poussent à des comportements qu’on justifie par de « bonnes raisons ». Et oui, c’est certain, ça a a participé à la dynamique épidémique. A vous lire, j’ai l’impression qu’au mieux ce n’est pas grave, au pire c’est une bonne chose car ça montre bien que ce variant n’est qu’un petit rhume qu’il ne faut pas craindre.

          • Whynot dit :

            Complément à @JoeyT
            En fait je sous-estime largement avec le 75 %, un peu de lecture pour vous :
            https://www.beckershospitalreview.com/public-health/covid-19-vaccine-booster-effectiveness-against-omicron-12-cdc-findings.html
            « Au cours des périodes delta et omicron, la réception d’une troisième dose de vaccin a été très efficace (94 % et 82 %, respectivement) pour prévenir les visites aux urgences et aux soins d’urgence COVID-19 et prévenir les hospitalisations (94 % et 90 %). »

            J’ai pris le premier lien fiable fourni par moteur de recherche, il y en a des dizaines d’autres. Voilà voilà

            • JCD dit :

              Le 75% (extrait du Vidal) fait référence à l’efficacité vaccinale contre l’infection symptomatique c’est à dire à la capacité à ne pas être infecté de façon symptomatique.
              Si 100 non vaccinés attrapent le virus, alors, comparativement, seulement 25 personnes l’attraperont dans une cohorte équivalente de vaccinés 3 doses récentes.
              (Ce qui aura pour effet collatéral de freiner la contagion)

              L’efficacité contre les formes graves est effectivement encore meilleure.

    • Fred dit :

      Les contaminés volontaires (certes il y en a, tant que ça…?) attrapant Omicron par militantisme anti gouvernemental, c’est pas un peu too much… C’est quoi, un nouveau groupe témoin ?
      Je trouve ça bien plus connotés et tendancieux que les remarques de DLB à propos de la destination réel du passe vaccinal.
      Pour le plus de 80 et malgré tous les motifs invoqués force est de constater pour le coup que nombre de pays font mieux, il doit bien y avoir quelques autres motifs.

      • Whynot dit :

        @Fred
        C’est mon opinion, je l’ai présenté en tant que tel et non en tant que vérité, vous avez le droit de penser que c’est un épiphénomène, pour ma part je trouve qu’il est suffisamment présent pour avoir une incidence et que les dégâts collatéraux ne soient pas que de l’ordre de l’anecdote. D’autant plus que ce n’est pas moi qui met ça sur le tapis, c’est JoeyT. Il se trouve qu’autour de moi je le constate également, que ça a été évoqué par d’autres intervenants ici donc bon, ce n’est sans doute pas si anecdotique que ça. Je suis très loin d’affirmer que TOUS les non-vaccinés sont des idiots irresponsables qui cherchent à tout prix à se faire contaminer, hein ? En tout cas, il est certain que ceux qui cherchent la contamination volontaire sont soit non-vaccinés, soit vaccinés 2 doses mais refusant la 3e.

        Les motifs qui ont freiné les 80+ de la vaccination chez nous, j’en ai évoqué certains dans un précédent commentaire à JoeyT. Il y en a sans doute d’autres, mais je ne suis pas certain que le passe vaccinal y soit pour grand-chose…

  17. Whynot dit :

    @NicoM
    Je vous ai répondu là-haut, votre retour en catimini n’a pas échappé à ma vigilance 😉

    • NicoM dit :

      @whynot

      Je vois, je suis grillé. Je voulais juste apporter mon soutien à DLB qui n’énonce qu’un fait selon moi, même si on sort du champ médical et épidémiologique pur et dur, ce qui n’est pas pour nous déplaire à vous et moi, n’est ce pas ?

      Ceci dit, je ne vais pas répondre à tout vos propos, je vais essayer de ne pas trop m’étendre désormais, pour le bien des lecteurs et pour mon temps passé ici…

      Vous critiquez mon parti pris soit disant anti-gouvernemental, bon alors je vais l’avouer, je ferai court : j’étais un très grand supporter de Macron pendant 4 ans, mais il a totalement perdu mon soutien le 12 juillet 2021. Voilà, c’est dit, désolé pour cette digression.

      Désolé mais on peut prendre des critères tout à fait objectifs de prise et de levée des mesures : nombre de patients hospitalisés, nombre de patients réanimés, nombre de décès quotidien, etc.

      Rappelons que l’objectif de levée du 1er confinement (ou 2eme confinement j’ai un doute) était de passer sous les 3000 patients en réanimation. Désormais Véran parle de 1000 à 2000 (du simple au double, quelle précision…). Mais 1000 patients en réanimation, c’est extrêmement bas, surtout en comptant les « avec » covid extrêmement nombreux désormais avec omicron.

      Bref, encore une fois, on va se retrouver à lever les mesures bien trop tard, juste avant que la vague suivante ne reparte, et on dira encore que c’est à cause de la levée des mesures…

      Au fait, quand vous dites « en bout de chaîne réduire le vaccin à un emmerdement volontaire des jeunes… » C’est justement à cause du passe vaccinal que ce lien est établi, sans passe se vacciner serait un acte de prévention médical, avec passe ça devient un acte politico-social…

      Dur de ne pas trop s’étendre, pfff…

      • Whynot dit :

        @NicoM

        « ce qui n’est pas pour nous déplaire à vous et moi, n’est ce pas ? » -> ben si, vous avez raté quelques épisodes en jouant à Jean-Claude Dusse, je n’ai plus envie de développer de la politique ici mais plutôt de parler de Sciences et autres choses avérées qui ne sont pas de l’ordre de l’opinion mais des faits.

        « j’étais un très grand supporter de Macron pendant 4 ans, mais il a totalement perdu mon soutien le 12 juillet 2021 » -> tiens c’est marrant, ça ne m’étonne pas. Et tiens, c’est marrant, moi c’est presque tout l’inverse. Bon, faudra pas qu’il compte sur mon soutien le 10 avril par contre, pour le reste de son oeuvre…

        « Désolé mais on peut prendre des critères tout à fait objectifs de prise et de levée des mesures » -> et ben, parmi tout ce que vous citez, certains sont des critères retenus, si je ne m’abuse ? Plusieurs critères, un qui ne convient pas, et vous concluez qu’ils s’appuient sur des critères non-objectifs ?

        « 1000 patients en réanimation, c’est extrêmement bas, surtout en comptant les « avec » covid » -> DLB distingue sur ses courbes les avec des pour, je ne doute pas une seule seconde que nos décideurs peuvent le faire. Vous allez me dire « ils vont faire ce qui les arrange de toutes façons ». Certes, comme tous les politiques du monde entier en ce moment, en fait, non ?

        « C’est justement à cause du passe vaccinal que ce lien est établi, sans passe se vacciner serait un acte de prévention médical, avec passe ça devient un acte politico-social… » -> je l’ai dit aussi à JoeyT, ce n’est pas le pase qui établit ce lien, c’est le rejet du passe. C’est cette inversion cause/conséquence pour justifier d’un comportement débile qui m’agace au plus haut point en ce moment. Que les gens aillent dans la rue manifester leur mécontentement contre le passe, OK pas de souci, qu’ils mettent sciemment en danger des proches (cf ma réponse à JoeyT également), là ça me pose problème.

        Bref, re-bienvenue parmi nous quand même, j’espère que vous avez bien profité de vos vacances 🙂

        • NicoM dit :

          @whynot

          Allez, je réponds juste à un truc qui m’a amusé : « Plusieurs critères, un qui ne convient pas, et vous concluez qu’ils s’appuient sur des critères non-objectifs ? ».

          Imaginons : « Nous léverons les mesures quand il y aura moins de 6000 patients hospitalisés, moins de 2000 en réanimation, moins de 100 décès/jours, moins de 10 000 cas/jour, et quand des extraterrestres débarqueront sur terre ». Ben quoi, l’immense majorité de nos critères sont parfaitement objectifs, ce qui atteste de notre plus grand sérieux, n’est-ce pas ?

          • Whynot dit :

            @NicoM
            Vous marquez un point, mais on n’en est quand même pas à un tel niveau de fantaisie, heureusement 😀

            • NicoM dit :

              @whynot

              Un qui n’est pas du tout fantaisiste, c’est Vladimir… Je pense que très très vite plus personne ne parlera du covid car nous aurons bien plus grave à gérer : la guerre…

              Macron commence ses conseils de défense et de sécurité et pour une fois, c’est justifié, malheureusement…

              • Whynot dit :

                @NicoM
                Certes… Il est vrai que cela fait relativiser nos « problèmes de riche » de mesures liberticides qui consistent à priver quelques-uns d’aller en boîte de nuit ou jouer à la baballe dans leur club pendant encore quelques semaines 🙁

              • NicoM dit :

                @whynot,

                J’espère que c’est de l’humour, parce que si vous êtes sérieux, je constate à regret que vous n’avez pas compris que derrière ces exemples futiles se cachent des problématiques bien plus fondamentales…

  18. NicoM dit :

    Merci encore aux 3 modélisateurs pour leur travail !

    JCD, je vois que vous faites repartir la courbe des cas à partir de début mai, après un mois d’avril ou la courbe est quasi plate à quasiment zéro.

    Ce redémarrage m’intrigue. Il me semble qu’une fois qu’une vague est enclenchée vous pouvez faire tourner vos modèles exponentiels, mais à partir d’une courbe plate, comment est-ce possible ? Pourquoi un redémarrage début mai plutôt que début juin, par exemple ?

    Est-ce par expérience des vagues passées ? Une simple illustration de quand ça pourrait éventuellement repartir et à quelle vitesse ? Des calculs issus de votre modèle ? Une conséquence possible des levées des restrictions ?

    • JCD dit :

      @NicoM,
      Les explications sont dans l’article : perte d’efficacité des vaccins avec le temps (c’est à dire perte de l’immunité contre le risque d’infection).

      Une courbe plate (correspondant à R=1) est simplement l’exponentielle… de 0 !
      Dès que R bouge à la hausse ou la baisse, le régime exponentiel reprend de plus bel.
      Mais rappelez-vous qu’une exponentielle, ça à l’air d’être plat au début (alors que c’est purement un effet de perspective / d’échelle de la courbe tracée).

      Le redémarrage plutôt en Mai, Juin ou Septembre dépend d’un paquet d’aléas (la météo, la levée des mesures etc…).
      La courbe que j’ai tracée ne fait varier qu’un seul paramètre qui est cette perte d’efficacité vaccinale dans le temps (donc pas d’aléa).
      En effet, hors aléas, et ils sont nombreux, on peut considérer que R varie en fonction de l’immunité de la population.

      En résumé, l’immunité vaccinale nous protège des infections (ce qui casse la chaine de transmission du virus). Quand cette efficacité vaccinale baisse, les infections de gens vaccinés augmentent et les contaminations en cascade aussi.

      • Daniel Le Breton dit :

        Bonjour à tous

        On a un contre exemple avec delta. La couverture vaccinale n’a fait qu’augmenter entre l’été et l’automne dernier et ça n’a pas empêché delta de repartir, il a fallu la dose de rappel pour le contenir.

        • Whynot dit :

          @DLB
          Je me suis posé une question hier : on a pris l’habitude, vraisemblablement à juste titre, d’attribuer une vague à un variant. Pour les dernières, 3 vagues à 3 sous-variants. Pourquoi delta aurait-il fait exception en se démarquant avec 2 vagues distinctes ? Ne pourrait-il pas s’agir de deux sous-variants différents ? Cela contribuerait à expliquer ce contre-exemple tout de même assez surprenant, non ?

          • Daniel Le Breton dit :

            @ Whynot

            Bonne question en effet. Mais je crains qu’on ne trouve pas la réponse.
            On ne peut pas vraiment s’appuyer sur l’UK avec 4 vagues de delta enchevêtrées. Il faudra que je me replonge dans les rapports à moins que quelqu’un les ai déjà épluché.
            Il n’y a pas eu de vague estivale de delta au Danemark si j’en crois mes courbes, donc pas d’aide de ce coté là non plus.
            No comment sur le séquençage français.

        • NicoM dit :

          @JCD, @DLB

          Merci pour vos explications JCD.

          Par contre, désolé, mais ces histoires d’immunités vaccinales ou naturelles qui feraient repartir ou baisser les vagues me semblent bien trop simplistes pour être explicatifs. C’est très beau mathématiquement parlant, mais appliqué à la vraie vie, je suis sceptique… Idem pour les paramètres sociaux.

          Comme vous le dites JCD il y a une multitude d’autres aléas et je suis sûr qu’il existe d’autres paramètres que nous ignorons mais qui ont pourtant une influence importante, voire décisive, sur le nombre de cas.

          • Whynot dit :

            @NicoM
            Je vous rejoins sur le côté « simpliste » mais JCD lui-même le dit dans l’article que tous les aléas auront une influence sur tout ça. Positive pour certains, négative pour d’autres (en terme de décalage temporel). Mais l’idée même d’un redémarrage autour de la date avancée ne me semble pas totalement fantaisiste : plus loin, moins loin dans le temps nous verrons bien mais de mon côté (juste au « doigt mouillé ») j’imagine le même phénomène à peu près autour de cette date. Ce n’est que de la pure logique observative, rien de mathématique ni de scientifique dans ce pronostic, bien sûr. Avec quel variant et donc quelle dynamique et quelle « pente » pour la remontée, c’est une autre histoire, mais se baser sur la projection de la baisse de couverture vaccinale et la dynamique omicron est sans doute ce qu’on peut proposer de plus pertinent au jour d’aujourd’hui.

          • JCD dit :

            @NicoM
            Il y a évidemment beaucoup de paramètres. Sinon ce blog n’existerait pas et les courbes Pasteur marcheraient à tous les coups. Il est certain qu’on ne sait pas tout.
            Néanmoins, les choses n’opèrent pas de manière magique. Il y a 100 ans de recherche derrière nous. On sait, par exemple depuis longtemps que la contagion dépend du nombre de contacts entre contaminants et contaminables. Quelqu’un qui est immunisé est beaucoup moins contaminable (le fameux 75% pour omicron).
            C’est simple, mais pas simpliste. Ca fonctionne comme la grippe, la gastro, la peste etc…

            Sur ces 2 dernières années, on peut observer que la rythmique des vagues fonctionne comme ceci :
            – La baisse des courbes est liée soit à l’arrivée de l’été (en partie pour alpha), soit à une mesure très forte (confinement Wuhan 1 et 2) soit à une d’immunité précaire (en partie alpha, delta 1 et 2, omicron 1).
            – La remontée des courbes est liée soit à l’hiver (wuhan 2, delta 2), soit à un nouveau variant (wuhan 1, alpha, delta 1, omicron 1).

            La logique mathématique (mais surtout biologique), veut que l’immunité s’effaçant (à quelle vitesse, là est la question), le virus reprenne ses droits. Nous allons donc potentiellement inaugurer ce cas de figure ‘omicron vague 2’ cet été.

        • JCD dit :

          Concernant la reprise de delta en décembre, on a 2 phénomènes principaux je pense :
          – Le ‘vieillissement’ de la 2eme dose (qui datait massivement de Juillet et fin Aout).
          – L’arrivée du froid. De mémoire, Pasteur estimait à +20% la croissance du Reffectif simplement à cause du froid (ou plutôt des gens qui se remettent à vivre en intérieur).
          Ce +20% revient à contrecarrer quasiment un mois de vaccination ‘plein pot’ à 500 000 / jour…

  19. JoeyT dit :

    @whynot
    Je ne peux pas lutter, vous êtes trop fort. Vous arrivez à défendre l’indéfendable, à savoir le passe vaccinal, et la vaccination multi doses même pour les enfants. Vous ne voyez que des jeunes faire des formes graves avec Omicron alors que je vois exactement l’inverse. C’est à dire des vaccinés 3 doses qui font des formes au moins aussi prononcées que les autres. Et ce que des amis qui travaillent à l’hôpital me confirment. Les critères principaux sur Omicron sont l’âge et les pathologies associées. Vaccinés ou non. Je n’ai jamais remis en cause l’efficacité des vaccins sur les formes graves. Je me suis même fait reprendre parce que j’avais dit que la majorité des réas concernaient les non vaccinés, ce qui est vrai en proportion, mais faux dans les lits occupés actuellement. Et ne me refaite pas le coup du paradoxe de Simpson, j’ai bien compris. Mais non, j’insiste, dire que la 3eme dose de vaccin empêche l’infection et la contamination sur omicron est faux. Et des décisions politiques qui bouleversent la vie de gens notamment en leur faisant perdre leur emploi (même si d’après vous c’est tellement rare que c’est négligeable , les intéressés apprécieront) , ou en obligeant les gens à se contrôler les uns les autres, à préférer que des gens positifs travaillent (oui mais vous comprenez, ils sont vaccinés) plutôt que des gens négatifs, bref tout ça pour un vaccin qui malheureusement est très peu efficace sur la transmission et la contagion, sont inadmissibles pour moi. Mais pas pour vous. Tant pis.
    Nous ne tomberons pas d’accord, et vraiment je vous admire car vous débattez admirablement bien.
    Je suppose qu’à chaque épidémie de grippe, dorénavant, vous vous réjouirez que l’on force toute la population à se vacciner, à se masquer pour que le maximum de personnes évitent les formes sévères de la grippe. Quand aux effets psychologiques, les principes d’égalité, la discrimination etc. On s’en carre. Le tout est que le moins de personnes possible fassent des formes sévères. Ça s’appelle du tout-sanitaire. Sur cela nous ne tomberons jamais d’accord.

    • Whynot dit :

      @JoeyT
      Non non, je ne défends pas le passe vaccinal, je suis plutôt contre je vous le rappelle ! Je veux juste qu’on cesse de l’attaquer pour de mauvaises raisons, et surtout qu’il serve de bonne excuse à des comportements stupides et contre-productifs.
      Quand je parle de vaccin chez les jeunes, ce n’est pas chez les moins de 16 ans, c’est plus pour les 20-39 (quoi, on n’est plus jeune à 39 ans ? Si, hein ? 😉 ). Je m’interroge sur la pertinence pour les moins de 12 ans, surtout dans le contexte actuel de décrue épidémique.

      « Mais non, j’insiste, dire que la 3eme dose de vaccin empêche l’infection et la contamination sur omicron est faux » -> ne dites pas cela, ce n’est pas vrai ! Ce n’est pas une barrière imperméable, mais (cf le complément de JCD au-dessus), ça évite quand même 75 % des transmissions/contaminations, ce qui n’est pas négligeable, surtout si les « cibles » évitées sont des fragiles, même vaccinés. Donc si si, le vaccin est aussi très efficace sur la transmission. Pas assez malheureusement pour que tous l’admettent vraiment, et sur une période trop courte, mais quand même.

      Quant à ceux qui perdent leur emploi, je ne dis pas que c’est négligeable. Je dis simplement que si un emploi perdu PAR CHOIX (certes forcé par un outil pas très reluisant d’un point de vue législatif, mais ça reste un choix de ne pas se faire vacciner) sauve une autre vie, la balance est favorable. Et même, allons-y, pour 10 emplois de perdus. Un emploi perdu, quand on est jeune ça peut certes être dur pendant une certaine période, ça peut prendre un peu de temps mais ce n’est pas pérenne, on peut en retrouver un. En revanche, on ne peut pas retrouver une vie perdue… On peut ne pas avoir mon point de vue, je l’accepte. Quant aux « gens positifs », ils ne travaillent pas : ils sont sensés s’isoler, hein. Ce n’est que lorsqu’on est vacciné et cas contact avec test négatif qu’on continue à bosser !

      Non, je ne me réjouirais pas qu’on force tout le monde à se faire vacciner, j’ai toujours clamé ici qu’une obligation ciblée (ie les fragiles) me semble plus pertinente, d’autant plus avec un virus moins létal que alpha ou delta par exemple. Cela inclut donc la grippe, omicron et allez savoir quelle autre saloperie qui nous tombera sur le nez dans les années à venir. Par contre, quel que soit le virus, il est évident que si je suis symptomatique de grippe ou omicron, même d’un petit rhume, je porterai à l’avenir le masque pour protéger ceux qui m’entourent. Et je m’étonnerai de ceux qui ne feront pas de même. Là encore, j’accepte qu’on ne partage pas mon point de vue, même si j’ai du mal à comprendre.

      Je ne m’en carre absolument pas des principes d’égalité et la discrimination, c’est pour ça que je rejette le passe vaccinal, mais que j’acceptais mieux le passe sanitaire qui offrait une alternative. Je rejette le tout-sanitaire et l’hygiénisme poussé à l’extrême si cela devient un principe de société, mais sur de courtes périodes qui l’exigent ça ne me dérange pas plus que ça, à condition que la bride soit lâchée quand la situation ne l’exige plus.

      Je ne suis pas d’accord sur le fait que je débats admirablement bien. Si tel était le cas, je vous aurais vraiment convaincu d’être d’accord avec mes points de vue 😉

    • Le_Chat dit :

      @JoeyT
      Je me sens moins seul lorsque je vous lis. Je vous suis reconnaissant d’exprimer votre opinion avec constance et respect.

  20. JEAN-MARIE FAUQUE dit :

    Lecteur assidu de COVIDTRACKER depuis quasiment le début de la pandémie, je tiens à vous féliciter pour la qualité et la pertinence de vos analyses mathématiques (mise en évidence des variants omicron notamment, prévisions des évolutions de la situation…..) et de vos commentaires avec des données souvent parcellaires car en partie « retenues » volontairement ou non par les Autorités Sanitaires.

    Je souhaite vous poser une question:
    Résidant dans les Landes, région à faible densité de population avec de grands espaces vierges (forêts, plages…) ou cultivés, une population fortement vaccinée (~ 85 %) peu touché par les vagues précédentes mais qui présente actuellement un des taux d’incidence des plus élevés de France (1570).
    En comparaison, la Seine St Denis, région très urbanisée à forte densité de population faiblement vacciné (~ 70 %) très touchée par les vagues précédentes a actuellement un taux d’incidence de 400..
    Alors, simple artéfact, évolution décalée de la pandémie ou sans tomber dans les thèses complotistes faut-il y voir une influence « néfaste » de la vaccination sur la propagation de la Covid?
    L’analyse est sans doute différente les hospitalisations et les formes graves.

    Encore une fois félicitations pour le travail accompli.

    • Whynot dit :

      @Jean-Marie
      Certains vous répondront sans doute de façon plus détaillée et chiffrée que moi, mais j’y vois spontanément 3 facteurs :
      – un décalage temporel : dans le 93 c’est en baisse depuis un moment, et, il faudrait vérifier, le taux d’incidence max a sans doute « explosé » le vôtre. Omicron a commencé par la région parisienne puis a touché les autres, en dernier lieu les plus isolées et moins denses qui se retrouvent donc en « queue de vague »
      – on teste sans doute proportionnellement beaucoup plus chez vous que dans le 93. Quand on cherche, on trouve. Sans doute que pas mal de cas du 93 sont passés à l’as parce que beaucoup de jeunes n’étaient pas inquiétés par le « petit rhume » qu’ils avaient, et donc pas testés, et donc pas de cas contacts, et donc pas de nouveaux tests, et donc etc etc …
      – une pyramide des âges différente qui rendrait votre région plus sensible à des cas symptomatiques, et donc à des tests, et donc à du taux de positivité élevé.
      Ce ne sont que des hypothèses, bien sûr ^^

      • Daniel Le Breton dit :

        Le taux d’incidence est monté à 4400 en Seine Saint Denis et à 4100 dans les Landes. On observe donc principalement le décalage temporel du passage de la vague.

    • NicoM dit :

      @Jean Marie Fauque et tout ceux qui vous ont répondu.

      Cela faisait quelque temps que j’étais surpris par le fait que tout l’ouest du pays (j’élargis vos propos) semblait beaucoup plus touché par cette vague omicron que l’est du pays, pourtant davantage touchée habituellement par les autres vagues. Et que aussi, ces régions de l’ouest sont bien plus vaccinée que les régions de l’est.

      Je me suis donc livré à de petits calculs à l’aide le l’outil « covidexplorer » pour comparer les 4 régions à l’ouest du pays vs les 4 régions de l’est du pays, tous les chiffres sont par 100 000 habitants pour effacer les différences du nombre de population.

      Voici ce que ça donne :

      Nombre de cas moyen à l’ouest au pic de chaque région (j’ai pris à chaque fois le nombre le plus haut quel que soit la date du pic pour effacer les décalages temporels, régions Normandie, Bretagne, Pays de Loire, Nouvelle Aquitaine) : 3803,9/100000
      Taux de vaccination moyen pour ces 4 régions : 82,9%

      ps : le taux de vaccination correspond au % de personnes ayant réalisé au moins 1 injection, j’aurai préféré la 3eme dose mais je ne l’ai pas sur covidexplorer.

      Nombre de cas moyen à l’est au pic de chaque région (Grand Est, Bourgogne Franche Comté, Auvergne Rhône Alpes, Provence Alpes Côte d’Azur) : 3863,3/100000
      Taux de vaccination moyen pour ces 4 régions : 77,5%

      Écart du taux d’incidence : 1,56% en faveur de l’est, légèrement plus touché donc que l’ouest contrairement à mon intuition.
      Écart du taux de vaccination : 5,4 points en faveur de l’ouest.

      La ou ça devient interessant, c’est que j’ai calculé l’écart théorique qui aurait du survenir grâce à ce taux supérieur de vaccination en faveur de l’ouest.

      Hypothèses : taux d’efficacité du vaccin contre les contaminations (données communiquées par JCD ci dessus : 75%)
      Nombre de personnes en contact avec le virus : 10% (on arrive ainsi peu ou prou aux taux d’incidences constatés).

      Dans l’ouest ça donne : 2072 contaminés vaccinés (1/10 de 75% de 82,9% de la population vaccinée), 1712 contaminés non vaccinés (10% de la population nonvax) soit 3784 cas / 100 000.

      Dans l’est ça donne : 2245 contaminés vaccinés (1/10 de 75% de 77,5% la population vaccinée), 1939 contaminés non vaccinés (10% de la population nonvax) soit 4184 cas / 100 000.

      Écart théorique : 10,58%, soit environ 10 fois plus que le 1,56% constaté.

      J’ai dans l’idée de regarder les corrélations également avec Départements/territoires d’outre mer et métropole, ou encore selon les différents pays du monde. Mais ça prends beaucoup de temps…

      Existe-t-il une corrélation entre taux de vaccination et taux d’incidence ?

      Il me semble que ça devrait être évident avec une efficacité contre les contaminations de 75%. Ce premier calcul démontre que l’on ne peut pas établir de corrélation dans ce cas. Mais d’autres paramètres interviennent, il faudra donc faire d’autres calculs.

      • NicoM dit :

        Erratum :

        Lire « Dans l’est ça donne : 1939 contaminés vaccinés (1/10 de 75% de 77,5% la population vaccinée), 2245 contaminés non vaccinés (10% de la population nonvax) soit 4184 cas / 100 000. »

        J’ai inversé vax et no vax mais le calcul reste correct (total OK et bon sur mon tableur, c’est juste une erreur dans la saisie du texte ici).

      • Jean-Loup dit :

        @NicoM
        « régions Normandie, Bretagne, Pays de Loire, Nouvelle Aquitaine »

        3e dose (couverture tous âges)___() taux d’incidence tous âges 18-02-2022 2031
        61.9%__Nouvelle-Aquitaine (163.4)
        61.9%__Pays-de-la-Loire (100.5)
        62.8%__Normandie (98.6)
        64.5%__Bretagne (120.3)

        Par tranche
        NA_______PL______N_______B
        0.1%____0.1%____0.1%____0.1%____10-11
        14.2%___15.2%___16.3%___15.0%___12-17
        64.8%___70.6%___72.9%___73.1%___18-24
        62.0%___65.7%___67.1%___69.3%___25-29
        61.2%___64.2%___66.1%___67.1%___30-39
        70.7%___74.2%___74.8%___75.2%___40-49
        80.6%___83.2%___82.9%___83.7%___50-59
        83.2%___85.7%___85.2%___87.1%___60-64
        85.1%___87.5%___86.0%___88.0%___65-69
        93.5%___96.3%___93.8%___97.0%___70-74
        91.8%___94.6%___92.1%___95.8%___75-79
        76.1%___78.1%___75.7%___79.2%____80+

        [Géodes]

        Données démographiques INSEE
        NA_______PL______N_______B
        16.0%___18.7%___17.8%___17.3%____0-14
        15.9%___17.0%___16.9%___16.4%___15-29
        17.4%___18.4%___17.7%___17.6%___30-44
        20.3%___19.5%___19.9%___20.1%___45-59
        19.0%___16.8%___17.8%___18.1%___60-74
        11.4%____9.7%____9.9%___10.5%____75+

        • NicoM dit :

          Merci Jean-Loup, il faudrait aussi la couverture des régions de l’est.

          Ceci dit, grâce au lien « météo covid » fourni par K ci-dessous, on a la confirmation que les 3eme doses sont plus fréquentes dans les départements bien vaccinés au départ que dans les départements moins vaccinés.

          Donc la logique du calcul doit rester vraie, même si effectivement il serait préférable d’avoir les données les plus pertinentes.

        • Jean-Loup dit :

          @NicoM

          3e dose (couverture tous âges)___() taux d’incidence tous âges 18-02-2022
          58.4%__Grand-Est (136.3)
          58.5%__Bourgogne-Franche-Comté (111.0)
          55.6%__Auvergne-Rhône-Alpes (92.8)
          53.2%__Provence-Alpes-Côte-d’Azur (105.6)

          Par tranche
          GE______BFC____ARA_____PACA
          0.1%____0.1%____0.1%____0.2%____10-11
          15.4%___13.4%___12.2%___9.9%____12-17
          61.8%___64.8%___58.6%___50.5%___18-24
          58.4%___56.9%___55.9%___48.0%___25-29
          59.2%___56.5%___55.7%___48.9%___30-39
          68.3%___66.8%___65.3%___60.4%___40-49
          77.4%___76.7%___76.1%___72.5%___50-59
          80.7%___79.7%___80.1%___76.9%___60-64
          82.6%___81.5%___81.0%___78.0%___65-69
          92.1%___89.1%___88.9%___84.8%___70-74
          86.2%___89.4%___89.7%___84.2%___75-79
          74.1%___74.6%___74.6%___70.9%____80+

          [Géodes]

          Données démographiques INSEE
          GE______BFC____ARA_____PACA
          17.1%___16.9%___18.2%___16.7%____0-14
          17.5%___16.2%___17.6%___16.1%___15-29
          18.3%___17.3%___18.8%___17.9%___30-44
          20.6%___20.1%___19.8%___20.1%___45-59
          17.1%___18.6%___16.2%___18.0%___60-74
          9.3%____10.9%____9.4%___11.1%____75+

          Décès Covid-19 hospitaliers par hab. depuis 2020
          90.5 : 100 000______Nouvelle-Aquitaine
          91.3 : 100 000______Pays-de-la-Loire
          130.2 : 100 000______Normandie
          66.9 : 100 000______Bretagne
          215.8 : 100 000______Grand-Est
          210.6 : 100 000______Bourgogne-Franche-Comté
          178.6 : 100 000______Auvergne-Rhône-Alpes
          222.4 : 100 000______Provence-Alpes-Côte-d’Azur

          • NicoM dit :

            @Jean-Loup

            Merci pour vos infos je vais rentrer les stats 3eme dose dans mon tableur et refaire les calculs.

            Par contre, mettre le mortalité depuis 2020, donc en grande partie avant les vaccins et avec l’est bien plus touché que l’ouest, si c’est pour démontrer l’efficacité des vaccins, ce n’est pas le bon moyen.

            • Jean-Loup dit :

              @NicoM

              La mortalité globale ?

              j’ai pris ce biais car, après ces quelques recherches, j’ai effectivement trouvé une corrélation intéressante dans ces chiffres, mais pas encore eu le temps de regarder à plus large échelle, et pas non plus celui de compiler les données sur l’intégralité des deux derniers mois pour chaque région.

              Ce taux d’incidence majoré à l’Ouest a-t-il été une constante hivernale ou une situation transitoire lors de cette fin de vague ? Qu’en conclure avec les données basiques à notre disposition ?

              D’aucuns diraient que le vaccin facilite le travail d’Omicron, mais je suis plus dans l’idée que la très forte contamination de l’Est par les précédents variants est possiblement une variable non négligeable grâce à l’immunisation des muqueuses. Je plaçais donc cette excédent de mortalité dans le coût d’une potentielle immunité plus importante.

              Possible aussi que les populations plus vaccinées et très épargnées auparavant aient un comportement plus relâché.

              Les chiffres officiels des tests positifs sont ceux-ci au 6 février (20 ans et plus) dans #tousanticovid :
              1981 : 100 000___Non vaccinés
              1316 : 100 000___Vaccinés de moins de 6 mois
              1059 : 100 000___Vaccinés de plus de 6 mois sans rappel
              _782 : 100 000___Vaccinés de plus de 6 mois avec rappel

              Là encore, c’est intriguant. Le fait qu’un double dose récent ait toutes les chances d’être un moins de 50 ans poussé par le passe vaccinal a-t-il un effet sur ces stats ? (nbre de tests beaucoup plus élevé chez les jeunes, contacts sociaux, etc.)

              • NicoM dit :

                @Jean-Loup

                Alors avec vos données « 3eme dose » ça donne :

                – un écart encore plus grand de taux de vaccination : l’ouest est plus « 3eme dosé » que l’est de 11,25% (au lieu de 6,88% pour les primo-vaccinés).
                – Par contre, contre intuitivement, un écart plus faible du taux de « cas théorique » de 9% (contre 10,58% avec mes calculs initiaux) mais cet écart théorique est toujours très largement supérieur à l’écart constaté de 1,56%. J’explique ce 9% vs 10,58% par le plus grand nombre de « non 3eme dosés » qui représente la majorité des contaminations.

                Donc conclusion : on ne peut toujours pas établir de corrélation entre le taux de vaccination de rappel et le taux d’incidence (ce qui ne veut pas dire qu’elle n’existe pas, mais en tous cas ce n’est pas visible mathématiquement parlant dans ce calcul).

                Pour vous répondre, oui, la mortalité globale, en prenant depuis 2020, les régions de l’est ont bien plus été touchées que l’ouest et donc on ne peut pas conclure avec ces données que la plus grande mortalité de l’est est due à la moindre vaccination que l’ouest.

                « Ce taux d’incidence majoré à l’Ouest a-t-il été une constante hivernale ou une situation transitoire lors de cette fin de vague ? Qu’en conclure avec les données basiques à notre disposition ?  » c’est ce que je croyais au départ mais les données prouvent que non, c’est donc juste un décalage temporel : est au début, ouest à la fin…

                « D’aucuns diraient que le vaccin facilite le travail d’Omicron, mais je suis plus dans l’idée que la très forte contamination de l’Est par les précédents variants est possiblement une variable non négligeable grâce à l’immunisation des muqueuses. Je plaçais donc cette excédent de mortalité dans le coût d’une potentielle immunité plus importante. »

                C’est possible.

                « Possible aussi que les populations plus vaccinées et très épargnées auparavant aient un comportement plus relâché. »

                Perso, j’ai toujours été sceptique envers ce type d’explication « sociale », mais peut-être que vous avez raison. J’aurai plutôt tendance à imaginer les gens plus vaccinés comme plus craintifs du virus et donc plus vigilants, mais ce ne sont que des hypothèses.

  21. smurf dit :

    @ JEAN-MARIE FAUQUE

    Le pic principal de la vague est le 8 janvier en Seine Saint-Denis et à Paris et plutôt le 30 janvier dans les Landes. Il y a quand même 22 jours de décalage temporel.
    Comme déjà dit par Whynot et DLB, cela explique le « paradoxe ».

    Patience donc…

    Attendez 22 jours, moins j’espère pour les Landais 🙂

    On peut voir d’ailleurs sur les 2 courbes que le nombre de cas max a été approximativement divisé par 2 par rapport au pic 15 jours après le pic (à vue d’oeil en regardant la courbe grise et rouge de la répartition delta omicron)

    • JEAN-MARIE FAUQUE dit :

      Merci à tous pour vos réponses.
      En fait, comme vous l’avez compris, ma question était à travers l’exemple des Landes et de la Seine St Denis, y-a-t ‘il une corrélation entre le taux d’incidence et le taux de vaccination pour une population donnée dans le cas d’omicron.
      Il me semble à la lecture de vos réponses que la corrélation ne soit pas simple à établir….

      • Whynot dit :

        @Jean-Marie
        Si vous parlez d’une corrélation « positive » (plus de vaccin = plus de cas), très clairement je ne vois pas comment cela pourrait être possible… On va nous ressortir l’histoire des anticorps facilitants mais il a été clairement montré (les liens avaient fournis ici, par Lithium de mémoire) que cela existait, mais que c’était extrêmement rare (1 pour 1 million peut-être ?), en tout cas suffisamment marginal pour ne pas pouvoir être corrélé à une évolution de taux d’incidence même départemental.
        Si quelqu’un a une autre hypothèse scientifique ou médicale à proposer je suis prêt à l’entendre mais il va falloir être très persuasif et documenté 😉

        S’il y a corrélation, la logique voudrait qu’elle soit négative (plus de vaccin = moins de cas) puisque, encore une fois, c’est une raquette à trous mais il y a encore pas mal de cordage : l’efficacité contre la transmission, n’en déplaise à certains, est avérée. Même si elle n’est plus que de 50 %, ou même de 25 %, ça reste significatif sur le nombre de contaminations évitées.

        • NicoM dit :

          @whynot

          Je me suis fait ch… à étudier cela, ça m’a pris 2 heures, alors svp lisez ce que j’ai écris 😉 vous aurez un début de réponse…

          • Whynot dit :

            @NicoM
            J’ai lu, mais ce ne sont que corrélations, pas des preuves scientifiques 😉
            Je ne rejette pas en bloc ce que vous concluez, mais étant les très nombreux facteurs en jeu, de simples corrélations ne suffisent pas je crois.
            Quand on dit « 75 % » c’est statistique, mais ça veut dire que pour une personne donnée, à chaque nouveau contact ce 75 % est en jeu. Et donc forcément, à force de contacts, le virus passe par le trou dans la raquette.
            Corréler niveau de vaccination avec taux d’incidence me paraît à peu près impossible en fait.

            En revanche, si quelqu’un a une hypothèse physiologique/médicale expliquant qu’un fort taux de vaccination entraîne inévitablement une hausse du taux d’incidence sans que les biais sociaux ou environnementaux ne modifient ce constat, je changerai mon fusil dépaule 😉

            • NicoM dit :

              @whynot

              « Corréler niveau de vaccination avec taux d’incidence me paraît à peu près impossible en fait. » S’il est impossible d’établir une corrélation, en prenant par exemple des pays très vaccinés vs des pays peu vaccinés, et en éliminant bien tous les biais potentiels (taux de dépistage par exemple) je suis désolé mais ce sera la preuve que les vaccins ne protègent pas des contaminations en situation réelle.

              Seul le résultat compte…

              « En revanche, si quelqu’un a une hypothèse physiologique/médicale expliquant qu’un fort taux de vaccination entraîne inévitablement une hausse du taux d’incidence sans que les biais sociaux ou environnementaux ne modifient ce constat, je changerai mon fusil d’épaule »

              Ce n’est pas ce que je dis, je ne dis pas que plus on est vaccinés plus on a des risques d’être contaminés, en revanche, si jamais on trouve une telle corrélation, là il faudra rechercher l’explication physiologique/ médicale !

              • Daniel Le Breton dit :

                @ NicoM

                En fait vous entreprenez la tâche difficile qui consiste à essayer de corréler deux indicateurs d’un événement sujet à de nombreux aléas. En principe, la méthode consiste à recenser les paramètres qui peuvent apparaître comme influents et lister des observations en parallèle avec les valeurs de ces paramètres (il en faut une bonne dose pour aider au calcul). Ensuite il faut demander à un logiciel ad hoc de faire une analyse en composantes principales. Ce dernier va donc examiner l’influence partielle de chaque paramètre et les ranger du plus représentatif au moins représentatif en leur attribuant une probabilité. Ensuite vous pourrez (peut-être) définir un jeu de paramètres principaux, ceux qui ont une signification statistique, et tenter une régression multilinéaire pour voir ce que ça donne et là encore il faudra examiner ce que raconte le logiciel qui va réattribuer une signification statistique à tous les coefficients de corrélation avec un intervalle d’erreur. Si on n’a pas identifié suffisamment de paramètres importants (si tant est qu’ils existent) on peut se retrouver avec un résultat décevant comme des incertitudes élevées pour les coefficients de la régression. Dit autrement, la longueur du bateau n’est pas toujours bien corrélée à l’âge du capitaine.

                Et ce n’est pas parce que le coefficient de corrélation de la régression mathématique est élevé que la corrélation est bonne au plan statistique (l’inverse est vrai). Il y a d’autres indicateurs statistiques à examiner avant d’arriver à la conclusion.

              • Whynot dit :

                @NicoM
                Si vos résultats de corrélation vont à l’encontre de ce qui disent toutes les études observationnelles scientifiques révisées par les pairs (ie les nombreux liens fournis dans les précédents articles à ce sujet d’où sortent les fameux 75 %), je suis désolé mais ça ne suffira pas à me convaincre ^^

              • NicoM dit :

                @DLB, @whynot

                Je ne parlais pas de mon pauvre petit calcul, j’ai bien conscience qu’on ne peut pas en 2 heures de temps aboutir à un résultat irréfutable qui surpasse toutes les études faites par les plus grands épidémiologiste de la terre !

                Je parlais de vraies études corrélatives faites par des pros !

                Je pense en effet que face à des phénomènes tellement complexes qu’il est impossible de modéliser tous les paramètres, regardez le résultat a posteriori est une démarche intéressante.

                Si au final on s’aperçoit qu’aucune corrélation n’existe entre le taux de vaccination et la circulation virale on pourra se poser des questions non ? Et si ça se trouve il y a bien une correlation, je ne préjuge pas du résultat.

  22. Daniel Le Breton dit :

    Chopée au passage sur la chaine Public Sénat il y a quelques minutes, l’interview d’Olivier Véran qui précise ses critères de sortie de crise (je n’en ai vu que les quelques minutes de fin et la vidéo n’est pas encore disponible en replay):
    • Moins de 1500 personnes en soins intensifs
    • Un taux d’incidence compris entre 300 et 500 (tiens donc, et pas 50)
    • Un nombre « raisonnable » de déprogrammations
    Le premier critère nous emmène toujours début mars. Le second également mais comme la courbe s’étale, ça pourrait être un peu plus tard. Je ne sais pas si cette limite reste au niveau national ou éventuellement se doit d’être atteinte au niveau départemental. Enfin je ne commenterai pas le dernier critère, c’est déjà fait.

    Si je dois faire une synthèse je dirais qu’on s’oriente aujourd’hui vers une levée du passe à mi mars, avec les masques en intérieur, mais ça pourrait encore changer d’ici là.

  23. Whynot dit :

    @DLB
    On avance quand même un peu, entre « 0 déprogrammation » et « un nombre raisonnable », c’est tout de même pas tout à fait la même chose, surtout une fois l’hiver passé. Mon « fin mars » annoncé il y a quelques semaines tient encore la route alors 🙂
    Par ailleurs, je vous ai posé une petite question un peu plus haut (concernant les 2 vagues delta), l’avez-vous vue ?

    • Daniel Le Breton dit :

      @ Whynot

      C’est fait.

      En me demandant pourquoi on en arrivait à un taux d’incidence limite de 400 en moyenne (300/500) je me suis dit que ça ne sortait pas complètement d’un chapeau. Il y a peut-être une explication de ce genre: 400 c’est à peu près 10% du taux d’incidence maxi atteint (3700 en moyenne nationale mais avec des valeurs départementales dépassant les 4400, d’ou la fourchette). Dans le cas de la vague delta automnale on est monté à 500 de taux d’incidence et 50, le niveau initial d’alerte, en représente aussi 10%.

      Est-ce que par hasard les services de renseignements (joke) du Ministère de la santé liraient notre humble prose ?

  24. Freddo dit :

    @whynot : Vous dites : « ça évite quand même 75 % des transmissions/contaminations »

    La seule étude que j’ai trouvé en ce qui concerne omicron est nettement moins optimiste sur les cas symptomatiques (je pense que l’article de Vidal se base sur cette étude):
    « Among those who had received 2 doses of Pfizer or Moderna effectiveness
    dropped from around 65 to 70% down to around 10% by 20 weeks after the second dose. 2 to 4
    weeks after a booster dose vaccine effectiveness ranged from around 65 to 75%, dropping to
    55 to 70% at 5 to 9 weeks and 40 to 50% from 10+ weeks after the booster.  »
    https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/1045619/Technical-Briefing-31-Dec-2021-Omicron_severity_update.pdf

    On retrouve (au mieux) vos 75% mais seulement pendant 4 semaines après le booster.
    Après 2 mois on est à 40-50% et après on ne sait pas (mais vue la vitesse à laquelle la protection contre les formes symptomatiques diminue, ça ne doit pas être fameux…).

    Il semble donc qu’on soit loin de la protection de 75% contre la transmission/contamination hors dose très récente (en France 20 millions de « boostés » sur les 35 millions actuels l’ont fait il y a plus de 2 mois, les autres y arriveront rapidement…)

    • Whynot dit :

      @Freddo
      Ce ne sont pas « mes » 75 % ! Déjà, ce n’est qu’un ordre de grandeur « rond »‘, et oui bien sûr on sait que ça s’effiloche au cours du temps.
      Ensuite, JCD l’a rappelé, c’est la valeur retenue par le Vidal, issue de pas mal d’études (dont j’avais fourni les liens sur les 2 articles précédents, je ne les ai pas conservés et j’ai la flemme de les retrouver une 3e fois). En valeur max, oui, et même si après 10 semaines on tombe à 50 % ça ne devient pas 0 et ça évite tout de même la moitié, ce qui n’est toujours pas rien. Même 25 % d’ailleurs, ce n’est toujours pas rien ! Certes pas ce qu’on pouvait espérer dans le monde merveilleux des bisounours où le vaccin éviterait à 100 % les contaminations et les formes graves, mais le jour où on atteindrait ces niveaux ce ne sera peut-être pas bon signe concernant le taux de consanguinité moyen de l’humanité 😉

      • JCD dit :

        @Freddo
        Oui, le 75% n’est pas éternel, malheureusement.
        Vous trouverez tout en haut de l’article la courbe de décroissance de l’efficacité vaccinale sur du delta, 2 doses.

        J’ai mis ici l’équation ’empirique/hypothèse de travail’ de cette même courbe pour omicron 3 doses : https://covidtracker.fr/la-vie-revee-davant/#comment-8368
        A 70 jours, ça nous donne effectivement du 50% d’efficacité contre omicron donc proche de ce que dit l’étude.

        Si on essaye d’interpoler cela à l’avenir, ce qui semble donc se dessiner comme scenario c’est bien une piqure de rappel annuelle pour les gens fragiles afin de les protéger les quelques mois de l’hiver. Un peu comme pour la grippe.

        • NicoM dit :

          @JCD

          « Si on essaye d’interpoler cela à l’avenir, ce qui semble donc se dessiner comme scenario c’est bien une piqure de rappel annuelle pour les gens fragiles afin de les protéger les quelques mois de l’hiver. Un peu comme pour la grippe. »

          C’est la stratégie qui me semble à ce jour la plus logique, raisonnable, adaptée pour le futur.

          C’est celle que je prendrais en tous cas si j’étais dirigeant au vu de nos connaissances actuelles : abolition de TOUTES les mesures contraignantes à la mi mars, puis campagne de vaccination d’octobre à décembre pour tous ceux qui le souhaitent (en partant du principe que l’immense majorité de ceux qui s’estiment fragiles auront envie de se faire vacciner pour se protéger – sur la même ligne de ce que dit whynot plus bas et pour lequel je suis d’accord).

  25. Whynot dit :

    @DLB
    Merci pour votre réponse, je me doute que la question soulevée n’a pas de réponse simple et qu’on ne pourra sans doute pas la vérifier mais je crois que cette hypothèse de plusieurs sous-variants delta tient la corde et expliquerait bien des choses, notamment un éventuel échappement immunitaire supplémentaire (come BA2 ou BA1.1 vs BA1) qui justifierait la baisse très notable de la protection vaccinale en début d’hiver et qui a amené à la nécessité de la 3e dose (en particulier pour les fragiles). Il me semble d’ailleurs de mémoire que Lithium (?) avait évoqué l’existence de plusieurs sous-variants delta majoritaires dans l’arbre phylogénétique de ce coquin de Sars-CoV2, et que tous les pays n’avaient pas été concernés par le même au final.

    Ce n’est pas la première fois je crois que vous évoquez la possibilité d’une « surveillance » du blog par les services gouvernementaux. Allez savoir, je crois pour ma part que face à une situation aussi complexe, les infos, hypothèses et autres données sont sans doute piochées dans un panel extrêmement large par ceux qui au bout du compte prennent des décisions impactant la vie de tous. Donc pourquoi pas ce blog ? Il y a bien des veilles twitter et autres réseaux sociaux dans les services gouvernementaux pour prendre la température sociale sur bien des sujets, pourquoi pas sur ce sujet de la pandémie, au premier plan des préoccupations de beaucoup…

    J’imagine bien les différents rapports synthétiques transmis par les « stagiaires » posés sur le bureau du ministre avant une réunion, dont certains nous paraitraient sans doute totalement farfelus s’ils étaient les seuls !

  26. K dit :

    Merci à tous pour vos échanges.
    Je me permets de mettre ici un lien vers Météo Covid qui présente les mêmes données de SPF, Sidep et autres mais de façon un peu différente. Cela permet notamment de voir effectivement le décalage d’un département à l’autre aussi bien sous forme de cartes ou de heatmap. J’aime particulièrement les heatmap avec les variations pour cela :
    https://www.meteo-covid.com/

    Il y a également d’autres découpages non présents sur CT ainsi que le possibilité d’ajuster à sa sauce les légendes sur les cartes qui permettent d’avoir une meilleure granularité.

  27. Daniel Le Breton dit :

    Je suis retombé sur une rediffusion à la télé de la même audition faite ce matin au Sénat, sans en voir le début. Mais cette fois-ci je l’ai retrouvée sur Youtube :

    https://www.youtube.com/watch?v=rZEapCLzxaE

    Alors voici les critères énoncés (vers 15 minutes d’enregistrement) :
    • zéro déprogrammation (et pas une quantité « raisonnable » comme j’avais cru le lire) à l’hôpital tout en reconnaissant qu’il n’y a pas de suivi disponible (question d’une sénatrice).
    • Selon les indications du Conseil Scientifique (CS) : moins de 1500 en réanimation (je pense qu’il parle des soins intensifs), et a indiqué suite à une question que pour et avec Covid ce n’était pas bien différent dans ce cas (en fait c’est 86%/14%). Ce serait réalisé d’ici 2 à 3 semaines.
    • Toujours selon le CS : un Reff en dessous de 1 et en baisse durable. Il faudrait se réveiller parce que c’est le cas depuis le 25 janvier, il est descendu à 0,57 le 10 février et remonte depuis (0.68 le 18 selon mes propres estimations).
    • Un taux d’incidence entre 300 et 500, atteignable d’ici 2 à 3 semaines. OK, rien de surprenant.
    Le Ministre trouve qu’il y a « trop de décès » encore à l’heure actuelle (240 en moyenne hebdo) et on va probablement diviser par 4 d’ici trois semaines. Donc j’espère que ce ne sera pas une occasion de plus pour un renoncement.

    La stratégie qu’on perçoit de son discours c’est une évolution très progressive des mesures. Mi mars pour le passe c’est au conditionnel. Il est probable que cela se passe par paliers pour reprendre ses termes, tout comme le retrait des masques en intérieur. Je traduis cela par la volonté d’atteindre la quasi extinction de l’épisode épidémique pour lever les dernières restrictions. Le Prochain Conseil de Défense qui aura lieu la semaine prochaine peut-être devrait permettre d’éclairer les décisions sur le passe et le port du masque en intérieur.

    Enfin il a parlé de BA2 pour dire qu’à partir de simulations (pas de séquençage donc), il représenterait 50% d’omicron aujourd’hui.

  28. Whynot dit :

    @DLB
    Quasi-extinction peut-être pas, pour ma part je vois une prudence raisonnable, je l’imagine bien faire évoluer les conditions au fur et à mesure si l’évolution positive que vous annoncez et qu’ils attendent également va dans ce sens.
    J’y vois une « manoeuvre politique » : on est dans le gris, on insiste encore sur le pourcentage de « noir » et petit à petit, avec le retour des pâquerettes et des hirondelles, ainsi que l’approche de la mise en urnes, on va plus insister sur le côté « blanc ». Dit autrement, j’y vois une volonté d’afficher un côté encore très prudent voire pessimiste par anticipation d’une amélioration moins franche, qui évoluera en une volonté d’afficher une position bien plus optimiste et engageante, qui se conclura par « allez, c’est bon, cette fois on est sûrs, et malgré ce qu’on avait annoncé en premier on se décide à anticiper un peu la relâche puisque vous le valez bien. Et surtout, votez pour nous. » 😉

    Pour BA2, c’est presque surprenant : qu’il n’ait aujourd’hui « que » la moitié de la part de marché semble indiquer qu’il a du mal à s’imposer face à BA1.1 : peut-être un poil plus transmissible mais pas tant que ça, un poil plus méchant mais pas tant que ça non plus. Cela semble en phase avec les observations danoises, non ? Enfin, espérons pour la « méchanceté » relative puisque cela conditionne le ratio pessimiste/optimiste relevé dans mes phrases précédentes ^^

  29. K dit :

    @DLB : D’ailleurs on voit que la dérivé seconde des nouveaux cas en Ile de France est positive depuis 3 jours peu importe la tranche d’âge : https://www.meteo-covid.com/graphique-statistique-sidep

    Comment cela s’interprète ? C’est que la courbe de descente s’applatti un peu c’est cela ?

    La projection à 7 jours donne en tout cas 53385 cas pour le 25 Février. A voir si c’est raccord avec vos calculs 🙂

    • smurf dit :

      @ K

      Oui, cela signifie que le nombre de cas continue de diminuer mais la vitesse de diminution ralentit. La pente de la descente devient de moins en moins pentue ou, comme vous le dites, la courbe s’aplatit un peu.

      La question est : la courbe va-t-elle tendre vers une horizontale ? Y-a-t-il une sorte de plancher de verre en dessous duquel on ne peut pas descendre ?

  30. Daniel Le Breton dit :

    @ K

    Vous parlez de la France plutôt, pas de l’Ile de France avec ces chiffres. Il y a un décalage dans le temps avec mes données, les chiffres du 21 du graphique de météo-covid correspondent exactement à ceux du 18 pour moi, un problème de repérage de date je suppose. Pour le 25 j’ai quelque chose comme 40 000 cas.

    La dérivée seconde positive indique que la valeur de la dérivée première (négative car on est dans la descente) remonte, ça correspond à l’atterrissage de la courbe des contaminations. Sa valeur va s’approcher de zéro pour indiquer qu’on touche le fond.

  31. Daniel Le Breton dit :

    Il est bien possible que BA2 retarde la descente de plusieurs jours, voire semaines. Il serait plutôt du coté de 80% que de 50%. C’est le cas de l’Italie qui a attiré mon attention et j’ai repensé à la remarque de picoteras à propos de l’effet de BA2 sur l’évolution de l’épidémie, et aussi à la même question posée ce matin par une sénatrice au Ministre pour connaitre son impact sur les chiffres. Le Ministre a répondu que le variant n’aurait pas d’impact sensible or je vois se dessiner le contraire sur les courbes : BA2 va nous envoyer des plateaux partout (contaminations, hospitalisations, soins intensifs, etc.) et ça va retarder toutes les échéances. J’estime cela à deux semaines pour le moment, je suis peut-être pessimiste, tout du moins je l’espère, mais ça veut dire qu’omicron reste le maître des horloges et va pousser dans le sens des politiques en retardant les échéances. Donc les deux trois semaines du Ministre de ce matin risquent bien de se transformer en trois quatre semaines. J’en connait un que ça va arranger :).

    Ce n’est pas de bol, hein ?

  32. ashturmovik dit :

    On se passerait fort bien des analyses politiques de monsieur Le Breton. En revanche merci pour le travail d’analyse.

    • ashturmovik dit :

      …d’analyse statistique, j’entends.

    • Pro-pro dit :

      @ashturmovik
      Passez-vous en si cela vous chante mais pas ne préjugez pas de l’opinion des autres.

    • Daniel Le Breton dit :

      @ ashturmovik

      Vous vous emballez pour rien, je parlais de Whynot qui ne s’est pas encore reconnu et pas de « qui vous savez ». Il a toujours parié pour la fin mars en ce qui concerne la fin des mesures. Voici donc une analyse dont vous auriez pu vous passer peut-être.

      • Whynot dit :

        @DLB
        J’étais bien loin d’une connexion depuis mon dernier commentaire, je viens de rattraper mon retard et je m’étais reconnu 😉

      • ashturmovik dit :

        Je n’ai même pas lu vos commentaires pour le coup, je ne comprends même pas de quoi vous parlez, et je m’en fiche un peu.

        Je parlais de votre « On nous connait bien plus hardis pour dépenser l’argent qu’on n’a pas » dans l’article lui-même.
        Les commentaires dans la section idoines me sembles plus appropriés pour discuter politique si vous en avez envie, pour le coup je ne vous le reproche pas, mais je trouve fort peu intéressant de mélanger ça a vos analyses statistiques dans le corps de l’article.

        • Daniel Le Breton dit :

          @ ashturmovik

          Je comprends la méprise. Je pensais que vous faisiez allusion à ceci : « J’en connais un que ça va arranger :). » et là je me suis dit, zut, un supporter du chef de l’état qui ne voit pas de qui je parle (de Whynot).

          Bon maintenant vous tiquez sur une phrase de l’article qui décrit un trait typique de la politique française qui dure depuis quarante ans. Comme vous êtes le troisième à me reprocher de dire ce que je pense dans l’article, statistiquement vous devriez être le dernier (jamais deux sans trois). Mais je répète une troisième et dernière fois que je ne fais pas des statistiques pour vérifier que l’approche mathématique que j’utilise donne parfois des résultats intéressants comme la détection de BA2 avant qu’on en entende parler. Elle est là pour tenter de voir ce qui se trame et ce qui va influencer nos vies (c’est ça la politique). Je suis pour la science pratique, pas pour la science en soi et donc il faut faire avec.

          • Whynot dit :

            @DLB
            Là aussi je me reconnais dans le « deux » de « jamais 2 sans 3 » 😉
            Ce n’était pas vraiment un reproche de ma part, c’était plus de l’ordre du constat. On connaît à peu près à travers les commentaires votre position, vous avez tout à fait le droit de la tenir et de dire ce que vous pensez ce n’est pas un souci. Je regrettais juste (comme ashturmovik si je comprends bien) qu’elle apparaisse au coeur de l’article car traitant d’un tout autre champ d’application que l’article en lui-même.

            Que l’on parle dans un 2e temps pour voir comment les modélisations peuvent nous aider à appréhender ce qui va suivre à court terme et ce qu’on peut imaginer comme scénarios, aucun problème là-dessus, encore moins que vous-mêmes n’exprimiez votre opinion. Car ce n’est qu’une opinion, et vous savez que je n’aime pas des masses quand on superpose les sujets scientifiques et les opinions. Le second sujet n’est pas moins intéressant mais comme il donne souvent lieu à confronter des positions par définition inconciliables, je préfère garder ces deux sujets décorrélés 🙂

  33. Pierre dit :

    @JCD, au sujet de la « courbe verte » qui suggère une remontée des cas vers juin.

    Je copie ci-dessous des extraits d’un article du New York Times d’hier qui fait état d’études récentes selon lesquelles, si les anticorps dûs aux vaccins diminuent vite, ce n’est pas le cas d’autres défenses immunitaires, qui elles semblent perdurer beaucoup plus longtemps. Donc la protection contre les cas graves pourrait être durable, auquel cas une remontée des infections ne se traduirait pas nécessairement par un embouteillage hospitalier, me semble-t-il.

    Lien vers l’article : https://www.nytimes.com/2022/02/21/health/covid-vaccine-antibodies-t-cells.html

    Traduction (DeepL) partielle (l’article est assez long) :

    La variante Omicron peut échapper aux anticorps – des molécules immunitaires qui empêchent le virus d’infecter les cellules – produits après deux doses d’un vaccin Covid. Mais une troisième dose des vaccins à ARNm fabriqués par Pfizer-BioNTech ou par Moderna incite l’organisme à produire une variété beaucoup plus grande d’anticorps, qu’il serait difficile pour n’importe quelle variante du virus de contourner, selon l’étude la plus récente, publiée en ligne mardi [15 février].
    De plus, d’autres parties du système immunitaire peuvent se souvenir du virus et le détruire pendant plusieurs mois, voire plusieurs années, selon au moins quatre études publiées dans des revues de premier plan au cours du mois dernier. Les cellules immunitaires spécialisées appelées cellules T produites après l’immunisation par quatre marques de vaccin Covid – Pfizer-BioNTech, Moderna, Johnson & Johnson et Novavax – sont environ 80 % aussi puissantes contre Omicron que d’autres variantes, selon les recherches. Étant donné la différence entre les mutations d’Omicron et celles des variantes précédentes, il est très probable que les lymphocytes T montent une attaque aussi vigoureuse contre toute variante future, ont déclaré les chercheurs. Cela correspond à ce que les scientifiques ont constaté pour le coronavirus du SRAS, qui a tué près de 800 personnes lors d’une épidémie en Asie en 2003. Chez les personnes exposées à ce virus, les cellules T ont duré plus de 17 ans. Les données recueillies jusqu’à présent indiquent que les cellules immunitaires pour le nouveau coronavirus – parfois appelées cellules mémoire – pourraient également décliner très lentement, ont déclaré les experts.

    « Les réponses [des cellules] mémoire peuvent durer longtemps », a déclaré Wendy Burgers, immunologiste à l’université du Cap, qui a dirigé l’une des études publiées dans la revue Nature. « Potentiellement, la réponse des cellules T a une durée de vie extrêmement longue ». Tout au long de la pandémie, une part disproportionnée de l’attention des chercheurs s’est portée sur les anticorps, première ligne de défense de l’organisme contre un virus. C’est en partie parce que ces molécules sont relativement faciles à étudier : Elles peuvent être mesurées à partir d’une goutte de sang. L’analyse des cellules immunitaires, en revanche, nécessite des millilitres de sang, des compétences, un équipement spécialisé – et beaucoup de temps. « C’est beaucoup plus lent et laborieux », a déclaré le Dr Burgers.

    Peu de laboratoires ont les moyens d’étudier ces cellules, et leurs résultats ont des semaines de retard sur ceux des anticorps. C’est peut-être pour cette raison que les scientifiques ont souvent négligé l’importance d’autres parties du système immunitaire, selon les experts. (…) Les anticorps reconnaissent deux ou trois parties clés de la protéine spike, une protubérance à l’extérieur du coronavirus qui lui permet de s’accrocher aux cellules humaines. Mais les lymphocytes T détectent beaucoup plus de parties de la protéine spike, et sont donc moins susceptibles d’échouer lorsque le virus subit des mutations dans certaines d’entre elles. Les vaccins encodent également une mémoire du virus dans les cellules B, qui peuvent produire de nouveaux lots d’anticorps dans les quatre ou cinq jours suivant une nouvelle exposition au virus. Ce double coup de poing des cellules T et B contribue à expliquer pourquoi de nombreuses personnes ayant reçu deux, voire trois doses de vaccin pouvaient encore être infectées par la variante Omicron, mais que seul un petit pourcentage d’entre elles est tombé gravement malade.

    • Phand dit :

      Si cela se confirme c’est l’intérêt majeur de cette troisième dose si elle correspond bien à un booster comme avec d’autres vaccins.
      Pour info, le rapport semaine 7 de uksha présente une première estimation de l’effet direct de la troisième dose sur la vague omicron en décembre et janvier.
      https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/1055620/Vaccine_surveillance_report_-_week_7.pdf#page45

      • NicoM dit :

        @Pierre, @phand

        Merci pour vos infos.

        Pierre, comme quoi on peut aboutir à des résultats moins catastrophistes tout en étant des scientifiques sérieux. Dommage qu’il faille aller chez les anglophones pour avoir des informations à la fois sérieuses et rassurantes… Les Français sont d’indécrottables anxieux…

        @phand, très interessant rapport. J’ai noté une chose qui m’a épaté. Ils ont mesuré les populations ayant des anticorps « vaccinaux » et « naturels » , chez nous on mesure à peine les anticorps tout court…

        Résultat : 99% des Britanniques ont des anticorps « vaccins et/ou infection » et 28% ont des anticorps seulement « infection » ce qui démontre que malgré toutes les vagues, moins d’un tiers des Britanniques ont été en contact avec ce virus, du moins récemment. Ça me semble interessant comme info à partager ici.

        • Phand dit :

          Petit précision le deuxième type de dosage permet de repérer les infections récentes au moment de la prise de sang, c’est à dire entre la semaine 33 en 2021 et semaine 3 ou 4 en 2022. Les infections plus anciennes ne sont pas détectées. Par exemple entre novembre et fin décembre environ 5 à 6% de la population des donneurs de sang de plus de 17 ans ont été infectés par le SARS-CoV-2 cov2.

      • Fred dit :

        Toujours un plaisir de vous lire les uns et les autres.
        Comme d’autres lecteurs sans doute, j’ai un peu de mal à déchiffrer l’Anglais.
        Alors Phand en deux, trois mots en Français, pouvez vous svp nous donnez quelques éléments d’importances svp ?
        D’autant qu’ à lire les appréciations ci dessous, il semble bien que les nouvelles relatives à l’incidence du rappel soient plutôt bonnes…?
        D’avance merci

        • Whynot dit :

          @Fred
          Un super lien pour vous : https://www.deepl.com/fr

          2 extraits : « Les estimations les plus récentes de l’efficacité du vaccin contre les hospitalisations sont utilisées : 85% pour le rappel contre Omicron dans la période de 5 à 9 semaines après le rappel et 35% pour la seconde dose dans la période de 25+ semaines après cette dose. Cela donne une efficacité relative (rVE) du rappel par rapport aux 2 doses de 1-(1-0.85)/(1-0.35) = 77%. »

          « Sur la base de l’effet direct de la vaccination de rappel et des taux de couverture vaccinale de rappel, l’UKHSA estime qu’environ 105 600 [dont 14300 chez les 45-64 et 4000 chez les 25-44] hospitalisations ont été évitées chez les personnes âgées de 25 ans et plus en Angleterre du 13 décembre 2021 au 6 février 2022 inclus. »

          • Whynot dit :

            @Fred complément
            Les figures 14 et 15 p51 montrent l’évolution par tranche d’âge du taux d’anticorps moyen, on y voit très clairement que le booster fait évoluer le taux d’anticorps de façon significative, tout comme une précédente infection. Le texte précise d’autres choses bien sûr.
            Nota : vous pouvez faire digérer directement le pdf du lien fourni par deepl, normalement il sait faire ^^

    • JCD dit :

      Merci @Pierre.
      Les vaccins jouent leur rôle à plein ou presque.
      Cela illustre à nouveau la décorrélation (ou plutôt une corrélation très fluctuante) entre ‘nombre de cas’ (qui n’a jamais été un indicateur très fiable, ceci dit) et la tension sur l’hôpital.

  34. Daniel Le Breton dit :

    Merci Pierre et Phand, c’est très intéressant et ça doit nous rendre humble vis à vis de nos interprétations un peu rapides (mais qui suscitent de bonnes réactions en retour, heureusement). On peut donc espérer que la dose de rappel ait un effet assez long terme en attendant d’en savoir plus, quelque part c’est rassurant pour la suite. Est-ce que cela pourrait expliquer les premiers retours sur le vaccin adapté omicron de Moderna qui ne semble pas présenter une efficacité particulière (j’ai oublié qui nous en avait informé et j’ai la flemme de chercher dans le blog) compte tenu de celle procurée par le rappel?

    • Whynot dit :

      @Pierre
      Merci pour ce lien, si ça se confirme c’est une donnée très importante pour la suite !

      @DLB
      Je pense comme vous : c’est peut-être bien effectivement ce phénomène qui expliquerait la « non supériorité » du vaccin « spécial omicron » vs le vaccin premier.
      PS : je crois que le lien venait de Resphoina

      • Fred dit :

        C’est aussi le souvenir que j’en ai, mais aussi que la cohorte était vraiment limitée, pour une ou des conclusions définitives.

        • Whynot dit :

          @Fred
          Cela ne me paraît pas trop surprenant, c’était l’une des toutes premières études sur le sujet. Nul doute que d’autres résultats d’études vont arriver d’ici fin avril (livraison espérée si besoin et si validation clinique).
          Bien sûr que les résultats doivent être pour le moment pris avec des pincettes, mais comme ce sont les seuls disponibles on fait avec ce qu’on a pour le moment ^^

  35. Pro-pro dit :

    Que de 2 en cet instant

  36. Joe dit :

    Bonsoir,

    Quand nous aurons atteints les critères évoqués par Olivier Véran ce matin, soit 2 jours après avoir été beaucoup plus flou sur BFM je crois, qu’elle sera la situation de nos voisins, tant en nombre d’hospitalisés que de soins critiques? Il serait intéressant d’avoir un tableau récapitulatif des dispositions et restrictions en cours dans les pays de l’UE. Cela existe-t-il sur un site?
    Cette comparaison devrait questionner une partie de l’opinion publique et probablement l’actuelle présidence de l’UE. On aura une décision plus claire la semaine prochaine, à l’issue de la saison 5, épisode 4 du conseil de défense sanitaire.

    En attendant, les projections sur les plateaux BA2 qui ralentirait la décrue me rendent plus pessimiste sur une fin mi mars des restrictions. D’autant qu’avec l’activité et la médiatisation générées par ce Covid, certains pourraient avoir envie de continuer..

  37. Whynot dit :

    @Joe
    Certains ont envie de continuer (je parle notamment du port du masque, pas du passe)… Reprenez les liens fournis par Jean-Loup le 21 et les sondages faits en Allemagne, notamment.
    Je suis persuadé qu’une part non négligeable de nos concitoyens continueront à le porter dans certains situations où son port n’est pas très gênant, même quand on nous dira qu’il n’est plus obligatoire.
    De plus, on parle souvent (toujours ?) des réticents à la vaccination, on oublie un peu que pour une majorité de la population, la vaccination a été une démarche spontanée : beaucoup (une majorité ?) n’ont pas attendu les « incitations insistantes » pour aller faire les deux premières doses, ni pour le rappel, et j’imagine que parmi ceux-là, beaucoup acceptaient par avance l’idée d’une éventuelle 4e si elle était jugée nécessaire, en totale décorrélation avec les passes qui « obligeaient ». Pour ceux-là (dont je fais partie), la levée du passe n’est pas une attente insoutenable (dans mon cas oui puisque j’y suis opposé pour la dichotomie qu’il crée) mais je ne crois pas qu’ils souhaiteraient pour autant qu’il soit prolongé. Cela ne les concerne pas vraiment, en fait, ça ne leur apporte rien qu’il existe, ni ne les prive de rien… Donc sa levée sera tout à fait neutre…

    Donc oui, je pense que la levée des restrictions est attendue par ceux qui ne sont pas vaccinés ou qui n’ont pas fait leur rappel. Pour les autres, pas d’enjeu majeur donc pas d’attente, et donc pas de volonté que ça se prolonge. En revanche, pour le port du masque en intérieur, là oui, je crois que beaucoup, comme en Allemagne et sans doute ailleurs, seront réticents dans certaines situations à le tomber, tout en étant soulagés de ne plus avoir à le porter systématiquement. Pour vaccinés comme pour non-vaccinés, c’est pénible de la même manière 🙂

  38. Cromorne dit :

    @tous

    De Whynot, 23 février 2022 à 14 h 23 min

    @Fred
    Un super lien pour vous : https://www.deepl.com/fr

    Je voudrais chaleureusement confirmer la qualité de cet outil de traduction.

    • Fred dit :

      Merci Cromorne et Whynot pour le lien c’est gentil à vous.
      Mais en plus (ou en moins) d’être nul en Anglais, je suis une quiche en informatique.
      Un ami m’a paramétré mon « bidule » pour qu’il soit sécure.
      Sans doute pour cela que le lien m’affiche un message d’erreur ? Des fois que je serais pas trop c.. ?
      Du coup merci Whynot du bref commentaire, j’avais déjà lu des données de cette nature il me semble.
      Mais déçu également car j’espérais (j’espère toujours) que le rappel donne un protection plus longue que les deux premières doses.

  39. Cromorne dit :

    @Joe, 22 février 2022 à 23 h 22 min

     » Il serait intéressant d’avoir un tableau récapitulatif des dispositions et restrictions en cours dans les pays de l’UE. Cela existe-t-il sur un site? »

    Se pourrait-il que le Stringency Index du site Our World in Data corresponde à votre demande ?

    https://ourworldindata.org/explorers/coronavirus-data-explorer?zoomToSelection=true&time=2020-03-01..latest&facet=none&pickerSort=asc&pickerMetric=location&Metric=Stringency+index&Interval=7-day+rolling+average&Relative+to+Population=true&Color+by+test+positivity=false&country=USA~GBR~CAN~DEU~ITA~IND

  40. Whynot dit :

    @Tous

    Beaucoup affirmaient (à raison) que les restrictions, dont le passe vaccinal, ne s’appuient sur aucune donnée SCIENTIFIQUE. En voilà, des données scientifiques soumises à comité de lecture et non commandée par un gouvernement, publiées en janvier L’étude compare 6 pays, dont la France. La décision ou non d’imposer ces passes est une décision politique, nous voilà désormais détenteurs d’éléments scientifiques permettant de juger si la décision a été bonne ou non d’un point de vue sanitaire :
    https://www.thelancet.com/action/showPdf?pii=S2468-2667%2821%2900273-5

    Merci d’avance de corréler cela d’une lecture politique, sociale, constitutionnelle ^^ (je ne dis pas que ces points n’importent pas, je viens de tomber sur cette étude par hasard et ça répond à une demande).

    • Whynot dit :

      Pardon, veuillez lire « Merci d’avance de DECORRELER cela d’une lecture politique, sociale, constitutionnelle » 😮 😮

      • Freddo dit :

        @whynot : Je m’étais promis de ne pas faire ce genre de commentaires ici mais je ne peux plus me retenir…
        Vous n’avez pas parlé de lecture sociologique.
        Ce que je vois c’est qu’avec assez de pression (sociale, psychologique, morale…) et quelques restrictions on arrive à faire ce qu’on veut d’une grande majorité du peuple.
        Peu importe qu’ils soient « consentants », la fin justifierait les moyens.
        Que cela soit utilisé pour des causes que l’on estime justes ou non, le fait que cela soit « expérimenté » à grande échelle me semble inquiétant pour l’avenir.
        Ca me rappelle l’expérience de Milgram.
        J’arrête là, si je continue le point Godwin risque de s’approcher dangereusement.

        • Pro-pro dit :

          Pour autant il ne faut pas non plus s’autocensurer et se laisser entraîner vers le point de « wingod » :
          https://www.franceculture.fr/emissions/ce-qui-nous-arrive-sur-la-toile/pour-en-finir-avec-le-point-godwin

        • Whynot dit :

          @Freddo
          On a déjà largement discuté de tout ça. Oui, c’est inquiétant pour les dérives potentielles. Il peut aussi ne pas y avoir de dérive.
          Mais mon propos n’était pas de justifier le passe vaccinal, que ce soit d’un point de vue sociologique, législatif, constitutionnel, politique, ou que sais-je, mais de répondre à ceux qui réclamaient dans les précédents articles une « preuve scientifique » de l’utilité SANITAIRE du passe.
          Bien sûr que l’objet en soi n’est pas que sanitaire, bien sûr que sa pertinence doit être étudiée sous différents angles d’attaque. Mais le fait est que l’objectif sanitaire du passe était de pousser à la vaccination. Cette étude montre que cet objectif est atteint.
          Ce ne sont pas les bonnes cibles qui ont été atteintes, OK. Cela a des conséquences sociales, sans doute. Cela a des conséquences non anticipées comme la désactivation de 3,5 millions de passes, je ne le réfute pas.

    • Daniel Le Breton dit :

      @ Whynot

      On va se recaler avec le temps si vous le voulez bien. L’été dernier on introduit le passe sanitaire dont le but est d’augmenter rapidement le niveau de protection vaccinale, et ça marche. Un papier souvent cité par le Ministre lui-même fait état de 4 000 vies sauvées. Les estimations de JCD comme les miennes étaient nettement supérieures (8 000 pour moi si je me souviens bien). Affaire classée, publication du lancet ou pas pour ce qui me concerne.

      Mi décembre on annonce le passe vaccinal cette fois. Même effet avec une hausse anticipée de la vaccination jusqu’au début du mois de janvier. J’ai fait une estimation rapide à 850 000 vaccinations supplémentaires cumulées dont la majeure partie en rappel en m’aidant des courbes de Covidtracker. Alors disons 800 000 pour ce dernier cas de figure en étant sympa. Le passe entre en action fin janvier et est rapidement accompagné d’une nouvelle clause restreignant sans justification scientifique le délai entre la seconde dose et celle de rappel. Résultat des courses 3,5 millions de passes désactivés. Les français boudent une décision peu compréhensible. Donc 3,5 millions de rappels non effectués. Bilan de la décision 2,7 millions de rappels en moins (chiffre à vérifier). J’ai du mal à croire que ça permette une amélioration des chiffres de mortalité, sans avoir besoin de faire de calcul, puisque la clé reste le rappel pour les formes graves à moins que la science nous indique aujourd’hui le contraire. Je n’irai pas jusqu’à dire que ça va nécessairement faire des morts en plus, il vaudrait mieux vérifier tous les chiffres avant, mais c’est très incorrect au plan politique n’est-ce pas?

      Donc il n’y a rien à corréler ou dé-corréler. Et je rappelle que les experts de Pasteur ont eux-mêmes reconnu devant la Commission d’enquête du Sénat qu’il n’y avait aucune justifications scientifique à l’origine du passe vaccinal (ils ne parlaient pas du passe sanitaire si vous voyez la nuance). Je vais encore transgresser un peu en rappelant la réponse du Ministre en Commission d’enquête à cette même problématique d’effet du passe vaccinal qui disait qu’il était trop tôt pour conclure. J’attends donc avec impatience une publication qui trouve quelque amélioration de mortalité que ce soit qui soit due à cette décision politique.

      • Fred dit :

        En accord total avec votre propos DLB, et un résultat inversé par rapport à l’objectif affirmé.
        Il nous prennent pour des idiots, mais eux le sont ils autant qu’ils nous croient l’être ?
        Doit on soupçonner d’autres intentions ?
        En tout cas ce qui est factuel, c’est que par eux les portes de doutes sont ouvertes.

      • Whynot dit :

        @DLB
        Vous attendez une publication qui prouve que l’introduction du passe (la décision politique) a induit une baisse de mortalité, c’est bien ça ? J’ai bien peur qu’il ne faille attendre ad vitam eternam…
        Le lien Lancet que j’ai donné affirme que l’instauration du passe a conduit à plus de vaccination, vous êtes OK avec ça ? De très nombreuses études, y compris de nombreuses méta-analyses, prouvent que la vaccination a conduit à une baisse de la mortalité, vous êtes OK aussi ?
        « Passe entraîne vaccination entraîne baisse de la mortalité » ne serait donc pas équivalent à « passe entraîne baisse de la mortalité », puisque vous attendez que ce lien direct soit établi ?
        Je ne critique pas, hein, j’essaie de comprendre.

        • Daniel Le Breton dit :

          @ Whynot

          Je vais tenter d’éclaircir mon point de vue. Je pars du principe que les 3 doses (donc le passe) sont directement liées à la mortalité: plus il y a de rappels, moins il y a de décès. Bien, à partir de là, si j’ai moins de rappels que prévu, la mortalité est moins basse qu’espérée et c’est ça que j’entreprends de chiffrer. Après on pourra deviser sur le fait que la création du passe vaccinal et de sa réduction de délai pour la troisième dose est là cause principale de ce manque à l’appel ou non, donc de la surmortalité relative induite (dans une baisse).

          Capice?

  41. Doc Bernard dit :

    Les prévisions , c’est bien , mais il y a toujours l’imprévu….Et en ce moment, l’imprévu c’est la reprise de l’épidémie en chine, et le nombre de décès déclarés officiellement fait penser que le nombre de cas positif officiellement déclaré est sous estimé….ou alors que ils ont à faire avec un variant très virulent? A suivre de près§

    • Daniel Le Breton dit :

      On peut parier sur un des omicrons, enfin j’espère, puisque la stratégie du zéro covid est juste insoutenable avec lui. Les chinois vont-ils indiquer de quel variant il s’agit à l’OMS, je n’ai pas la réponse.

  42. Daniel Le Breton dit :

    Au fait Doc Bernard, pouvez-vous nous indiquer la source de vos informations? Merci d’avance.

    • Daniel Le Breton dit :

      Apparemment c’est bien omicron et ils en sont à 6500 cas par jour (source OMS). C’est peanuts vis à vis de la population chinoise à ce stade.Pour faire une comparaison cela ferait un pic à 4 millions par jour contre 200 000 en France par exemple.

  43. Joe dit :

    Merci @ Cromorne, il est possible d’avoir un tableau exhaustif avec votre lien.
    Les italiens annoncent la levée de l’état d’urgence sanitaire, mais pas nous. Contrairement à tous ceux que ça indiffère parce ils ont le fameux sesame, je ne considère toujours pas normal que montrer mon pass vaccinal pour aller à la bibliothèque ou dans un musée doivent être dépendant d’un calendrier électoral. Comme personne ne peut démontrer son utilité, plus vite on annonce sa suppression, plus vite les 3,5 millions de personnes invalidées pourront reprendre foi en notre démocratie.
    Pour le long terme, ce sujet de la confiance est fondamental.

    • Whynot dit :

      @Joe
      Vous érigez les Italiens en modèle dans ce commentaire, ce que je vois dans le stringency index c’est que la valeur associé à l’Italie est quasiment le double de chez nous. Ils « annoncent » la levée, ça ne veut pas dire qu’ils lèvent, hein ! Et puis visiblement, ils ont encore bien plus de choses à lever que nous avant de retrouver leur « liberté totale »…

      Concernant la « confiance », vous la réclamez, mais vous ne semblez pas prêt à l’accorder 😉

      Au passage, ça ne m’indiffère pas : en lisant certains commentaires j’ai parfois l’impression qu’on me voit en ardent défenseur du passe, et en fervent supporter de Macron. Ni l’un ni l’autre, hein, et de très loin, surtout pour le 2e point et ce depuis fin 2016…

      • Whynot dit :

        @Joe toujours
        Je vois en plus que vous mésinterprétez l’une des réponses que je vous avais adressée : vous réclamiez une explication du « pourquoi » du timing, j’ai évoqué le calendrier électoral parce que ça me semble évident comme explication principale, mais je n’ai pas dit que je trouvais ça normal…
        Ce n’est pas parce qu’on constate qu’on légitime forcément le constat, hein ?

  44. picoteras dit :

    Bonjour,

    Je ne crois pas avoir vu posté jusqu’ici de lien vers le rapport de l’institut Pasteur sur la « Dynamique du sous-variant BA.2 en France métropolitaine », sorti le 21 février :
    https://modelisation-covid19.pasteur.fr/variant/Institut_Pasteur_Impact_BA_2_epidemie_francaise_20220221.pdf

    Il conforte bien les courbes et hypothèses de DLB (c’est probablement à ce rapport que devait faire allusion O. Veran parlant de « simulations »).

    Maintenant, reste à souhaiter un aplatissement modéré des courbes descendantes plutôt que de francs plateaux.

  45. ZouZou dit :

    @picoteras : merci pour ce lien
    Sur la forme :
    Bonne étude (préambule, limites et avertissement sur la méthode, présentation des objectifs, méthodes utilisées, résultats, qui a fait quoi).
    Pasteur est quelque fois décrié dans ce blog, nous attendons des contempteurs de cet institut une critique plus « charpentée » que d’habitude sur ce sujet.
    Sur le fond :
    Toujours sur ce blog l’absence de séquençage généralisé en France est très souvent relevé.
    Pour cette étude, ce séquençage généralisé est remplacé (si j’ai bien compris) par des enquêtes « flash ».
    Avec mon vernis scientifique, je me souviens qu’une stratégie d’échantillonnage correctement menée peut remplacer des analyses généralisées.
    Est-ce attaquable sur notre sujet ?
    (le mieux est l’ennemi du bien, je sais, mais séquencer des centaines de milliers de PCR est-ce vraiment nécessaire ??)

    • Phand dit :

      L’échantillonnage est l’approche des britanniques et elle pratiquée de façon régulière et structurée. Pratiquer un séquençâtes généralisé serait sans aucun doute inutile et dispendieux.

  46. Daniel Le Breton dit :

    @ Zouzou

    Désolé de vous décevoir vais je ne vais pas décortiquer cette étude en détails. Elle a son propre jeu d’hypothèses et si je compare à ce qu’inspirent les observations, leur calcul ne correspond pas aux observations puisqu’ils ont « éliminé » le variant delta du cadre. Pourtant il était là jusque début février.

    Pourquoi un tel choix, je n’en comprends pas l’objectif. Tout est circonscrit à omicron, et les deux premiers ne sont pas distingués entre eux. Je peux aussi simuler la disparition de delta et ça montre que leur calcul ne colle pas car le pic s’affaisse à peine (350 000 au lieu de 366 000) et ne retombe pas à 300 000. On a donc toujours le même problème pour valider ce genre de modélisation. Le fait de ne pas se placer dans un contexte de simulation des observations est probablement volontaire, mais je spécule.

    Je ne trouve pas BA2 plus transmissible, mais il apparait comme le moins transmissible des trois et ça doit être dû en partie au fait qu’il arrive en dernier dans une population fortement immunisée. Le « temps de doublement » utilisé par Pasteur n’est pas pour moi un critère pertinent puisque ce n’est pas une valeur constante, seulement une estimation grossière de la montée de la courbe.

    Les estimations flash, c’est toujours mieux que rien et il faut faire avec. Mes estimations donnent un déroulement plus rapide de la vague BA2, ce qui est typique du comportement d’omicron, et il ne faudrait pas attendre avril pour qu’il occupe tout le terrain, je le vois plutôt seul à bord dès la fin de ce mois ou début mars. On verra bien ce que ça donne dans les semaines à venir.

    Pour faire court ça ne me semble pas être un modèle d’approche pertinente, mais quelque chose peut-être dicté par les difficultés de modélisation. On peut imaginer le message donné au gouvernement : l’atterrissage va être long. Ca a des conséquences au plan politique et ça justifie un déroulement par étape de l’opération de sortie de crise. Comme quoi on ne peut pas détacher une analyse mathématique d’une analyse politique dans ce contexte sanitaire.

  47. Whynot dit :

    @DLB
    Je suis très surpris par l’une de vos phrases : « Je ne trouve pas BA2 plus transmissible, mais il apparait comme le moins transmissible des trois »
    Un variant qui en remplace un autre alors que le précédent est à son pic ou pas loin n’est-il pas justement le signe d’une plus grande transmissibilité ? C’était vrai pendant 2 ans mais ça ne le serait plus aujourd’hui ?

    Mon hypothèse est la suivante pour expliquer sa dynamique qui vous semble plus lente, et qui fait écho à une discussion plus haut autour du calcul de NicoM : je ne vois pas les « 75 % » du vaccin comme « 75 % » des cas évités mais comme une probabilité statistique. A chaque contact, le 75 % joue, et au bout d’un certain nombre de contacts, le virus passe par le trou dans la raquette.

    Ceci ne joue pas sur la transmissibilité intrinsèque du variant : comme l’autre, il cherche à occuper les niches vides mais se casse le nez sur la barrière à plusieurs reprises avant de parvenir à ses fins. Mais comme il toque plus souvent à la fenêtre (transmissibilité supérieure) que l’autre, il y parvient avant l’autre. C’est pour cela que j’indiquais à NicoM qu’il me semble impossible de corréler directement taux de vaccination à taux d’incidence : je crois que la vaccination ne réduit pas la transmissibilité intrinsèque du virus, je ne crois pas non plus qu’il réduise tant que ça le nombre de contaminations puisqu’à force de toquer, il finit par entrer. Par contre, il me semble que le nombre de contacts doit être plus grand pour qu’il y arrive. Et donc la fréquence de transmission est diminuée. En nombre absolu, il arrive à franchir toutes les barrières ou presque, mais il lui faut bien plus de temps pour cela.

    J’en arrive à la conclusion suivante : BA2 serait plus contagieux que BA1.1, suffisamment pour devenir dominant, mais la dynamique apparente de transmission serait plus lente en raison de l’immunité (vaccinale ou non) qui réduit la fréquence de transmission. Donc, le vaccin (puisque pour une majorité l’immunité vient du vaccin) limiterait bien la contagion/transmission… Pas en nombre absolu, mais en terme de dynamique temporelle.

    Ca ne me paraît incompatible ni avec ce que le calcul de NicoM disait, ni ce que vous dites DLB, ni tout ce qu’on a dit auparavant sur ce blog concernant l’avantage évolutif d’un variant par rapport à un autre. Qu’en pensez-vous ?

    • Daniel Le Breton dit :

      @ Whynot

      Vous ne nous avez pas habitué au découpage de phrase jusqu’à présent, ce que j’en pense était écrit :

      « Je ne trouve pas BA2 plus transmissible, mais il apparait comme le moins transmissible des trois et ça doit être dû en partie au fait qu’il arrive en dernier dans une population fortement immunisée. »

      A part cela le ne fais qu’observer la transmissibilité sur le terrain, et je pense que Pasteur parle d’une transmissibilité absolue qu’il peut introduire dans son modèle. Les observations varient d’un pays à l’autre et BA2 est plus transmissible que les autres au Danemark par exemple, mais pas tellement. Donc je ne peux que voir le contexte et pas chaque variant comme s’il était seul au monde. Par ailleurs cette transmissibilité absolue étant quasi impossible à vérifier dans les faits, on va devoir se contenter d’estimations via des modèles qui ne sont pas validés par la réalité. Quelle confiance peut-on leur accorder à part à un niveau qualitatif ?

      Le syndrome destructeur des modèles s’appelle l’effet Gigo : « Garbage In Godspell Out ». En français : on rentre n’importe quoi dans le modèle, il en sort la parole divine.

      • Whynot dit :

        @DLB
        J’ai isolé une partie de la phrase mais je ne vous la reprochais pas, et j’avais bien lu ce que vous en pensiez ensuite. Je ne m’opposais pas à vos propos, désolé si vous l’avez perçu ainsi.
        Mon idée n’était pas de réfuter ce que vous disiez mais plutôt de le confronter à ce qui a été soulevé par NicoM précédemment. Cela m’a fait me questionner tel que j’ai détaillé juste au-dessus, et notamment sur le fait que la réduction de la transmissibilité par le vaccin n’était pas forcément mesurable en corrélant simplement la vaccination au nombre de cas. Ce n’était en plus qu’une hypothèse, nullement une affirmation tranchée.

        Par ailleurs, la transmissibilité absolue est effectivement quasi impossible à vérifier, mais je crois tout de même qu’à partir du moment où un variant en chasse un autre (dans un contexte qui n’évolue que très peu en termes de vaccination, mesures, etc puisque la transition est très rapide pour les deux omicron concernés), il n’est sans doute pas complètement illusoire de penser que c’est parce qu’il a une vélocité supérieure à son cousin. Ce n’est pas un preuve en soi, mais bon, on ne peut pas en obtenir sur tout, alors on fait avec ce qu’on a ^^

        • Daniel Le Breton dit :

          @ Whynot

          Pas de souci pour la phrase coupée, mais on se fixe sur ce point s’il n’y a pas d’explication du pourquoi.

          D’accord avec vous, si BA2 avance c’est qu’il en a les moyens, plus qu’un autre omicron en décroissance. Je me demande par ailleurs si la transmissibilité est toujours assimilable à une constante. Ca expliquerait peut-être qu’un nouveau venu se débrouille mieux même s’il est empêché dans sa progression par l’immunité de la population.

          • Whynot dit :

            @DLB
            Pour ma part c’est que je crois en tout cas : pour deux variants à échappement immunitaire comparable (ce qui semble être à peu près le cas pour les deux omicron), je ne vois pas de raison que l’immunité inverse les tendances de « remplacement » liées à des différences de transmissibilité intrinsèques.

  48. Jean-Loup dit :

    La raison du raccourcissement du délai entre les doses était évident : permettre aux nouveaux convertis d’accéder plus rapidement au passe vaccinal pour lequel il en faut trois. (Raccourcissement de plusieurs semaines déjà l’été dernier par rapport au printemps.) Maintenant, libre à chacun d’y voir un but unique visant à invalider le sésame plus vite.

    Concernant la temporalité des mesures, il faudrait peut-être la mettre en phase avec celle de la diffusion du virus qui n’est pas un nuage uniforme flottant sur le Monde.

    Si les mesures sont encore nationales à l’heure actuelle et non adaptées localement, c’est bien parce que les Français ont clairement dit NON en septembre 2020 : Punition pour tous (surtout Paris) ou personne. Cela pour des raisons économiques.

    • Daniel Le Breton dit :

      @ Jean Loup

      Très bien alors disons que parmi les justifications du passe il y a cette faculté à l’obtenir plus vite en raccourcissant le délai pour la dernière dose. Vu d’ailleurs ça ressemble aux mêmes intentions que celles du passe sanitaire, c’est à dire pousser à la vaccination (en emmerdant les récalcitrants, c’était ouvertement dit).

      Quel est le résultat? 3,5 millions de passes annulés. Donc le moins qu’on puisse dire c’est que cette faculté n’était pas attendue par les personnes concernées. Tout le monde peut se tromper, à propos du comportement humain en particulier.

      • Jean-Loup dit :

        @Daniel Le Breton
        24 février 2022 à 12 h 57 min

        Je dirais que la grande surprise de cet hiver a été le renoncement à la vaccination de la population la plus à risque, soit les +80 ans, alors qu’il n’y a pas ce recul chez les +70.

        Concernant la jeunesse au sens large et compte tenu de la diffusion virale des dernières semaines, il fallait presque être « malchanceux » pour ne plus remplir les conditions requises. Sans faire dans le détail des cas particuliers, environ 10 700 000 personnes de +18 ans n’ont pas reçu leur rappel depuis la 2de dose (500 000 ou -15% chez les +80). Selon les 3 500 000 PV annulés, le nombre de positifs confirmés sur la période est évident.

        « Si vous avez plus de 18 ans et 1 mois et que vous ne pouvez pas réaliser votre rappel car vous avez été infectées par le Covid-19 plus de 3 mois après votre schéma vaccinal initial complet (monodose ou 2 doses selon les cas), vous n’avez pas besoin de faire de dose de rappel.

        De même, si vous avez reçu une dose de vaccin et attrapé le Covid une 1re fois plus de 15 jours après votre injection, puis une 2e fois plus de 3 mois après votre dernière infection au Covid, vous n’avez pas besoin de faire de dose de rappel.

        Vous pouvez obtenir un certificat de rétablissement à validité illimitée vous permettant d’avoir un passe vaccinal valide.

        Depuis le 15 février 2022, une infection est considérée comme équivalente à une dose de rappel, à condition d’avoir reçu au moins une injection de vaccin contre le Covid-19.

        Après la dose de rappel, le passe vaccinal indiquera une vaccination complète 3/3, ou 2/1 pour les personnes ayant eu un schéma vaccinal initial complet avec une seule injection et pour les personnes ayant déjà eu le Covid-19 et pour lesquelles une seule dose de vaccin était nécessaire. »

        Pour le reste et donc les non vaccinés, ce système du passe vaccinal était de toute façon mort-né pour plusieurs raisons :
        – communication ultra positive sur Omicron dès décembre alors que les autres variants étaient déjà une grippette selon eux, voire une invention ;
        – test positif permettant un report de plusieurs mois de la vaccination ;
        – proximité des élections ;
        – application moins contraignante que chez nos voisins l’ayant mis en œuvre (entreprise, salon de coiffure, etc.)
        – victoire idéologique des antivax qui sont ultra majoritaires sur le web.

  49. Daniel Le Breton dit :

    à tous

    Merci de ne pas utiliser ce blog pour commenter le conflit qui se déroule dans l’Est de l’Europe, ce n’est pas le lieu et ça pollue le blog, même si en soi le sujet est très important. Je vais supprimer (si j’y arrive, car pour l’instant la mise à jour ne se fait pas) tous les commentaires y faisant référence.

    Encore merci d’avance

    • NicoM dit :

      @DLB

      Dommage pour cette décision aussi radicale, l’essentiel de mon propos était de dire que l’épidémie était médiatiquement finie désormais, c’est un peu le sujet de ce blog il me semble.

      En plus Joe nous disait au revoir, c’est pas cool de supprimer son message.

      Je pense que les commentaires vont désormais se raréfier ici, car nous aurons la tête ailleurs, ça vous fera moins de mails à traiter 😉

      • Daniel Le Breton dit :

        @ NicoM

        Je ne peux pas me permettre de tailler dans les commentaires, c’est tout ou rien et j’espère que Joe le comprendra et viendra regarder ce qui se passe ici de temps en temps. Les rédacteurs des articles ne se faisaient pas d’illusion en publiant le dernier opus, nous savons que l’intérêt diminue avec la fin annoncée de l’épisode épidémique, sans compter sur la montée en régime de la campagne électorale, elle-même complètement bousculée par les événements qui dominent complètement l’actualité des JT en ce moment.

        • NicoM dit :

          Oui, pas de soucis Daniel, je comprends bien et pour ma part je ne comptais faire qu’une unique digression. Mais je ne vous en veux pas, c’est logique.

          Juste que je disais depuis longtemps, et on va en avoir très vite l’illustration, que ce sont les médias qui choisissent en quelque sorte les crises que traversent notre pays, en en parlant ou en les éludant. Crise sanitaire, crise climatique, crise des migrants, crise économique, crise militaire etc. Bien sûr toutes ces crises existent, mais en mettant ou pas le focus dessus, les médias orientent les choix politico/sociaux.

          Donc je pense que l’on va cesser désormais de parler massivement du covid, et l’on verra rapidement si le gouvernement cesse les mesures comme si l’épidémie était définitivement finie ou s’ils les prolongent sous prétexte d’une confusion due à une situation internationale très tendue…

  50. smurf dit :

    Bonjour.

    L’étude de Pasteur me paraît intéressante.

    Il faut que je relise un peu à tête reposée.

    Mais, une chose m’interpelle : la proportion de BA2.
    Je comprends que la dernière mesure est au 7 février et correspond à 14,5 %. Ce n’est pas une projection mais bien issu de mesures de séquençage (enquête flash) avec sûrement quelques incertitudes (manière dont est fait l’échantillonnage, moyenne entre différentes régions alors que la dynamique peut être pas mal décalée entre régions comme on l’a déjà vu). Malgré tout, ce chiffre peut donner une bonne idée.

    Et, cela ne correspond pas trop à la courbe de DLB « France, contaminations » (celle avec les 4 gaussiennes) et l’enveloppe de ces 4 gaussiennes.
    Sur cette courbe, au 7 février, le BA2 est à peu près à son pic et déjà très majoritaire.
    Peut-être y-a-t-il un décalage de quelques jours entre « contaminations » et « séquençage ». A priori, le temps de séquençage n’est pas pris en compte si je comprends bien. Puisque sous le graphique de Pasteur, il est écrit « Date de l’échantillon ».
    Donc, j’imagine que le 7 février, c’est la date de prélèvement, la contamination datant de quelques jours avant. Cela peut expliquer une partie du décalage (avec des exponentielles, un décalage de quelques jours peut avoir pas mal d’effets).

    Il n’empêche que les observations montrent quand même une vague BA2 plus tardive qu’anticipé par DLB (mais Pasteur l’anticipe moins haute ce qui finalement va peut-être aboutir à un résultat similaire).
    Je ne sais pas s’il est possible de recaler les courbes pour avoir quelque chose qui est cohérent avec ces mesures.

  51. Daniel Le Breton dit :

    @ smurf

    Les estimations sont avant tout guidées par l’évolution des observations quotidiennes (la dérivée en maths), et je procède à des ajustements réguliers si cette évolution le nécessite. D’un autre coté je vais repérer les enquêtes d’évaluation de taux de BA2 dans le paysage mais sans chercher à y coller, en général ça se corrige peu à peu. La tendance générale en fin d’épisode est un allongement et un aplatissement des courbes, j’ai déjà fait une correction en ce sens depuis la publication de l’article.

    Quand je regarde les courbes des cas omicron de Pasteur, je suis quasi certain qu’elles ne respectent pas l’évolution des dérivées telle qu’on peut l’observer. Chacun ses pauvres.

    • Whynot dit :

      @smurf @DLB
      Dans l’étude Pasteur je lis « Le pic des cas BA.2 pourrait survenir mi-février », soit seulement une semaine de décalage avec les courbes de DLB. Pas très significatif comme écart, si ?
      Ils le voient majoritaire autour du 18 février, soit un poil plus tard que ce qu’on voit dans les courbes de DLB.
      J’en conclus qu’ils voient juste une compétition BA2/BA1.1 un tantinet plus rude, décalant la prépondérance et donc le pic, mais pas de beaucoup. Comme vous le disiez smurf, à quelques jours près ça a de grosses conséquences avec les exponentielles, mais en l’occurrence le décalage ne me choque pas tant que ça.

  52. Pro-pro dit :

    BA2 serait plus un peu plus transmissible mais l’herbe lui a été coupée sous le pied par la vaccination et les infections BA1 et 1.1
    A noter que les « naifs » font des formes plus graves avec ba2 qu’avec ba1

    https://www.who.int/fr/news/item/22-02-2022-statement-on-omicron-sublineage-ba.2

    @tous et @Joe parti trop tôt c’est à la fin du bal qu’on paie les musiciens et pour l’instant la musique de la 5eme vague n’est pas terminée…

  53. PhD dit :

    Bonsoir à tous,

    Dans son commentaire ( https://covidtracker.fr/la-vie-revee-davant/#comment-8344 ), Pierre nous donnait un article du New York Times relatant des articles médicaux sur l’efficacité de la 3ème dose sur les formes graves d’Omicron.

    Voici le point fait en français par Vidal sur le sujet :

    https://www.vidal.fr/actualites/28766-efficacite-de-la-troisieme-dose-contre-omicron-la-guerre-des-clones.html

    • Whynot dit :

      @PhD
      Merci pour ce lien ! C’est très intéressant cet article.
      Confirmation donc que la 3e dose n’est pas juste une 3e dose qui conduit à produire les anticorps neutralisants, c’est un vrai rappel qui conduit non seulement à cela mais aussi à un élargissement du spectre de la réaction immunitaire. Il n’y a pas de données sur la durée de protection et son élagage temporel mais du coup on peut imaginer que ça ne peut qu’être mieux que ce qui a été mesuré avec 2 doses 🙂

    • smurf dit :

      Bonjour.

      Oui lien très intéressant PhD. Et, globalement, c’est plutôt une bonne nouvelle. Car, dire que la 3ième dose augmente la qualité de la réponse immunitaire notamment contre Omicron est une bonne nouvelle.
      Et, on peut espérer que ce soit le cas contre de futurs variants.

      Comme le dit l’article, reste à savoir si cette protection se maintient dans le temps. Mais, pour cela, le mieux est d’attendre même si c’est frustrant.
      Cela nous en dira plus sur l’intérêt d’une 4ième dose pour les personnes à risque (ou pas à risque d’ailleurs) et sur la fréquence des rappels éventuels.

  54. jsp dit :

    à NicoM 24 février 2022 à 17 h 29 min
    oui, les médias choisissent, Pessin le remarquait le 24 janvier 2022 dans Slate
    cependant les médias sont bien obligés de suivre cette actualité récente , un clou chasse l’autre dit le proverbe

  55. Whynot dit :

    Point sur l’actualité internationale covid-19 : https://francais.medscape.com/voirarticle/3608209

  56. Daniel Le Breton dit :

    Le blog est bien calme ce matin. J’ai refait une évaluation concernant le passe vaccinal. A partir de la variation engendrée par les gains et les manques en matière de troisième dose, j’ai estimé en proportion les conséquences en matière de décès jusqu’à fin mars en prenant en compte les périodes concernées. Par exemple, pour le sursaut de rappel en début d’année j’ai pris le 15 janvier (barycentre), et j’ai pris le 15 février pour le manque à gagner correspondant à l’annulation de passes en comptabilisant jusqu’à fin mars. Cette fois-ci les chiffres sont plus précis :
    • Gain en rappel de début d’année : 2,4 millions, impact en mortalité – 820 personnes
    • Manque en rappel depuis mi février : 5 millions à fin mars, impact en mortalité + 500 personnes

    Ca parait contradictoire mais ça vient du décalage d’un mois dans la temporalité des évènements : il y a moins de personnes concernées par le manque de passe (décès potentiels), et le gain en doses de rappel s’applique à une plus grande population. Donc le bilan de l’opération serait apparemment favorable et se situerait à 320 personnes ce qui représente 2% de l’impact de la vague depuis début janvier en matière de décès, au moment ou le sursaut en anticipation des doses de rappel a commencé. 2% c’est largement dans l’intervalle d’incertitude du calcul, donc le bilan est probablement nul.

    On peut maintenant spéculer sur les causes en jeu : est-ce bien la mesure qui a provoqué l’annulation d’un grand nombre de passes ? De la moitié seulement du fait de la perception de la fin de l’épisode épidémique ? Du quart ou du tiers ? Nous n’en saurons jamais rien en fait.

    Si quelqu’un d’autre a tenté le calcul, merci d’avance de le partager.

  57. Whynot dit :

    @DLB
    Pas de calcul pour ma part, et concernant les causes je miserai sur « la perception de la fin de l’épisode épidémique » comme principale source de « non-rappelisation » : ceux qui ont fait les 2 premières doses par contrainte du pass sanitaire les ont faites du coup plutôt tardivement. Le paradigme de l’époque étant que la dose de rappel devant intervenir 6 mois après la 2e injection, lors de l’arrivée d’omicron très vite annoncé comme « grippette » ou « petit rhume » ou « variant montrant le passage en situation endémique » ces personnes pouvaient donc encore au choix : 1) se considérer comme toujours suffisamment protégées par les deux premières doses 2) se considérer comme pas du tout à risque face au nouveau variant dominant, en tout cas encore moins à risque que face au méchant delta.
    Quelle proportion des pass invalidés cela représente-t-il je n’en sais strictement rien et nous ne le saurons probablement jamais, mais j’imagine bien que ça représenterait une bonne (majeure ?) partie.

  58. Fred dit :

    Les propos des autorités et des médias se sont voulus rassurants rapidement, je crois que cela a poussé nombre de personnes à attendre et voir et pour quelques unes à se dire que le choper n’était désormais pas si grave.

    Pour remarque, la 3éme dose a généré dans mon entourage des effets secondaires plus marqués, d’où davantage de craintes et d’interrogations vis à vis de la neutralité sanitaire du vaccin, des sensations de fatigue souvent évoquées.
    A l’avenir, et étant désormais établi que même amoindrie (de ce qu’on nous dit pour l’instant) la circulation virale persiste, s’il devait y avoir une 4éme dose, elle ne va pas se vendre pareil…

    Le R effectif ne baisse plus, 064 depuis plusieurs jours en ouverture de cette page ?

    • smurf dit :

      @ Fred
      Pour le Reffectif, je ne sais pas s’il y a un problème de mise à jour.
      TousAntiCovid indique 0,57 mais, d’une part, il est calculé différemment de celui de CovidTracker, je crois et, il n’est mis à jour qu’une fois par semaine (là cela date du 19 février).

      Sinon, de toute façon, effectivement, »Le R effectif ne baisse plus ». Il a même dû remonter un peu. On peut le voir avec la courbe des cas qui descend moins vite (la fameuse dérivée seconde).
      C’est logique au bout d’un moment même si on aimerait bien que cela descende encore plus vite… Tant que le Reff ne repasse pas au-dessus de 1, tout va bien !

  59. Daniel Le Breton dit :

    @ Fred @ smurf

    Le Reff des différents sites est fortement lissé, mais avec un lissage un peu moins fort on peut voir les évolutions. Dans mes estimations le Reff mini était de 0,57 le 10/02 et il est remonté à 0,72 le 21/02. C’est la marque de la présence du BA2. L’évolution du Reff peut elle aussi être analysée avec des gaussiennes et on voit donc les différentes vagues là aussi. On est pratiquement au maxi et donc le Reff va recommencer à baisser (je croise les doigts). Comme déjà expliqué pour un autre article, il y a un décalage temporel entre le calcul du Reff et l’évolution des contaminations.

    • Fred dit :

      @DLB

      « Dans mes estimations le Reff mini était de 0,57 le 10/02 et il est remonté à 0,72 le 21/02. C’est la marque de la présence du BA2. »

      A la lecture de cette phrase, je me suis dit p… c’est reparti heureusement la suite me redonne du baume au cœur, puissiez vous dire vrai.

      Bien besoin, du ciel bleu du jour d’autant qu’un variant neurologique sévère semble émerger… fin du HS.

  60. Whynot dit :

    On croise tous les doigts, gouvernement inclus j’imagine puisque dans le contexte « un peu pesant », annoncer de bonnes nouvelles liées à la situation sanitaire serait une petite trouée de ciel bleu dans une atmosphère très nuageuse…

  61. Cromorne dit :

    Bonjour au trois rédacteurs de ce blog !

    Avez-vous des statistiques de fréquentation du présent blog, sur le nombre de messages ?

    Il y a t’il un parallèle avec l’évolution du virus ?

  62. Daniel Le Breton dit :

    @ Fred

    Je peux vous rassurer, l’étude de la dérivée montre un pic très plat et on l’a probablement passé le 24. Mais comme les calculs ont nécessairement trois jours de retard à cause de la référence aux moyennes mobiles, il faut attendre pour vérifier et les incertitudes dépassent la valeur d’une journée. Je ne prends pas beaucoup de risques en vous disant que cela aura lieu avant la fin du mois (de février).

    Les danois ont vu passer un pic de Reff BA2 assez tôt (le 8/02, supérieur à 1), les britanniques et les italiens récemment (le 21/02, inférieur à 1), les allemands et les autrichiens sont sur un plateau de Reff (inférieur à 1). Donc ca ne va pas changer la tendance qui est un effet retardateur et je ne dois pas être loin avec une quinzaine de jours au pifomètre.

    Une chose attire mon attention et j’en appelle aux spécialistes. Paris a grosso-modo 10 jours d’avance pour le pack de variants omicron. Cependant ce n’est pas le cas en ce qui concerne BA2, le démarrage se situant à la même date que la moyenne nationale dans le cas du Reff. Qu’est-ce que ça peut bien signifier ? Est-ce que le variant BA2 apparait nécessairement comme une évolution de ses prédécesseurs et pas comme un virus provenant de l’extérieur par exemple?

    @ Cromorne

    On ne fait pas de statistiques de fréquentation et on n’a pas besoin d’en faire car le ralentissement brutal correspond à l’événement extérieur que nous connaissons tous (pour ceux qui connaissent, c’est la vieille méthode Kepner Trégo).

    On s’éloigne de la vie rêvée d’avant hélas, pour vous dérider essayez donc de deviner ou a été prise la photo de l’en-tête de l’article. Vous avez droit à 3 essais.

    • Ga dit :

      @Daniel Le Breton
      Concernant le variant B2 … ce serait une production provinciale ? 😉 il reste à trouver d’où il vient…
      Concernant la devinette : méditerranée ? Italie ?

      @tous
      Petit rappel
      Concernant le port du masque en intérieur et à propos de l’étude allemande à ce sujet mentionnée par Jean Loup : le port du masque chirurgical sert essentiellement à protéger les autres de ses propres postillons potentiellement infectés et de ses particules en aérosol (dégagées par la respiration, la parole etc). Il n’a pas de pouvoir filtrant, au contraire du masque FFP2 qui protège le porteur (et incidemment l’entourage pourvu qu’il ne soit pas muni d’une valve qui évacuerait l’air expiré sans aucune barrière).
      On peut alors supposer que les personnes qui souhaitent continuer à porter le masque en intérieur lorsque ça ne sera plus imposé ne sont pas tous des « covidoflippés » (lesquels feraient mieux d’utiliser des FFP2 SANS valve) mais aussi des personnes soucieuses de protéger les plus fragiles.
      Je joins un lien que j’ai trouvé intéressant mais qui renvoie aussi à des articles moins scientifiques si le mal de tête vous gagne…
      https://couleur-science.eu/?d=3eefbb–comment-fonctionnent-les-masques-ffp2

      • Daniel Le Breton dit :

        @ Ga

        La question que je me pose c’est de savoir si un variant peut évoluer de lui-même, et non pas nécessairement venir d’ailleurs. Pourquoi observe-t-on un peu partout en Europe les mêmes variants omicron? Est-ce que la série BA1; BA1.1; BA2 était inéluctable?

        Pour la devinette, vous chauffez.

    • Fred dit :

      Je crois reconnaître (sous un angle jamais vu directement) Bonifacio, en tout cas très ressemblant. Avec à l’extrême gauche ce qui pourrait être un bâtiment proche du sémaphore…?
      J’ai fait l’île hors saison en 2017 (faite en moto en 2012) durant 15 jours avec mon amie en voiture.
      Si des candidats au voyage là bas, je connais un peu plus que la moyenne et peu vous proposer un itinéraire un peu en marge des sentiers battus sans tous les éviter car ils sont aussi à voir.

  63. jsp dit :

    https://www.20minutes.fr/sante/3233343-20220210-hauts-france-plus-deces-region-2021-avant-covid-19
    Selon les derniers chiffres publiés par l’Insee, 60.000 décès ont été enregistrés dans les Hauts-de-France en 2021. Cela représente une augmentation de près de 9 % par rapport à 2019, deux points au-dessus de la moyenne nationale à 7 %. Une statistique qui place la région au 3e rang national en termes de surmortalité, derrière Provence-Alpes-Côte d’Azur (12,5 %) et la Corse (12 %). L’Institut note toutefois que les périodes de l’année ayant connu le plus de décès suivent les vagues épidémiques. Les chiffres montrent aussi que ce phénomène impacte davantage les aînés : « malgré la vaccination, les personnes âgées demeurent les plus touchées, surtout les 65-74 ans (+ 20 %)». Un « excédent de décès » particulièrement élevé dans les maisons de retraite (+18 %).

  64. Cromorne dit :

    @DLB, pour la devinette

    Votre récente location de vacances, en Toscane.

    • Daniel Le Breton dit :

      Bonjour jva

      Vous êtes du coin probablement. Il s’agit bien des hauteurs de Bonifacio. Je vais faire un bref hors sujet pour dire qu’il était souvent fréquenté à l’époque par de bruyants concitoyens des envahisseurs. Les hasards de l’histoire.

      @ Ga

      Vous étiez tout proche, c’était bien vu.

    • Fred dit :

      Ah ça fait deux

  65. smurf dit :

    @DLB
    « La question que je me pose c’est de savoir si un variant peut évoluer de lui-même, et non pas nécessairement venir d’ailleurs. Pourquoi observe-t-on un peu partout en Europe les mêmes variants omicron? Est-ce que la série BA1; BA1.1; BA2 était inéluctable? »

    Il me semble que les variants (et sous-variants) apparaissent quelque part et se répandent ensuite ailleurs.
    Le BA1 est apparu quelque part (sud de l’Afrique peut-être mais ce n’est pas sûr) et, vu sa contagiosité, il s’est répandu partout.
    Si le BA1.1 et le BA2 sont issus de ce variant, ils ont du apparaître quelque part (au Danemark par exemple mais on n’en sait rien) et se diffuser ensuite dans les autres pays.
    Et, à l’échelle d’un pays comme la France, il peut y avoir des variations sur les dates d’arrivée des variants entre les régions. Si l’Ile de France a été précurseur pour la BA1, peut-être que le BA2 est arrivé dans certaines régions françaises avant de se développer en Ile de France.

    Même si certaines mutations du virus peuvent apparaître à différents endroits du monde indépendamment, je pense qu’il y a peu de risque que BA1 évolue exactement vers BA2 en différents endroits en même temps. Je crois plutôt à une évolution à un endroit qui ensuite se diffuse dans les autres pays.

    D’ailleurs, le virus mute tout le temps. A l’intérieur d’un variant, il y a des sous-variants, des sous-sous-variants… On dit qu’il y a un nouveau variant quand on a une souche qui change suffisamment les propriétés du virus.

    • Daniel Le Breton dit :

      @ smurf

      Merci pour l’info. J’ai fait une nouvelle évaluation des contaminations observées en me rapprochant des données sur le BA2 communiquées par Pasteur. Ca marche assez bien mais le dernier chiffre est apparemment très sous estimé, je dirais d’un facteur 2. Ca correspond à la remarque de Pasteur concernant les données du 7/02.

  66. Resphoina dit :

    @smurf : BA.2 n’est pas un sous-variant de BA. ni de BA.1.1.

    Le variant d’origine de la famille Omicron s’appelle B.1.1.529 (ou 21M). Il descend directement du variant de Wuhan. Il a été identifié le 23 novembre 2021 en Afrique du Sud.

    Deux branches sont apparues dans ce groupe 21M en Europe : BA.1 et BA.2 (ou 21K et 21L).
    BA.1.1 est effectivement une sous-variant du BA.1 contrairement au BA.2 qui est une variante directe de 21M.

    BA.2 est la soeur de BA.1 ou la cousine.
    https://nextstrain.org/ncov/gisaid/europe?f_region=Europe

    • smurf dit :

      @ Resphoina

      Merci pour cette info complémentaire que j’avais d’ailleurs déjà dû lire quelque part mais que j’avais plus ou moins oubliée (trop d’info tue l’info).

      On peut du coup imaginer que certains pays auraient pu être infectés par BA2 avant BA1. Mais, ces variant sont tellement contagieux qu’on peut imaginer que le premier apparu va se développer très vite partout et, si le suivant, arrive quelques semaines après, il va partout arriver après son prédécesseur (qui n’est pas forcément son « ancêtre » donc).

  67. Resphoina dit :

    Quand on regarde l’Inde, effectivement, BA.1 n’a pas fait grand-chose, le 2 lui a roulé dessus.

  68. smurf dit :

    J’en profite pour remette ce lien que je trouve très intéressant sur l’évolution des variants dans les différents pays :
    https://covariants.org/per-country

    Effectivement, en Inde, BA2 a très vite remplacé BA1. De même au Danemark et en Suède même si c’est un peu moins spectaculaire. L’Autriche arrive juste derrière.

    Attention, quand même, les graphiques de covariants sont en pourcentage. Donc, il faut voir en parallèle le nombre de cas. Ce n’est pas la même chose d’avoir un variant qui en remplace un autre en faisant augmenter le nombre de cas en le laissant à peu près stable ou en n’entravant pas la diminution.

    Allez, je vais aller voir les courbes de ces pays.

  69. smurf dit :

    OK.
    2 pics pour la Danemark donc mais une franche descente maintenant, un seul pic et une descente bien entamée pour la Suède, par contre l’Autriche a un nombre de cas encore assez stable et haut avec peut-être l’amorce d’un 2ième pic franc.
    Du coup, j’ai regardé les voisins : l’Allemagne où cela ne descend pas franchement, la Suisse, la Hongrie et la république tchèque avec une descente bien entamée, la Slovaquie en début de descente…
    A noter que ces derniers pays ont eu un creux assez franc après la vague delta de l’automne avec la reprise omicron, signe sûrement d’une arrivée plus tardive d’omicron, pas comme en France par exemple où omicron a « absorbé » la vague delta.

  70. Cromorne dit :

    Bémol pour ma part pour le Danemark: le nombre de patients hospitalisés monte de manière ininterrompue depuis octobre, et petite augmentation des cas en soins intensifs.

  71. jva dit :

    @Daniel Le Breton
    Non je ne suis pas corse mais breton.
    Simplement souvenir d’une semaine de balade en corse du sud il y a plus de 15 ans

  72. NicoM dit :

    Bonjour à tous,

    Je vous fais un petit coucou, je sais qu’il ne faut parler ici que du covid, mais pour ma part je n’y arrive plus. Je trouve ça tellement futile désormais…

    Nous vivons quand même une drôle d’époque, une accélération d’évènements de plus en plus rapprochés il me semble, ou une crise chasse l’autre à un rythme effréné…

    Lorsque le 1er confinement a été décrété, je craignais que ces mesures tellement fortes au niveau économique puisse aboutir à un effondrement socio-économique qui nous mènerait à la guerre, eh bien nous y sommes presque, même si l’évènement déclencheur est manifestement différent.

    Je ne vous dis pas adieu, je continue à vous lire et je ne m’interdis pas de participer, mais là, vous avez de la motivation pour parler par exemple de variants, motivation que je n’ai plus.

    Bonne soirée à tous.

    • JoeyT. dit :

      Bonsoir,
      Pareil que vous @NicoM,
      Variants, sous-variants, masque supprimé là où il y a le pass mais masque toujours dans les écoles…Même cela ne parvient plus à m’énerver. (quoique)
      Juste une chose : le père d’un de mes meilleurs amis (qui comptait beaucoup pour moi), a été hospitalisé pour un cancer il y a 4 jours. Sa femme et son fils n’ont pas eu le droit d’aller le voir, ni moi non plus (même avec pass). Il est décédé 3 jours après son entrée à l’hôpital, seul. 3 jours seul. On n’a pas pu lui dire au revoir. C’était hier.
      Mais au moins, il aura été protégé du covid (que l’on n’avait pas, bien évidemment…)

      A votre avis, ça va encore durer longtemps ce cirque?
      Parce que la vie rêvée d’avant, d’accord, mais maintenant on va même espérer retrouver la « mort rêvée d’avant »…

  73. Pierre dit :

    Bonsoir,

    @NicoM et à tous : pour nous changer les idées, voici une (très sélective) revue de presse sur le COVID des origines à nos jours. J’espère que les liens passeront (je précise que je ne suis actionnaire d’aucune des publications citées !).

    1. Helen Branswell, une journaliste américaine qui écrit pour la revue médicale en ligne Stat (www.statnews.com), est peut-être la première à avoir publié un article, dès le 4 janvier 2020, sur « la mystérieuse épidémie de pneumonie en Chine ». Elle a mis en ligne en décembre 2021 un article tirant « dix leçons » apprises de la pandémie. Par exemple, qu’il faut agir vite pour juguler une pandémie, avant de savoir si elle sera vraiment grave. Ou bien que le public (aux USA en tout cas) est prêt à accepter un nombre élevé de morts pourvu qu’il puisse retourner à sa vie d’avant.

    L’article du 4/1/2020 : https://www.statnews.com/2020/01/04/mystery-pneumonia-outbreak-china/
    L’article aux dix leçons : https://www.statnews.com/2021/12/28/10-lessons-ive-learned-from-the-covid-19-pandemic/

    2. Un article du New York Times (https://www.nytimes.com/interactive/2022/02/26/science/covid-virus-wuhan-origins.html) résumant deux études récentes, pas encore publiées dans des revues à comité de lecture, qui suggèrent fortement, même si elle ne le prouvent pas formellement, que l’origine de la pandémie se situe au marché de Wuhan.

    Résumé en 1 phrase de la 1ere étude (https://zenodo.org/record/6291628) : « La diversité génomique du SARS-CoV-2 au début de la pandémie de COVID-19 indique une émergence via des événements zoonotiques répétés. »

    Résumé de la 2e étude (https://zenodo.org/record/6299116#.YhpLBi9h06w) : « Le regroupement géographique des premiers cas connus de COVID-19 et la proximité d’échantillons environnementaux positifs avec des vendeurs d’animaux vivants suggèrent que le Marché de gros de fruits de mer de Huanan à Wuhan a été le site d’origine de la pandémie de COVID-19. » (Comme le nom du marché ne l’indique pas, on y vendait aussi des mammifères vivants.)

  74. jsp dit :

    à JoeyT
    oui, absolument dégueul….., même chose pour un de mes oncles, ses enfants n’ont pu lui rendre visite, et de nombreux exemples parmi des personnes moins proches (amis, voisins)

  75. Daniel Le Breton dit :

    Bonjour

    Puis-je suggérer d’identifier ces établissements pour qu’on n’y mette pas les pieds? Saisissez vos élus, ils sont là pour ça.

  76. JoeyT dit :

    @ Ga, Je suppose qu’il n’était pas considéré comme patient en fin de vie. Tout a été très vite (il était âgé, plus de 80 ans).
    En insistant, on a fini par m’autoriser à le voir le lendemain (comme il était plus de 19 heures, les visites étaient interdites), mais trop tard, il est décédé dans la nuit.
    Mais mon ami et sa maman n’ont pas osé insister et s’imposer durant ces 3 jours, ils sont toujours très respectueux des règles, des protocoles et de l’autorité.
    C’est un regret immense qu’ils ont maintenant.
    J’ai malheureusement l’impression que le covid a conféré un pouvoir à certaines personnes dont elles abusent, pouvoir qu’il sera difficile de leur faire abandonner.

  77. Frédéric dit :

    Un immense merci à tous ceux qui contribuent, ont contribué, les auteurs et les commentateurs.
    Que l’on soit d’accord, étonné, curieux, ces discussions ont été et sont riches.
    Elles nous ont fait du bien. Il n’y a pas eu grand-chose de mieux dans notre pays.

    Qu’aujourd’hui l’émotion, comme la lassitude, soient de plus en plus présentes, c’est logique, humain, et finalement assez beau. Sans vouloir créer une communauté, je ressens une fraternité de destin et d’interrogation avec vous. Pas grand-chose, mais assez rare pour être signalé.

    Je veux vous exprimer ma reconnaissance.

  78. Whynot dit :

    @Frédéric

    C’est très bien dit, et je rejoins pleinement tout ce que vous dites.
    Il aurait bien sûr été préférable que la lassitude s’installe ici par une « non actualité » covid que par une autre qui prend légitimement le pas, mais bon, on ne choisit pas les crises ni le moment où elles commencent ou s’estompent…

  79. Léa dit :

    Je suis lectrice assidue de ce blog, sans avoir jamais participé. Je voulais en remercier les auteurs, pour leurs grilles de lecture très pédagogiques et relativement neutres, chose assez rare dans une époque où les informations tendent à se polariser vers un extrême ou l’autre (visions « rassuristes », visions « alarmistes », pour ce qui est du Covid).
    Je voulais aussi remercier les commentateurs, notamment pour leurs échanges autour des aspects sociétaux liés au Covid. De manière générale, je partage les inquiétudes de NicoM autour des « effets secondaires » des contraintes sanitaires : l’affaiblissement démocratique et la facilité apparente du gouvernement /de dirigeants d’établissements à imposer des mesures en régression nette avec les droits fondamentaux acquis jusqu’à présent (confinement à moins d’1km de chez soi, interdiction de visiter des proches en hôpital ou EHPAD, obligation d’être vacciné ou testé dès 12 ans pour accéder à des activités culturelles ou sportives, etc.), la dévalorisation de la loi car la plupart d’entre nous se sont habitués à « enfreindre » certaines de ces mesures (port du masque en extérieur par ex), mais aussi et surtout la modification du rapport à l’autre dont la fréquentation physique constitue désormais un « risque ».
    Ce blog a présenté l’intérêt d’offrir un espace de discussions « nuancées » autour de ces différents thèmes, NicoM s’étant trouvé quelques contradicteurs ! Comme l’analyse mathématique dans les articles, ces discussions donnent également des clefs de compréhension sur les points de vue qui ne sont pas les nôtres.

    Une chose que je n’ai pas beaucoup lue cependant, et que je ressens énormément depuis le début de cette crise : il me semble qu’il y a une ambiguïté très forte entre ce qui est attendu des gens (dans mon entreprise par exemple : depuis 2 ans moments de convivialité interdits malgré une forte pression à encaisser, pauses café réprimées dès 3 personnes, port du masque ffp2 théoriquement demandé jusqu’à 12h par jour), et ce qu’il est « humainement » possible de faire. Bien que ces contraintes puissent sembler assez relatives par rapport à celles que subissent d’autres personnes ailleurs dans le monde et dans d’autres contextes, cela me semble très lourd dans la mesure où c’est auto-imposé, et vu la durée d’application (>2 ans). Pourtant peu de monde s’en plaint, beaucoup respectent ou font mine de respecter, et cherchent éventuellement des exutoires en dehors (soirées) – ce qui a peu de sens sanitairement parlant. J’ai l’impression que l’on finit par croire que la normalité est justement d’être ces « surhommes indifférents des autres » que nous paraissons au travail, quitte à pratiquer quelques excès en dehors. Puisqu’en vrai, nous sommes probablement aussi un peu humains quand même…
    Cette « hypocrisie » me met assez mal à l’aise.

    • Ga dit :

      @Léa
      Je comprends votre remarque, dans certains lieux ou entreprises(mais l’état ne donne pas particulièrement le bon exemple) on a l’impression que les consignes sont « plaquées » sur des espaces et des fonctionnements très différents. D’autres entreprises ont fait jouer l’intelligence collective en expliquant très tôt les modes de diffusion du virus et en mettant les employés à contribution pour trouver des idées simples permettant de limiter les contamination sans pour autant s’enfermer, partant du principe que c’est la personne qui travaille dans le lieu qui est la mieux placée pour repérer les modifications « acceptables » à y appliquer.
      Mais le gouvernement n’ayant pas eu du tout cette attitude et ayant empilé des mesures ineptes et d’autres purement vexatoires, il était sans doute difficile de s’approprier la problématique, ce qui paraît pourtant la clé pour des mesures à la fois efficaces et bien acceptées. On a donc assisté à une combinaison de management très vertical , et de la crainte du « on n’a pas fait comme les autres on pourrait nous le reprocher ». Bref infantilisation à tous les étages.
      Dans l’hôpital où je travaille, les administratifs ont tenté au départ de cadrer les pauses (durée lieu nombre de personnes) et nous les avons gentiment « renvoyés dans leurs 22 » en disant que nous étions des adultes capables de s’organiser merci. Et aucune contamination au travail (jusqu’à Omicron qui malgré les précautions est passé parfois entre les mailles).
      N’hésitez pas à demander, notamment via le service de santé au travail, une évaluation de l’efficacité de ces mesures versus le mal être engendré. Pour le masque FFP2 il s’agit d’une mesure de protection individuelle et ce devrait être à votre médecin du travail de le recommander aux personnes selon leur risque, comme pour tout risque au travail. Bref la medecine du travail a tout son rôle à jouer ici, il faut les faire s’impliquer !

    • NicoM dit :

      Merci Léa !

  80. Whynot dit :

    @DLB
    Que disent vos derniers ajustements concernant l’atteinte des « seuils » fixés pour la levée du pass vaccinal (ie incidence <500 et 1500 "pour covid" en réa) ? On reste sur ce que vous aviez annoncé dans l'article où ça décale un poil en raison de BA.2 ?

    • Daniel Le Breton dit :

      @ Whynot

      On décale un peu bien sûr. On approche de la barre des 500 en indice, c’est pour le prochain weekend probablement, et on devrait atteindre 300 environ une grosse semaine plus tard.

      Quant aux personnes en soins intensifs je vois la barre des 1500 dans trois semaines. Je dis ça en prenant une position a priori plutôt pessimiste. De quoi offrir une occasion de retarder les événements à moins qu’une décision politique cherche à remonter un peu le moral aux français.

  81. Daniel Le Breton dit :

    @ Fred

    Votre commentaire et son lien ont disparu pour cause d’embargo sur le sujet (annoncé la semaine dernière). S’il y a un dessin du même genre sur le covid il est le bienvenu.

    • Fred dit :

      Je comprends et vous avez bien fait, par ailleurs j’avais vu la recommandation, mais…
      Quelques fois un dessin un dessin même éphémère en dit tellement plus qu’une rhétorique de plusieurs paragraphes.
      Sans soucis.

  82. Whynot dit :

    @DLB
    OK merci. Bon, rien de dramatique, de « mi-mars » on passe à « fin mi-mars », et dans le plus pessimiste des scenarios on serait encore sur du « fin mars » ^^

  83. Daniel Le Breton dit :

    Curieusement, la vague BA2 des contaminations ressemble un peu à celle du delta, et elle a tendance à s’allonger. Par exemple on n’a pas encore franchi le cap du Reff max pour cette vague.

  84. Whynot dit :

    @DLB
    La couverture vaccinale y est sans doute aussi un peu pour quelque chose. Tant que ce n’est pas (trop) suivi en termes d’hospitalisations/réa rien de dramatique. Il a un profil quasi-parfait d’enquiquineur, celui-là, pour le moment ça passe mais on sent bien qu’on est sur une ligne de crête. Espérons qu’on y reste, puis que ça bascule du bon côté !

    • Daniel Le Breton dit :

      @ Whynot

      On ne coincera pas sur le taux d’incidence mais sur le nombre de personnes en soins intensifs. Exemple avec Paris qui est déjà dans la fourchette d’incidence annoncée (300/500) mais pour qui atteindre l’équivalent du 1500 au plan national ne s’annonce pas avant la fin du mois.

  85. ffrancis dit :

    Pas de mise à jour des données depuis 2 jours.
    Quelqu’un aurait il des informations?

  86. Philippe Brouard dit :

    J’ai regardé de mon côté l’actualisation des calculs, deux semaines plus tard. Je constate qu’au niveau national Reff remonte vers 0,9. La descente de charge hospitalière se fait plus lentement qu’estimée. Ce n’est pas très surprenant car c’était déjà constaté sur les précédentes vagues, à cause du temps de passage moyen dans les services qui s’allonge lors de la décrue. Pour résumer ce phénomène : les patients qui font des passages rapides sont déjà sortis tandis qu’il reste les patients qui font des passages plus longs. Je constate aussi une petite hausse des entrées à l’hôpital par rapport à ce que j’avais calculé le 17/02. Peut-être à cause de ce BA2, un peu plus costaud? Pour une estimation de 1500 patients en soins intensifs, la calcul dirait vers le 10 mars, donc plus optimiste que @DLB, de ce côté.

  87. Bab dit :

    Bonsoir.
    Je ne sais pas si ma perception est correcte, mais il me semble que la vélocité de la baisse (la piste noire) du taux d incidence est en train de diminuer nettement.
    Effet de houle ou pas, mais cela ressemble a un creux de vague.
    Déjà ? (j espere que ma perception est erronée)
    Et si oui, ca serait un creux a marée haute.
    Y a un nouveau variant ou une nouvelle lettre grecque en perspective ?
    Que disent les gaussiennes ?
    A vous lire et encore félicitations pour les simulations

    • Daniel Le Breton dit :

      Bonjour Bab

      Comme un peu partout sur les pistes, la noire est devenue rouge, puis bleue, et nous entamons maintenant la piste verte en atteignant la vallée. Il n’y a pas de nouveau variant, de quatrième larron, on retrouve les trois connus (BA1; BA1.1 et BA2) partout en Europe. On se situe en ce moment près du pic de BA2 qu’on doit avoir passé je pense, et sa vague apparaît longue et plate, ce qui fait qu’elle fait traîner les choses. Il n’y a donc rien d’inquiétant à attendre d’omicron qui disparaît petit à petit. On retrouve le niveau de contamination de delta à son pic (50 000 par jour), et on va progressivement descendre, pas assez vite à notre goût, c’est sûr.

  88. Resphoina dit :

    Petit retour en arrière intéressant dans Vidal en avril 2020 sur les leçons du passé vs Sars-Cov-1 et Mers-Cov :
    https://www.vidal.fr/actualites/24740-vers-un-vaccin-covid-19-les-lecons-du-sras-du-mers-et-des-donnees-recentes-sur-la-reponse-immunitaire-au-sars-cov-2.html
    Encore beaucoup de questions en suspens.

  89. Whynot dit :

    Rhaaaa, j’ai été finalement trop pessimiste avec mon « fin mars » 😅 : même avec BA.2 qui essaie de jouer aux empêcheurs de tourner en rond, le « mi-mars » évoqué par Véran est maintenu. Voilà au moins une bonne nouvelle dans un contexte morose 😁😁😁
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/03/03/covid-19-suspension-du-passe-vaccinal-et-fin-du-port-du-masque-dans-de-nombreux-lieux-des-le-14-mars-annonce-jean-castex_6115991_3244.html

  90. Resphoina dit :

    Suspension ne veut pas dire abrogation. Attention à ne pas trop abuser des smileys tout de même.

  91. Whynot dit :

    @Resphoina

    Suspension veut dire ce que ça veut dire : à partir du 14 mars, les non-vaccinés pourront de nouveau avoir une vie similaire à celle des vaccinés sauf dans quelques rares cas, et ça suffit pour le moment très largement à me réjouir !
    Abrogation signifierait qu’on est sûrs et certains que la pandémie est terminée, qu’il n’y aura pas à nouveau un variant bien plus létal qui justifierait à nouveau des mesures plus strictes. Comme on n’en sait rien, on n’abroge pas, ça me semble juste logique…

    • NicoM dit :

      @whynot, @resphoina,

      Un petit commentaire pour mon sujet favori.

      Avec l’annonce de Castex, je viens de comprendre comment ils vont s’y prendre pour ne jamais abroger le système sans que personne ne proteste. Ils vont le laisser seulement dans des cas très précis (les ephad et hôpitaux).

      Malin, je n’y avais pas pensé. Ça permettra de ne pas abandonner toute l’architecture informatique et de la réactiver rapidement en cas de besoin, allez au hasard, si on doit contraindre la population pour une économie en guerre… (Va savoir pourquoi je pense à ça 😉 )

  92. Whynot dit :

    Et d’ailleurs : « Attention à ne pas trop abuser des smileys tout de même » -> ça veut dire quoi, ça, exactement ? Qu’il n’y a pas de quoi se réjouir dans l’annonce de cette suspension, ou qu’on n’a pas le droit de se réjouir sous prétexte que toute autre chose évidemment loin d’être réjouissant se déroule en même temps ??

  93. plouf dit :

    Je vous ai lu depuis 2 ans mais je n’ai jamais poster.
    Bien que ne partage pas tout les avis, ce site était une bouffée d’air dans un environnement médiatique en constante effervescence et où la bienveillance était à des années lumières.
    Nos avis étant sans doute différent : je me réjouis et je suis réconforté de savoir que des millions de personnes, vivant très mal l’obligation du port du masque (dont moi, je suis dans une école où je le porte plus de 8h par jour, ceci depuis le début de la crise), vont en être grandement soulager.

    • Daniel Le Breton dit :

      Comme évoqué hier, il s’agit d’une décision politique car on n’a pas atteint les critères hospitaliers. On ne va pas trop s’en plaindre.

  94. Whynot dit :

    @DLB
    Ils seront atteints, ou pas loin, au moment où la décision sera effective. Les quelques jours de retard par rapport au planning initial des modélisations ne justifiait pas vraiment une « reculade ». Reculade qui aurait difficilement admise par beaucoup, par ailleurs… 😉

    • Daniel Le Breton dit :

      @ Whynot

      C’est vrai vu les intervalles mentionnés, le taux d’incidence sera inférieur à 500 et le nombre de personnes en soins intensifs inférieur à 2000. le troisième critère est bon pour la trappe.

      • Whynot dit :

        @DLB
        « le troisième critère est bon pour la trappe » -> quoi donc, le Reff « durablement inférieur à 1 » ?

        • Daniel Le Breton dit :

          @ Whynot (si vous êtes encore là)

          Je parlais de l’absence totale de déprogrammation.

          Quant au Reff, force est de constater qu’on continue de remonter vers 1, on avait 0,83 au 28/02 et la dérivée reste positive, ce qui veut dire que le Reff va continuer de monter. Jusqu’à où et quand, je commence à me poser des questions. BA2 nous casse l’ambiance.

          Ca explique le tassement coté contaminations. Pour ce qui concerne l’hôpital, la descente s’annonce longue.

  95. Resphoina dit :

    Concernant le Pass, « suspension » veut dire que la loi est toujours en vigueur et qu’elle va être mise en sourdine par décret le 14 mars prochain. « Suspension » ne veut pas non plus dire que la loi est parfaite, qu’elle n’est pas critiquable, qu’elle n’entrave pas les libertés, qu’elle n’a pas des penchants anticonstitutionnels et que les citoyens n’ont pas le droit de pointer ses incohérences.
    Depuis le 23 janvier, j’en avais brièvement parlé ici, j’ai envoyé courrier sur courrier, mail sur mail à nos/mes représentants (députés, sénateurs, défenseurs) pour leur signaler une suppression (à mon sens, fortuite, en tout cas, je l’espère) du délai de 2 mois accordé aux mineurs qui fêtent leur 12ème anniversaire dans le décret du mois de janvier. C’était pourtant « du bon sens » le 30 septembre 2021 pour Matignon, ce délai fut acté dans la loi mais abrogé en janvier dernier.

    Curieusement, les 18 ans ont un délai d’1 mois toujours en vigueur selon la loi (concernant la 3ème dose art. 47-1 mais les 12 ans perdent un droit acquis collectivement). Le gouvernement, en supprimant ce délai, pénalise, isole, met de côté les mineurs qui, je le crois profondément, doivent bénéficier du droit fondamental que sont les loisirs pour leur construction personnelle, par exemple.
    Aujourd’hui, un enfant qui fête ses 12 ans doit pour aller le jeudi au cinéma se faire tester, le vendredi à la piscine se refaire tester, le samedi au Muséum se refaire tester et le dimanche au restaurant se refaire tester. C’est au minimum 5 semaines comme cela puisque la première dose compte pour des prunes dans le Pass.
    J’ai eu de timides réponses de mes députés et sénateurs. Ils ont questionné le Ministre Véran mais j’attends toujours de ses nouvelles. « De toute façon, le pass va finir par tomber », m’a-t-on dit.
    Voilà surtout pourquoi il ne faut pas mettre trop de smileys, se réjouir trop vite d’une simple suspension par décret car ce gouvernement ne revient pas sur ses erreurs et sait manier le silence et/ou la carotte pour esquiver les ratures.

    Si pour certains le Pass est un outil formidable de lutte contre l’épidémie, qui peut nier qu’il n’a pas mis un nombre considérable de personnes pleines de bonne volonté sur le carreau dès l’âge de 12 ans ?

    • NicoM dit :

      @Resphoina,

      Croyez moi, je suis un fervent opposé à ces pass, qu’ils soient dits « sanitaires » ou « vaccinaux ». Mais sur ce point de la suppression des 2 mois pour les 12 ans, il y a un point que vous oubliez et qui explique ce changement.

      Lorsque le pass sanitaire a été voté, les mineurs de moins de 12 ans ne pouvaient pas se faire vacciner. Il était donc normal de leur laisser le temps de se vacciner à partir de leur anniversaire des 12 ans avant de leur appliquer le pass sanitaire.

      Mais depuis, il est possible de se faire vacciner avant ses 12 ans. La suppression de ce délai n’a donc rien de scandaleux (entendons nous bien, je trouve scandaleux d’imposer un quelconque pass à des enfants. Mais ce délai n’a en quelque sorte plus lieux d’être désormais).

      Pour ma part, j’ai un enfant de 10 ans. Croyez moi, si ces co… continuent d’ici là, je le vaccinerai juste avant ses 12 ans afin qu’il ait la dose pédiatrique plutôt qu’adulte !

      • Resphoina dit :

        Je connais bien vos positions sur le Pass.
        Pour le coup, vous mettez en avant le fait que la vaccination est ouverte avant 12 ans comme argument de justification à la suppression du délai de 2 mois d’entrée dans le Pass.
        Vous oubliez que les doses ne sont pas les mêmes avant cet âge, que ce sont des doses pédiatriques, que la vaccination n’est pas du tout obligatoire et non-soumise à un quelconque Pass.

        Essayez de faire vacciner votre enfant juste avant ses 12 ans, vous verrez, vous ne pourrez pas anticiper car les centres et autres lieux de vaccination prétextent tout de suite d’attendre de passer l’anniversaire car il n’est pas possible d’injecter une dose pédiatrique en 1 et une dose adulte en 2. Encore plus fou, si l’enfant a rencontré Omicron avant de se faire vacciner, ça compte pour des prunes puisque ça repousse de 4 mois.
        Enfin, j’imagine ne pas être le seul en France, il n’y a aucun centre pour enfant à moins de 80km autour de chez moi.

        Enfin, qu’avez-vous à dire sur la non-suppression du délai d’1 mois pour le rappel des 18 ans dans ce cas ? Pourquoi ne pas avoir retiré le délai après tout puisque la vaccination est ouverte dès 12 ans et que le rappel est possible, non obligatoire, conseillé, non soumis au Pass Vaccinal avant 18 ans ?

  96. NicoM dit :

    A tous,

    J’avais dans l’idée depuis quelque temps de tenter de répondre à la question « les gens ont-ils effectués leur 3eme dose par envie d’être protégé du covid ou bien pour obtenir leurs pass et continuer leur vie sociale ? ».

    Pour cela, il m’a semblé interessant d’étudier la seule catégorie de la population qui a pu conserver son pass sanitaire sans effectuer de 3eme dose : les 12/17 ans.

    J’ai donc étudié les taux de vaccination de cette catégorie d’âge aux dates suivantes :

    – Du 15 juin 2021 au 12 juillet 2021 (de l’ouverture de la vaccination à cette tranche d’âge au discours de Macron instaurant le pass sanitaire, soit les vaccinés vraiment volontaires (1ere dose qui marque l’entrée dans le parcours vaccinal) : 21,3% des 12/17 ont reçu leur 1ere dose en 28 jours.

    – du 24 janvier 2022 au 20 février 20222 (de l’ouverture du rappel à cette tranche d’âge à 28 jours après) : 13,5% des 12/17 ont reçu leur 3eme dose.

    A noter que 1,6% des 12/17 avaient reçus leur 1ere dose avant le 15/06 et 5,9% ont reçu leur 3eme dose avant le 24/01, données qui accentuent encore l’écart des « vaccinés volontaires ».

    Si on prends la catégorie d’âge juste au dessus, les 18/24, notons que 50,2% étaient vaccinés (1ere dose) au 12/07 et 61,2% (3eme dose) au 20/02.

    Conclusions que j’en tire :
    – L’hypothèse selon laquelle les gens se font davantage vacciner par contrainte sociale plutôt qu’adhésion sanitaire semble confirmée. Il y a bien sûr des biais (3eme dose vue comme moins indispensable par exemple) mais cependant les chiffres semblent assez nets.
    – L’adhésion vaccinale était quand même bonne avant l’annonce des pass : la moitié des moins de 24 ans étaient entrés dans leur parcours vaccinal avant l’annonce de Macron, et c’était la tranche d’âge la moins vaccinée !
    – A contrario, il semble probable que la contrainte est désormais le principal moteur de la démarche de vaccination, alors que c’est le bénéfice sanitaire qui devrait primer !
    – Quand on voit que les moins de 12 ans, non soumis aux pass, sont très peu vaccinés, cela accrédite mon hypothèse.
    – Cela sort de ma micro étude, mais j’ai constaté que les plus de 80 ans sont la catégorie adulte la moins vaccinée de toutes, et ce assez nettement. C’est quand même honteux… –

    Bref, en dehors de toute considération sociétale, ces pass ont été efficaces à court terme pour pousser à la vaccination, mais on ôté le côté volontaire et sanitaire de la vaccination, c’est donc une victoire à la phyrrus qui nuira aux campagnes de vaccination futures qui risquent d’obliger à continuer la politique de contrainte plutôt que d’adhésion…

    Que pensez vous de cette petite analyse des données et de mes conclusions ?

    • Whynot dit :

      @NicoM

      Je ne vous rejoins pas sur toutes les conclusions puisque le postulat de départ « les gens ont-ils effectués leur 3eme dose par envie d’être protégé du covid ou bien pour obtenir leurs pass et continuer leur vie sociale ? » me semble déjà biaisé : il y a une part loin d’être négligeable de « ni l’un ni l’autre », et une autre part non négligeable de « les deux ».

      Je vous rejoins sur les points principaux toutefois :
      – que l’objet a clairement raté sa cible principale, mais pour ça pas besoin d’étude il suffit de regarder le taux de vaccination des 80+
      – c’est donc une victoire à la phyrrus qui nuira aux campagnes de vaccination futures

      Ce dernier point vous inquiète d’un point de vue sociétal j’imagine puisque vous dites « qui risquent d’obliger à continuer la politique de contrainte plutôt que d’adhésion… ». Personnellement, ça m’inquiète autrement : cela souligne encore plus l’absence de confiance envers la Science. Si le peuple avait confiance en la Science, le pass vaccinal n’aurait pas été nécessaire pour inciter à la vaccination. Le terreau de la méfiance était déjà bien en place, il a juste explosé durant cette pandémie, et cette défiance vis-à-vis du pass qui s’assimilait à une décision politique n’a rien arrangé, au contraire…

      • NicoM dit :

        @whynot

        Bon, je repose mon postulat de départ alors : « Quel % de gens doublement vaccinés auraient effectué leur 3eme dose si la menace de la désactivation du pass n’existait pas ? » Cela vous convient davantage ?

        Concernant les inquiétudes, eh bien nous partageons les mêmes.

        Comme nous n’aurons encore moins confiance en la science nous nous vaccinerons moins et donc le gouvernement devra être davantage autoritaire plutôt que pédagogue pour réussir la politique de santé publique…

        A force de prendre des mesures infantilisantes, on finis par avoir un peuple immature… Je sais que nombre ici disent « le gouvernement est obligé de… parce que les gens sont irresponsables », je pense fondamentalement qu’à force de chouchouter les gens (sécurité, protection, allocations, etc.) on les rends irresponsables…

        • Whynot dit :

          @NicoM

          Allez, un petit dernier pour la route, parce que vous le valez bien ^^
          « A force de prendre des mesures infantilisantes, on finis par avoir un peuple immature » -> personnellement, je crois que c’est plutôt l’inverse : à force de constater l’immaturité du peuple, on en vient à être forcés à prendre des mesures infantilisantes.
          « à force de chouchouter les gens (sécurité, protection, allocations, etc.) on les rends irresponsables » -> ou alors, à force de constater l’irresponsabilité, on est dans l’obligation de chouchouter sinon on a une société discriminante, à 2 vitesses, etc

          Après, je vous l’avoue, c’est un peu par esprit de contradiction 😉 Dnas les faits, je suis certain que ce n’est ni tranché dans un sens, ni dans l’autre, mais qu’on est en fait sur un questionnement de « qui de l’oeuf ou de la poule » ?

          • NicoM dit :

            Oui whynot, bien sûr que c’est l’œuf ou la poule, mais je voulais présenter l’autre côté parce qu’on ne lit uniquement le sens « le gouvernement est obligé parce que les gens sont immatures ». Jamais on ne s’interroge vraiment en France sur l’impact des politiques de « protection » sur la déresponsabilisation des citoyens. C’est toujours vendu comme positif, naturel, légitime…

  97. Ldx dit :

    @NicoM

    Comme le montre le rapport du Sénat (cf. lien ci-dessous), le passe vaccinal a raté son objectif : ce sont les 18-29 ans qui se sont précipités pour ne pas perdre la vie sociale si importante à cet âge :
    – 537.000 non vaccinés le 30-12-21 > 219.700 le 28-02-22, soit 317.800 primo-doses = 60%

    alors que le public visé des plus de 75 ans, le plus fragile face au Covid, n’a pas été incité à aller vers la vaccination :
    – 536.500 non vaccinés le 30-12-21 > 493.200 le 28-02-22 soit 43.300 primo-doses = 9%

    Je suis donc d’accord avec vos conclusions.

    http://www.senat.fr/notice-rapport/2021/r21-537-notice.html#:~:text=Compte%20tenu%20de%20l'évolution,la%20protection%20des%20plus%20fragiles

    • NicoM dit :

      @Ldx

      En effet, autre approche intéressante.

      J’ai vu sur votre lien que Guillaume Rozier a été interviewé par la commission d’enquête du Sénat, un petit clin d’œil au créateur de notre site préféré !

  98. Whynot dit :

    @Resphoina

    Vraiment, je ne comprends pas… Qu’on se batte AVANT et PENDANT contre le pass pour tous ces penchants et défauts que vous soulevez très légitimement, OK. Mais qu’on continue à soulever tous ces problèmes alors même que sa suspension est annoncée, c’est vraiment s’acharner à voir le verre à moitié vide…

    Pour info, des lois toujours en vigueur et pourtant jamais appliquées, il y en a un sacré paquet en France. Si certaines ne sont plus appliquées c’est justement pour leur côté soit immoral, soit désuet, soit un poil anticonstitutionnel. Néanmoins, elles sont toujours là mais personne ne s’en offusque, à juste titre puisque justement, elles ne sont plus appliquées. Et pourtant, elles n’ont pas été abrogées…

    Donc on fait quoi ? On continue à s’acharner sur le pass même une fois qu’il ne sera plus appliqué en refusant de croire qu’il est suspendu et non abrogé de façon à pouvoir être réactif si besoin de le réactiver ? Que c’est certain s’ils le gardent sous le coude c’est pour mieux nous imposer à l’avenir autre chose de similaire ? Mais alors dans ce cas, il faut se battre contre toutes les autres lois « liberticides », « discriminatoires » ou autres qui traînent encore mais plus appliquées pour des raisons de bon sens, non ?

    Au hasard :
    – L’article 222-32 du code pénal est formel : à partir du moment où l’on peut être vu, il est interdit d’être à poil chez soi.
    – La tour Eiffel est prise en photo par des milliers de touristes chaque jour. Et pourtant, son éclairage nocturne de 20 000 lampes est considéré comme une œuvre publique qui relève du droit à l’image. Une autorisation est donc nécessaire pour diffuser les clichés.
    – Selon l’article 173 du code civil, « le père, la mère et, à défaut de père et de mère, les aïeuls et aïeules, peuvent former opposition au mariage de leurs enfants et descendants, même majeurs ».
    – Le code pénal définit une arme comme « tout objet qui présente une ressemblance de nature à créer une confusion et est utilisé pour menacer de tuer ou de blesser », dans l’article 132-75. La jurisprudence considère qu’un cendrier ou une poubelle peuvent constituer une arme potentielle. Les animaux peuvent également entrer dans cette catégorie. Nous vivons dangereusement.
    – Il est impératif d’avoir du foin chez soi :si le roi venait à passer par chez vous à cheval, il est impératif que vous ayez quelque chose pour que l’animal puisse reprendre des forces.
    – Une femme ne peut pas être croquemort
    – Sauf dérogation obtenue auprès de l’inspecteur du travail, manger à la va-vite «dans les locaux affectés au travail est illégal», énonce l’article R4227-19

    Donc si, désolé, mais pour moi cette suspension me suffit dans un premier temps à mettre tout plein de smileys car je suis plus qu’heureux qu’enfin je puisse retrouver dans mon club sportif mas coéquipiers qui avaient fait le choix de ne pas se vacciner. Je suis plus qu’heureux que ces mêmes gens n’auront plus à utiliser de faux pass pour entrer dans certains lieux et prendre le risque d’une lourde amende (ça a été très chaud pour l’un d’eux…). Je suis plus qu’heureux de me dire qu’enfin, on cessera d’opposer vaccinés et non-vaccinés à cause de cet objet législatif qui ne s’appliquera plus dans quelques jours. Et enfin, je suis plus qu’heureux parce que cette suspension signifie que le plus dur est derrière nous, que ça sonne doucement et prudemment le glas de cette pandémie qui nous a cassé les pieds pendant 2 ans. Donc, je mets du smiley heureux. Désolé, c’est pas très Français de cesser de râler et de voir le verre à moitié plein, mais ça fait du bien, essayez !

    • Eric87 dit :

       » Sauf dérogation obtenue auprès de l’inspecteur du travail, manger à la va-vite «dans les locaux affectés au travail est illégal», énonce l’article R4227-19 « .

      Cette régle s’applique encore (d’ailleurs dans la période Covid , à mon bureau une autorisation exceptionnelle a été donnée pour autoriser les employés à manger sur leur poste de travail afin de limiter l’affluence dans les tisanneries (salles qui ont sur certaines périodes étaient interdites d’accès autrement que pour venir chercher un café ou mettre sa nourriture au frigo) )

  99. Joe dit :

    Bonjour,

    De retour, pour alimenter la réflexion un article https://theconversation.com/a-quoi-reconnait-on-un-discours-totalitaire-ou-fasciste-177567.
    Dans la gestion du Covid en France n’y a t il pas quelques similitudes avec le parti unique qui seul dicte ce qui est bien, le langage, et tous ceux qui comme certains contributeurs et probablement une majorité de français ont distingué les bons des mauvais?

    Bon week-end à tous, et pour ceux qui se félicitent de la levée partielle des contraintes, qu’ils expliquent leur maintien pour l’accès à l’hôpital, et la différence avec les décisions UK, Danemark, Suisse, Catalogne,etc.

  100. plouf dit :

    A NicoM,
    Je confirme tes conclusions : j’ai 21 ans, et dans mon entourage, c’est uniquement par peur et par pression de perdre sa vie sociale (y compris moi d’ailleurs..).

  101. Whynot dit :

    Non mais sérieusement, là on nage dans le délire le plus total… Sous prétexte que c’est « mieux ailleurs » il faudrait ne pas se réjouir que chez nous c’est « mieux qu’avant » ? Tout le monde a hurlé au scandale avec une fin de pass promise fin de l’été, qu’il faudrait le lever avant, c’est levé avant, mais il faut toujours hurler au scandale ?

    D’autre part, ce n’est pas le « parti unique » qui seul dicte ce qui est bien, il y a aussi la Science qui a joué un rôle, vous ne croyez pas ?

    A tous ceux qui ne se félicitent pas de la levée partielle des contraintes, qu’ils expliquent la différence avec les pays qui n’ont pas encore autant levé les mesures.

    Sérieux, ça me gonfle de toujours chercher à voir les prés où l’herbe est la plus verte en refusant de voir qu’à beaucoup d’endroits, l’herbe est jaune.

    Quand je vois certains commentaires, je ne suis finalement pas si surpris que notre gouvernement « infantilise » : peu importe ce qui est fait et avec quelle manière, il y en aura qui se contenteront systématiquement de relever le verre à moitié vide.

    On me qualifiait de « défaitiste », de « pessimiste » quand j’évoquais la probabilité non nulle de l’apparition d’un nouveau variant (ce qui tient la route d’un point de vue scientifique, hein), mais alors là niveau défaitisme et pessimisme je m’aperçois que je suis finalement un petit joueur dans ce domaine. Je ne comprends pas cette volonté de systématiquement relever ce qui ne va pas, quitte à totalement occulter ce qui va mieux voire bien.

    Ce sera probablement mon tout dernier commentaire ici, je ne vois plus aucun intérêt à commenter ce qui n’est plus de l’ordre de l’évolution de la pandémie. Continuez si ça vous chante à argutier et d’observer le monde avec de belles oeillères. Personnellement, comme l’objet scientifique s’éloigne, mon intérêt le suit.

    Bon vent à tous !

    • NicoM dit :

      Eh bien whynot qu’est ce qui vous arrive ?

      Pour ma part je suis content que ce pass et les masques soient levés, mais je ne crierai victoire qu’une fois la loi sur le pass abrogée, et mon petit doigt me dit qu’elle ne le sera jamais.

      Mais tout comme vous je me réjoui de la fin de ces obligations.

      Enfin, reste que tout ceci est bien dérisoire en ce moment ou la guerre est de retour sur notre continent…

  102. Bernard dit :

    @Whynot

    « Vraiment, je ne comprends pas… Qu’on se batte AVANT et PENDANT contre le pass pour tous ces penchants et défauts que vous soulevez très légitimement, OK. Mais qu’on continue à soulever tous ces problèmes alors même que sa suspension est annoncée, c’est vraiment s’acharner à voir le verre à moitié vide… »

    C’est au contraire limpide. Le blog a été phagocyté et est devenu depuis plusieurs mois un lieu de prosélytisme politique. Chaque fois qu’il tente de revenir à sa source et aux données épidémiologiques, un petit malin revient poser innocemment sa petite mais sournoise question sociétale. Sauver des vieux pendant deux ans en opposition avec la majorité en bonne santé qui souffre d’adulescence, panique face à la moindre contrainte, vous comprenez, c’est mal. Eh oui, la politique, c’est la protection des minorités contre la loi de la jungle, mais certains ont dû zapper le cours d’instruction civique.

    Les « pessimistes » suédois font le plein de comprimés d’iode ; les « optimistes » français s’inventent une détresse psychiatrique Covid et un statut de « résistant » de pacotille.

    Quand je lis « victoire à la Pyrrhus », les bras m’en tombent. Tout ça pour laisser infuser leur prochain refus du collectif et en trouver une justification. Je souhaite à ceux qui sont séduits par le discours de façade de la protection des enfants de ne jamais vivre de pandémie ciblant les jeunes car il découvriront que l’opposition à l’État sera la même.

    Le masque chirurgical fera bien rire nos enfants si par malheur ils devaient porter un compteur Geiger dans la cour d’école et passer à la douche avant de rentrer chez eux dans les prochaines années.

    Je retourne au port de pèche.

    • NicoM dit :

      @Bernard

      Et évidemment, vos propos ne sont pas du prosélytisme politique. Non, seuls ceux qui pensent différemment de vous en font. Vous vous êtes la sagesse et la vérité.

      Vous devriez lire l’article que donne Joe ci-dessus. Il est très interessant en ce qui concerne l’expression de différentes opinions.

      • Bernard dit :

        @NicoM
        Votre opinion est majoritaire ici. La tolérance de la différence — celle qui vous a été accordée avec bienveillance à votre arrivée par les prétendus défenseurs du totalitarisme — doit donc venir de vous mais votre réaction immédiate démontre que vous n’appliquez pas les préceptes de votre lecture. Je revenais ici un court instant pour m’informer des derniers développements du virus avant l’ouverture des cages le 14 mais vous êtes visiblement présent pour (re)motiver vos coreligionnaires et sauter sur tout commentaire dissident tout au long de la journée pour faire fuir les derniers des Mohicans

        Avoir amené ce blog au niveau de commentaires complotistes de jeanmarcmorandini.com fait de la peine pour tout l’investissement des rédacteurs.

        Bravo à JCD et Philippe Brouard d’avoir sauvegardé l’essentiel : prudence intellectuelle et humilité sur une si longue période.

        Je connais la direction de la porte, merci.

  103. NicoM dit :

    @Bernard

    Vous m’attaquer sur un post ou je suis allé prendre les données de vaccination par tranche d’âge sur vaccin tracker pour les analyser.

    Puisque vous êtes si soucieux que ce site reste de l’analyse factuelle de données, pourquoi ne réagissez donc vous pas à ces données ?

    Qu’est ce qui vous permet d’affirmer que « mon opinion est majoritaire ici » ? Et puis, en quoi serait-ce un problème si jamais c’était le cas ? Mes propos seraient-ils hérétiques ?

    « Celle qui vous a été accordée avec bienveillance à votre arrivée par les prétendus défenseurs du totalitarisme » Phrase très révélatrice. Effectivement ceux qui pensent que la liberté d’expression est distribuable à qui bon leur semble sont des totalitaristes. Et comme personne ne l’est ici, chacun peut s’exprimer. A votre grand regret visiblement.

    Quand aux rédacteurs du sites, ils sont 3 et non 2.

  104. Daniel Le Breton dit :

    Petit bilan de la situation ou BA2 fait des siennes :

    • Passage au dessus de Reff = 1 en Autriche et aux Pays Bas, l’Allemagne à suivre peut-être (au raz de pâquerettes à 0,94 et ça fait deux semaines que ça dure).
    • Italie et Danemark pas de signal de ce genre pour l’instant
    • Reff remonte vers 1 en France (0,83 le 28/2, en croissance)
    • 56 000 cas par jour en Chine (on en rêverait, ça fait l’équivalent de 2 800 en France, il y a un facteur 20 à quelque chose près) mais ça monte. Vont-ils arriver à endiguer omicron ?
    • La situation devient quasi impossible à suivre en UK avec l’absence de rendu le weekend, tout est regroupé le lundi et débrouillez-vous avec. On peut toujours regarder les graphiques sur le site de la NHS, c’est mieux que rien.

  105. Resphoina dit :

    @Whynot
    Comme vous partez de ce blog, je vous souhaite bon vent.
    Je vous réponds brièvement tout de même concernant la suspension du Pass et le fait que je ne démordrai pas devant ses anomalies. Le Pass n’est pas retiré de certains lieux comme le soulignait Nico, il stigmatise toujours certaines catégories par ses incohérences légales à penchant anticonstitutionnel. Nous n’allons pas faire un débat de droit, mais nous vivons dans un état de droit où le citoyen a son mot à dire, notre Président le rappelle dans sa dernière lettre très justement.

  106. jsp dit :

    https://www.lindependant.fr/2022/03/04/covid-ba2-gagne-du-terrain-de-nouveaux-cas-de-deltacron-un-cluster-de-ba3-les-sous-variants-domicron-se-propagent-en-france-10148030.php
    Omicron est toujours largement majoritaire (99,6% des séquençages en semaine 7) avec la majorité des séquences identifiées appartenant au sous-variant BA.1. Mais son sous-variant BA.2 gagne du terrain nous apprend Santé Publique France : 15,4% en semaine 6, 25% en semaine 7… 38% en semaine 8 (données préliminaires). Il serait même devenu majoritaire en région Nouvelle-Aquitaine.
    Par ailleurs, Santé Publique France annonce que 17 cas de BA.3, variant très rare en France, ont été identifiés le 28 février dernier. Selon SPF, il s’agirait d’un même cluster.
    Enfin, concernant le variant Deltacron, qui « fait l’objet d’un suivi renforcé par Santé Publique France et le CNR Virus des infections respiratoires », 18 séquences ont été identifiées, soit 8 de plus que la semaine dernière après l’annonce de sa découverte sur le territoire français. Ce recombinant aurait été découvert dans plusieurs régions et ce depuis le début du mois de janvier ce qui attesterait d’un « niveau de circulation à des niveaux faibles depuis plusieurs semaines ».

  107. Daniel Le Breton dit :

    C’est Bab entre autres qui avait soulevé la question d’une éventuelle reprise épidémique et j’avais répondu que ça n’en prenait pas le chemin. Seulement voilà, les choses changent et désormais je ne vois pas ce qui va empêcher le Reff de repasser la barre de 1 en France. Le changement de tendance est net. C’est le cas ailleurs comme je l’ai dit plus haut. Les autorités réagiront-elles, on verra bien. Même si BA2 n’est pas delta, on va traîner ça encore un moment à l’hôpital. On n’avait pas besoin de ça.

    • ffrancis dit :

      Effectivement, nous sommes en train de passer par un minimum (la décroissance devient quasi nulle) sur la courbe des cas.

      • Daniel Le Breton dit :

        Heureusement on s’en approche de manière asymptotique ce qui fait qu’on peut espérer un léger dépassement de 1 pour le Reff. Ce n’est pas comme aux Pays Bas ou le franchissement du niveau zéro par la dérivée s’est fait de manière très tranchée (ils sont à Reff =1.16).

    • Bab dit :

      Bonsoir,
      Oui il semble qu il y a qq chose qui se trame dans la partie ouest de la France.
      Peut être il serait bien inspiré aux sequenceurs de sequencer largement les prelevements positifs.
      Moi je dis ça je dis rien 😇
      Pourvu que ce ne soit qu un soubresaut.
      Je croise les doigts
      En attendant en suisse ca regrimpe.
      A suivreu

  108. Ga dit :

    Aux animateurs du blog
    Encore merci pour votre motivation et votre persévérance au fil de ces longs mois (je n’ai découvert ce blog que tardivement)et vous m’avez aidée, réellement, à traverser ces moments compliqués, de même que tous les contributeurs qui ont fait de ce blog, finalement, un lieu de partage et d’échanges de savoirs, même si,actuellement, l’opinion prend le pas sur le savoir et que le prosélytisme politique qui s’installe commence à me lasser.
    En tous les cas, même du côté des « prêcheurs » (et non des pêcheurs 😉 ) merci à tous d’avoir su rester courtois et respectueux, c’est tellement précieux.

    • RilaX dit :

      prosélytisme : nom masculin ;
      Zèle déployé pour faire des prosélytes, recruter des adeptes.

      Pardon mais je n’ai vu personne tenter de recruter sur ce blog. Par essence il y a débat et confrontation d’avis. Si vous estimez NicoM prosélyte anti gouvernement, alors ses contradicteurs étaient prosélyte pro gouvernement.

      Tout le monde n’est pas d’accord, mais commencer à s’accuser de faire du prosélytisme, c’est une pente glissante qui n’avait pas été emprunté jusqu’ici sur ce blog. Tâchons de garder cette particularité.

      J’en profite pour remercier ses participants, et ses auteurs pour ces informations et ces échanges qui m’ont permis de mieux comprendre les évolutions de cette (ces ?) maladie.
      Special thanks to NicoM : je suis d’accord avec toi.

      • NicoM dit :

        Merci RilaX pour ton soutien. Ça m’avais un peu énervé qu’une personne puisse reprocher au blog de prendre une tournure sociétale tout en faisant des commentaires exclusivement sociétaux.

      • Ga dit :

        Vous avez raison, le prosélyte,lui, avance souvent démasqué et ne fait pas mystère de son objectif final. Ici, ça commence par « le pass sanitaire est une mauvaise décision ». Ok. (On attend quand même les propositions alternatives). « Le pass vaccinal appliqué aux enfants est incohérent sur le plan sanitaire ». Toujours d’accord. Puis on lit  » la déresponsabilisation de la population est sans doute liée à toutes ces aides sociales… si on les supprimait, les gens se responsabiliseraient ».
        Ah ! Voilà ! On y est….. on ne serait pas en période de campagne électorale par hasard ? J’attend la suite… vous n’avancez pas si masqué que vous le croyez, NicoM.
        Et pas de bol, moi je reste. Et je vous lis.

        • NicoM dit :

          @Ga

          Eh bien puisque vous vous adressez à moi, et que vous me lisez, je me sens obligé de vous répondre.

          Je suppose que vous vous référez à ce passage ou j’ai dis « je pense fondamentalement qu’à force de chouchouter les gens (sécurité, protection, allocations, etc.) on les rends irresponsables ». C’est il me semble plus nuancé que les propos que vous me prêtez ou je serais anti aides sociales.

          Désolé mais je ne le suis pas. Heureusement qu’il existe des aides pour les gens dans le besoin. Cependant je m’interroge sur ce discours politique qui sans cesse traite les citoyens en victimes fragiles que l’Etat doit protéger de tous les dangers tout en déplorant leur irresponsabilité qui justifie sans cesse d’autres mesures de protection autoritaires pour leur bien…

          Et cette tendance étant commune a tous les partis politiques, j’aimerais bien « prosélyter » mais encore faudrait-il que je sache pour qui… Merci de m’indiquer si vous avez une réponse, ça facilitera mon prochain vote…

          Quand au pass sanitaire vous me demandiez une proposition alternative, la réponse est simple : pas de pass sanitaire. Eh oui, décider de ne pas faire, c’est aussi décider. Convaincre de l’efficacité des vaccins (rappelez vous au départ, beaucoup se jetaient sur le vaccin…), aller vers les plus âgés dont le taux de vaccination est scandaleusement bas en France et je pense qu’on aurait eu peu ou prou le même résultat hospitalier qu’avec le pass.

          Enfin, je constate que quand je passe 1 heure ou 2 à éplucher des données et que j’en fait part ici je n’obtiens que très peu de commentaires alors que quand je fais un écris davantage sociétal j’ai nombre de réactions qui me reprochent de faire du sociétal et non pas de l’analyse de données… C’est un peu frustrant je vous avoue…

  109. PhD dit :

    Bonjour à tous,

    Voici 2 articles de Medscape :

    Quels scénarios après Omicron ? (22 02 2022)
    https://francais.medscape.com/voirarticle/3608189#vp_1

    BA.2 progresse : faut-il s’inquiéter ? (28 02 2022)
    https://francais.medscape.com/voirarticle/3608226

    et un autre de Fréquence médicale :
    Covid-19 : la responsabilité du marché aux animaux vivants de Wuhan se précise (28 02 2022)

    https://www.frequencemedicale.com/generaliste/actualites/8012-Covid-19-la-responsabilite-du-marche-aux-animaux-vivants-de-Wuhan-se-precise

  110. Kiki dit :

    Vaximpact, les chiffres parlent?
    « Cela signifie que les individus non vaccinés ont un risque multiplié par 0 d’être contaminés au Convid-19 par rapport aux individus vaccinés avec rappel.
    Infections évitables chez les non vaccinés • -138 %
    Cela signifie que sur 100 infections d’individus non vaccinés ayant tous les âges, -138 cas auraient pu être évités si tous ces individus étaient vaccinés avec rappel. »

  111. JoeyT. dit :

    Bonjour,
    La tendance actuelle est la formation d’un plateau autour des 50 000 cas quotidiens. Décidément ce virus n’en finira plus de déjouer les pronostics… 😉
    Du coup, j’ai quelques questions pour nos chers modélisateurs:
    Avec cette moyenne de 50 000 cas par jour, autour de quels nombres d’entrées en hospit et en réa par jour va-t-on se stabiliser?
    Et donc, par rebond, vers combien de patients en hospit et en réa devrait-on tendre de façon stable aussi ? (toujours en partant du principe que ce plateau de 50 000 cas quotidiens perdure plusieurs semaines, (ce qui évidemment, n’est pas du tout certain…ça pourrait réaugmenter (ou rebaisser) 🙂 !

  112. JCD dit :

    Bonjour,
    En l’état les chiffres omicron devraient repartir lentement à la hausse d’ici une semaine.
    Donc plancher mi-mars, avec une centaine d’entrées/jour en réa et un seuil ‘bas’ d’environ 1 500 lits.
    Pour l’hôpital, conjoncturel.
    – A l’inverse, l’arrivée des beaux jours devraient nous aider (et contrebalancer le point précédent ?) -> conjoncturel aussi.
    – La disparition progressive, avec le temps, de l’effet protecteur des vaccins contre l’infection. Nouveau pic à prévoir dans quelques mois (cf article) -> structurel.

    @Kiki / ffrancis, effectivement, vaximpact a l’air de bugguer, puisque la courbe noire est bien 50% en dessous de la courbe orange. La troisième dose a désormais 75 jours d’ancienneté en moyenne et on s’éloigne donc des 75% de protection contre l’infection omicron qu’elle confère les toutes premières semaines après la piqure de rappel.

    • JCD dit :

      Bizarrement, mon commentaire précédent a été grignoté par la machine ce qui le rend un peu décousu !
      Je disais :
      Pour l’hôpital, < 500 entrées/jour.

      Il y a par ailleurs 3 facteurs à observer sur ces prochaines semaines, le premier étant la levée des mesures plus ou moins déjà anticipée, d'ailleurs, par les français (facteur conjoncturel).
      Les 2 autres facteurs sont présents dans le commentaire.

    • ffrancis dit :

      Je confirme qu’il y a un bug dans vaximpact, pas seulement sur les cas mais aussi sur l’ensemble des valeurs en âges groupés. Il y a sauf erreur dans la saisie des données une démonstration du paradoxe de Simpson sur les valeurs groupées que l’on ne retrouve pas quand on sépare les âges.
      Ce qui n’empêche pas la protection de baisser avec le temps.

  113. jsp dit :

    à PhD : les articles originaux sur l’origine liée au marché de Wuhan
    https://zenodo.org/record/6299116#.Yh1S0pbjLv
    Geographical clustering of the earliest known COVID-19 cases and the proximity of positive environmental samples to live-animal vendors suggest that the Huanan Seafood Wholesale Market in Wuhan was the site of origin of the COVID-19 pandemic.
    et
    https://zenodo.org/record/6291628#.Yh1UfpbjLv9
    SARS-CoV-2 emergence very likely resulted from at least two zoonotic events
    The SARS-CoV-2 genomic diversity prior to February 2020 comprised only two distinct viral lineages—denoted A and B—with no transitional haplotypes

  114. Daniel Le Breton dit :

    @ JoeT

    Je vois (j’avoue pas très distinctement) moins de 500 entrées par jour d’ici la fin du mois à l’hôpital dont moins de 100 en soins intensifs. Evidemment ça ne correspond pas à 50000 cas par jour en permanence, mais environ 25000 en fin de mois.

    Les Pays Bas battent un record jour après jour, les voilà à Reff 1,52. Apparemment ça ne les inquiète pas plus que ça donc j’en arrive à supposer que l’impact hospitalier de cette résurgence reste limité.

  115. Daniel Le Breton dit :

    Dans la même veine plutôt pifométrique: 12000 hospitalisés dont 600 en réa.

  116. Candide dit :

    Bonjour à tous, du moins à ceux qui restent.

    Je passe de temps en temps vous lire et je vois que les participations sont en chute libre, alors je tente de relancer un peu l’intérêt.
    Apparemment le R effectif vient ou va très prochainement repasser au dessus de 1.
    Nous aurons la confirmation dans 3 jours mais déjà les chiffres d’une semaine sur l’autre indique une bascule, malgré la diminution du nombre de tests effectués :
    vendredi 04/03 : 57 789 cas / vendredi 25/02 : 58 120 cas ; ratio 0,99
    samedi 05/03 : 53 678 cas / samedi 26/02 : 53 623 cas ; ratio 1,00
    dimanche 06/03 : 45 328 cas / dimanche 27/02 : 42 600 cas ; ratio 1,06
    Dans un contexte de relâchement généralisé et autorisé des gestes barrières + perte d’efficacité de l’immunité vaccinale ce n’est pas très surprenant.
    Je ne crois pas que nous puissions passer sous les 50 000 cas en moyenne hebdomadaire prochainement.

    Qu’en pensez-vous ?

    • NicoM dit :

      Bonjour Candide,

      Effectivement, un point de bascule semble avoir été atteint.

      La moyenne mobile du nombre de cas (je prends les chiffres J) s’est remise à remonter, ainsi que le taux de positivité.

      Est-ce la fin d’une chute rapide et le début d’un plateau légèrement ascendant comme nous l’avions connu l’hiver dernier, et dont on peut avoir l’espoir qu’il ne monte pas trop haut vu qu’il a lieu beaucoup plus tard que l’an dernier et donc bien plus proche du printemps ?

      Est-ce le début d’une nouvelle véritable vague ?

      Ce qui trouble l’analyse avec cette vague omicron, c’est que le nombre de cas est très bas par rapport au pic, mais le nombre de cas actuel correspond aux pics des vagues précédentes et donc aurait été considéré par les autorités, la presse et le grand public comme très haut avant. On n’aurait jamais levé les mesures à 50 000 cas/jour !

      Donc on devrait avoir une levée des mesures (masques, pass vaccinal) au moment même ou l’épidémie repart.

      Je suis très curieux de voir la réaction politico-médiatique à ces données, dans un contexte à la fois guerrier et d’élections.

      Est-ce que les médias et le gouvernement vont ignorer cette reprise et continuer l’abandon des mesures, comme si de rien n’était, ou bien est-ce que le covid reviendra sur le devant de la scène (ou du moins, qu’on en reparle et reprenne des mesures) ? Je suis très impatient de voir ça.

  117. Resphoina dit :

    Existe-t-il des chiffres concernant les autres maladies respiratoires endémiques comme la grippe, par ex. ?
    Combien de cas par jour faut-il pour obtenir x hospitalisations, etc. ? Bref, comme pour Sars-Cov-2.

  118. PhD dit :

    Bonjour à tous,

    Voici le lien vers la dernière contribution (04 mars) de la DREES :

    https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/sites/default/files/2022-03/2022-03-04%20appariement%20Sivic-Sidep-Vacsi.pdf

    • NicoM dit :

      Merci PhD, mais le lien a manifestement changé (erreur 404).

      • JFR dit :

        Il y a juste un « v » en trop à la fin de l’url…

      • Bernard dit :

        @NicoM
        Le lien de PhD fonctionne parfaitement et MERCI à lui, mais il faut retirer le v en trop, fort logiquement.

        7 mars 2022 à 10 h 15 min
        « Ça m’avais un peu énervé qu’une personne puisse reprocher au blog de prendre une tournure sociétale… »

        Droit de réponse

        J’ai dit ce que j’avais à dire l’autre jour et j’apprécierais que vous évitiez de parler dans le dos de ceux qui veulent partir sans surveiller leurs arrières. Sans cesse prendre à témoin les autres dès qu’une personne vous irrite est réellement agaçant et assez puéril

        « Et puis, en quoi serait-ce un problème si jamais c’était le cas ? Mes propos seraient-ils hérétiques ? »

        « Effectivement ceux qui pensent que la liberté d’expression est distribuable à qui bon leur semble sont des totalitaristes. Et comme personne ne l’est ici, chacun peut s’exprimer. A votre grand regret visiblement. »

        Apprenez à lire sans déformer à dessein la phrase et à ne pas tout centrer sur vous. Quand je parle de tolérance, de bienveillance face à la contradiction, je pense aux personnes qui ont fait preuve d’une pédagogie rare pour répondre un nombre incalculable de fois aux mêmes questions : grippe, vaccins, contagiosité, décalage dans le temps des vagues en fonction des tranches d’âge, risque de reprise en mars, efficacité des gestes barrière s’ils sont appliqués, cela sans que leurs réponses fondées sur des connaissances établies n’ait eu aucun impact sur ceux qui ont questionné, ni sur les ‘nouveaux’ arrivants.

        À partir de là, je ne vois pas pour quelle raison vous répondez remise en cause de la liberté d’expression. Plutôt, j’évite de dire ce que je crois. Et oui, votre positionnement représente ‘80%’ des commentaires depuis plusieurs semaines, soutien personnalisé à l’appui. Donc, je répète : pas besoin d’user de la flagornerie, de réagir en minorité oppressée, d’exprimer cette condescendance récurrente : « Que vous arrive-t-il ? », et autres trais d’humour ambigües à l’écrit.

        D’autre part, c’est bien vous qui parliez de votre vie privée et faisiez promotion de la petite station de ski qui vous permettait d’enfreindre la loi sur le masque ou la distanciation en toute quiétude. C’est bien vous qui avez également affirmé en plusieurs occasions que vous êtes là pour défendre vos idées politiques jusqu’au bout (Refus de l’intervention de l’État dans la politique de santé qui doit revenir au seul libre arbitre du citoyen ‘adulte’, celui des parents en particulier). Rien d’hérétique mais cela ferme d’entrée le débat. D’autres n’ont pas envie de cet affrontement idéologique permanent car il y a ensuite un doute légitime sur la sincérité des questions. Avez-vous dénoncé la publication du compte Twitter de Philippot dans les commentaires il y a quelques semaines ? Pas à ma connaissance, mais je n’ai pas tout lu. C’est la republication ICI d’un parti politique qui pose problème, pas une volonté de censure. Simplement la question de bon sens de si chacun fait pareil. La ficelle de ceux qui font ça après avoir saupoudré des idées (la grenouille…) est très grosse.

        C’est enfin vous une nouvelle fois qui relancez ce matin le sujet de la ‘manip.’ politico-médiatique de la pandémie dont vous attendez seulement de voir si elle refera la Une des actualités jour. La hiérarchie de l’info existe et si une pandémie de cette nature reste plus forte que le fait divers, il est évident qu’elle dévient négligeable dès lors que la population, y compris celle des plus à risque, a décidé depuis décembre voire plus loin encore que c’est fini, d’autant plus qu’un vaccin a été distribué en masse dans les pays riches. Donc face à une guerre d’expansion provoquée par l’un des pays les plus armés du Monde, ses conséquences économiques…

        Sur ce, bonne continuation à vous et à tous les motivés, mais laissez ceux qui ne sont plus là hors des petits commentaires polémiques. Votre argumentation est suffisamment forte et rodée pour vous passer de ça.

        PS
        Votre thèse statistique est intéressante, tout autant que la contribution d’autres intervenants concernant le Droit, mais elle le serait encore plus s’il y avait davantage d’antithèse et moins de sous-entendus dans le fil conducteur.
        https://ecolebranchee.com/esprit-pensee-jugement-critique/

        • NicoM dit :

          @bernard

          Eh bien je vois que vous m’avez à l’oeil depuis fort longtemps…

          Désolé de ne pas savoir lire et d’avoir compris que quand vous disiez « celle qui vous a été accordée avec bienveillance à votre arrivée » vous ne vous adressiez pas à moi spécifiquement.

          Et désolé de m’intéresser au traitement médiatique et politique de cette pandémie.

          Merci d’avoir trouvé ma petite étude interessante, j’ai ouvert la porte à la critique dans mon interrogation finale. N’hésitez donc pas à rechercher les éventuels biais si vous le souhaitez.

  119. Philippe Breuil dit :

    Bonjour,
    J’ai du mal à comprendre les chiffres de Covid Tracker, qui montrent, en lissage sur une semaine, une légère reprise alors que le R (calculé aussi il me semble sur la dernière semaine) est affiché sur la même page à 0.71, en hausse certes mais très inférieur à 1.
    Des soucis de compréhension aussi avec vos modèles basés sur des accumulations de gaussiennes alors qu’il n’y a aucune raison mathématique que ce soient des gaussiennes.
    Il s’agit donc de modèles comportementaux purs plutôt que de connaissance?

    • Daniel Le Breton dit :

      Bonjour Philippe Breuil

      Les gaussiennes sont un outil d’analyse des données et sans constituer un modèle, elles permettent de visualiser à quelques jours (deux semaines en moyenne) ce qui pourrait advenir. L’examen de leur dérivée (et aussi de leur intégrale) permet aussi d’identifier des événements nouveaux comme l’émergence d’un variant par exemple. C’est comme cela qu’on a vu arriver BA2 et qu’on constate qu’il décale complètement la fin de l’épidémie des variant d’omicron.

      Leur utilisation provient de l’observation des épidémies de grippe (des courbes en cloche), et comme si on avait réinventé l’eau tiède, elles sont mentionnées dans certaines publications académiques sur la modélisation des épidémies.

  120. smurf dit :

    Bonjour.

    De retour de quelques jours de vacances, je regarde de nouveau les chiffres un peu plus en détail.
    Et, je vois qu’en France, dans tous les départements, on atteint une sorte de plancher du nombre de cas. Le nombre de cas ne descend presque plus voire remonte légèrement (j’ai vu ça notamment dans plusieurs départements du nord-ouest, Bretagne et Normandie pour simplifier). A noter que ce plancher arrive partout mais pas au même niveau de taux d’incidence (les départements étant descendu les premiers se stabilisent plus bas).

    Pas très rassurant en tout cas. Est-ce la marque de BA2 ? Du relâchement des mesures? Des 2 ? A voir ce qui va se passer au relâchement quasi-total des mesures dans 1 semaine (relâchement qui va sûrement être un peu anticipé dans les comportements personnels de beaucoup). Intéressant sur le plan sanitaire (et aussi politique pour le coup).

    Je n’ai pas suivi toutes les études sur BA2. Mais je me dis quand même que si BA2 suffit à faire remonter les courbes, c’est qu’il est au choix (ou un peu des 2) :
    – plus contagieux que BA1/BA1.1
    – il échappe plus à l’immunité vaccinale que BA1 (pour la contagion) et/ou il échappe plus à l’immunité naturelle conférée par la contagion Delta ou BA1
    Certes l’immunité vaccinale diminue au cours du temps mais je me dis que la proximité des vagues BA1 et BA2 fait que cet effet doit être négligeable pour expliquer cette différence entre BA1 qui descend et BA2 qui monte.

  121. Daniel Le Breton dit :

    Comme le dit Guillaume Rozier, une reprise épidémique semble débuter, sauf qu’elle est détectable au 10 février. On n’est cependant pas trop mal lotis car ça s’annonce modéré, surtout si on compare aux Pays bas (à l’équivalent de 250 000 cas en France) et à l’Autriche qui remonte au plus haut de ses précédentes vagues omicron (175 000 par jour) et ce malgré la vaccination obligatoire.

    On en arriverait à croire qu’on a lâché les fauves trop tôt, surtout si on regarde la mortalité au Danemark (240/jour pour la dernière semaine), alors qu’il n’y a pas de quoi s’affoler aux Pays Bas, tout du moins pour l’instant (40/jour pour la dernière semaine selon Worldometer).

    Bref il faut rester prudent.

  122. Daniel Le Breton dit :

    Je les ai ramené a la population française pour permettre une comparaison

  123. Bab dit :

    bonjour
    240 morts par jour (en proportion) c est un moyen courrier qui s ecrase quotidiennement.
    il y deux a 2 ans (hors actualité internationale) ça aurait choqué, scandalisé.
    l habituelle quotidiennetée de cette mortalité continuelle n interesse maintenant plus globalement que ceux qui sont touchés (ou l ont été) ou ceux qui sont a risques et conscients de l être.
    comme cela a déjà été écrit dans ce blog, une actualité chasse l autre… les consultants télé ont été remplacés…

    • Ga dit :

      Le nombre de morts n’a jamais représenté un objectif car le zéro mort est impossible dans une épidémie. Certains gouvernements l’ont déclaré dès le début haut et fort (et honnêtement) mais hélas pas le nôtre. Ce nombre était un reflet indirect de l’épidémie tant que l on n’avait pas de tests. Maintenant il n’a pas vraiment de sens. La non saturation des services de soins est le seul objectif réaliste : des morts, il y en a et il y en aura encore.
      Outre bien sûr une réforme en profondeur du système de santé (on peut toujours rêver), une politique forte de prévention pour la réduction de certains facteurs de risque semblerait maintenant une piste intéressante et aiderait également à faire baisser les 400 morts par jour depuis des années liés aux maladies cardiovasculaires puisque nombre de facteurs de risque leur sont communs et sont liés aux comportements individuels. Mais la prévention est le parent pauvre de la médecine française et cela participe aussi au défaut de culture sanitaire de la population.

  124. Cromorne dit :

    Ce n’est pas parce que le 0 mort n’est pas atteignable, que ça ne doit pas être un objectif, ni le nombre de morts être un repère dans la crise. Voir par exemple la circulation routière.

    Entièrement d’accord pour la prévention: nous n’avons pas cette culture, et pas seulement dans la santé.

  125. Daniel Le Breton dit :

    Les chiffres se détériorent de jour en jour. Il semble que le pic de BA2 aura lieu mi mars en fait, au delà de 60 000 cas en moyenne mobile, avec une recrudescence hospitalière en fin de mois sans qu’on puisse encore en distinguer la hauteur. Comme quoi les emm… volent bien en escadrille.

  126. Doc Bernard dit :

    « le 0 mort n’est pas atteignable… » plaidoirie pour la prévention…. etc, etc
    On a tous cru aux effets bénéfiques de la prévention (le port du masque, le confinement, etc en font partie) qui , à défaut de nous faire atteindre le zéro nous en approcherait…
    Mais en parallèle on cri très fort notre attachement aux libertés individuelles….
    Et de toute façon nous mourrons tous!
    On peut penser que la grande majorité des décès du COVID ne sont en fait qu’un évènement un peu en avance de ce qui se serait de toute façon produit quelques semaines plus tard, compte tenu de l’état de santé défaillant des malades( comorbidité, grand âge, etc)
    Si on adhère à ce concept ( iconoclaste?) ne peut on pas penser qu’on en a trop fait et qu’il serait temps de laisser la nature (cruelle ? ) retrouver son équilibre ? Oui les ainés ( dont je suis) partiront plus tôt, ainsi que ceux qui ont commit quelques excès, mais la très grande majorité des jeunes et bien portants pourrons vivre libres et heureux?
    La démocratie n’est elle pas la loi de la majorité?
    Mais qui écoute aujourd’hui la voix du peuple?
    Et je doute que la prochaine élection soit l’occasion de ce genre de débat.
    Je vous souhaite tous une bonne santé pour profiter du printemps qui approche, c’est peut-être la seule bonne nouvelle du jour!

    • Ga dit :

      Si vous m’avez bien lue, je disais que l’objectif en « realpolitik » est d’éviter non pas les décès des plus âgés, mais simplement la saturation du système de soins, (moribond et pour lequel rien n’est fait, au passage, je n’en décolère pas) qui non seulement aurait entraîné, comme aux Antilles cet été, des décès covid évitables à 50 ans ( vieux selon vos critères?) mais aussi une perte de chance de tout individu même « jeune et bien portant » qui se retrouverait, pour un autre motif, à nécessiter une place dans un service de réanimation. Si les jeunes peuvent dans ces conditions vivre « libres », ils auraient alors été contraints de réfléchir à deux fois avant de rouler vite, de conduire un deux-roues, de boire, de consommer des droques récréatives, d’être enceinte, de pratiquer le ski, le vélo, le parapente, etc… car ils n’auraient pas pu bénéficier d’une prise en charge optimale en cas d’accident grave. Ou bien ces catégories font partie pour vous des gens qui ont « commis quelques excès » ?
      Et (allons jusqu’au bout de votre raisonnement) ces vieux qui suffoquent et meurent : on les laisse suffoquer chez eux, on ferme la porte, on dit « bon courage » à la famille et on revient 2 jours plus tard avec la housse mortuaire? Ou on les accompagne pour une mort la plus digne et apaisée possible ? Parce que ça, c’est du temps de soignant, des lits d’hospitalisation parfois et du matériel médical, aussi.
      Je pense que vous me trouverez un poil caricaturale mais je trouve que votre raisonnement l’est un poil aussi 😉
      C’est bien sûr toute la difficulté de savoir où placer la tolérance des conséquences de l’épidémie versus les contraintes imposées à tous. Le taux de remplissage des services, actuellement hélas biaisé par le « pour covid » et « avec covid » semblerait le moins mauvais indicateur, ne croyez vous pas ? Le nombre de décès n’a jamais été un critère d’application ou de levée des mesures, ce sont essentiellement les journalistes qui ont joué de ces chiffres.

      • Doc Bernard dit :

        Que chacun réfléchisse et débâte. C:est ce que je souhaite , évidemment les opinions sont différentes, c’est la liberté d’opinion et d’expression.
        Ceci dit , accompagner les malades en fin de vie, je connais, c’est ma spécialité. Et ce n’est pas s’acharner à prolonger coute que coute la vie….
        Et je sais que ce n’est pas avec quelques lignes qu’on fait un débat constructif

  127. Fred dit :

    Heureusement la météo du moment est sympa, la vraie celle du soleil.

  128. phil dit :

    @ bab sauf que les proportions « illusionnent  » des décès car il n’y a pas de « moyen courrier » s’écrasant chaque jour au danemark. De plus en regard des hospitalisations (1600) et soins intensifs (30) au danemark, il est possible d’ ëtre étonné des chiffres du nombre de morts pour covid (35/jour en moyenne)

  129. Montimuse28 dit :

    En regardant les chiffres, je constate que les régions de l’Ouest, Bretagne en particulier sont plus touchées alors que ces régions avaient été épargnées par les vagues précédentes (grâce au vent, m’avait dit une amie).
    Comment expliquer ce phénomène ? D’autant plus que le taux de vaccination y est assez élevé ?

    • Hugo dit :

      @Montimuse28

      Des éléments explicatifs en vrac, qu’on peut combiner : densité de population faible, domination de la voiture individuelle pour les transports, emplois principalement dans des PME (sauf pour l’agro-alimentaire) ce qui limite les concentrations, taux de chômage faible donc population en meilleure santé et plus réceptive aux recommandations gouvernementales (Le Drian, le gars du pays est ministre). Tout cela peut expliquer que la région fut moins touchée par les précédentes vagues. Mais dans le même temps, ces atouts, en limitant la contagion, ont pu abaisser l’immunité de groupe par rapport à d’autres régions. Maintenant que les restrictions sont levées ou presque, le terrain est plus favorable au virus. Et la protection offerte par le vaccin est insuffisante face à omicron si elle n’est pas combinée au port du masque, distanciation, limitation des rassemblements (la réouverture des boîtes de nuit a été un événement par chez moi).

      Bien le bisou

  130. Daniel Le Breton dit :

    Amis cobayes bonsoir

    Vous êtes en train d’expérimenter une nouvelle vague épidémique qui va provoquer une nouvelle hausse des hospitalisations et des réanimations. Fini la nounou du ministère de la santé pour vous câliner, vous allez faire face à vos responsabilités comme des grands. Ca remonte au Royaume Uni à l’hôpital (et même à la morgue) et ils n’en sont qu’au début. Il y a de l’espoir aux Pays Bas avec un pic qui s’annonce, mais il est haut.

    Il est hélas encore difficile d’annoncer une projection, si ça se trouve ça ne remontera pas de beaucoup et on en sera quittes pour un mois de retard, ou deux peut-être. Pasteur vient de sortir de nouveaux scénarios, je vais les regarder avec intérêt.

    Je me demande si on n’a pas vu un autre variant se glisser dans la bagarre, j’ai des doutes en regardant les courbes, mais bon, il faudra attendre pour savoir, enfin j’espère.

    • phil dit :

      au royaume uni, les décès sont toujours au même niveau depuis 3 semaines. On peut penser à un rebond mais je doute d’une nouvelle vague importante avec le nombre de personnes ayant été contaminés entre décembre et février. On a vu ces rebonds un peu partout mais sans vague importante.

  131. jsp dit :

    situation à Hong-Kong
    https://www.theguardian.com/world/2022/mar/09/china-hong-kong-new-bridge-covid-cases-surge
    The temporary bridge will aid work on a makeshift hospital as the city’s Covid death rate reaches world’s highest per 1m people
    A temporary bridge linking Shenzhen and Hong Kong has been erected to help workers and materials from the mainland to enter the city.
    A makeshift facility near Hong Kong’s border with the mainland is being built, which is expected to provide 1,000 more hospital beds and quarantine rooms for up to 10,000 people.
    As Hong Kong struggles with a devastating fifth wave, authorities have heavily relied on Beijing for support. Doctors and nurses from the mainland have also been allowed to work in the city, while Beijing has provided 29m rapid antigen tests and 54m masks as of Tuesday.
    The city reported 28,466 local infections and 291 more deaths on Tuesday. The Omicron-fuelled outbreak pushed the city’s daily community infections to a record of 56,827 last Thursday. Hong Kong has been recording about 150 deaths each day, giving it the world’s highest death rate per 1 million people,
    The majority of Covid deaths have been among the unvaccinated elderly. Around 70% of Hong Kong’s population has been fully vaccinated against the virus, although the percentage is lower among seniors despite consistent government efforts to raise vaccination levels.

  132. smurf dit :

    Le lien vers les nouveaux scenarios de PAsteur :
    https://modelisation-covid19.pasteur.fr/variant/InstitutPasteur_impact_BA2_relachement_mesures_20220310.pdf

    La hausse est là même si encore très modérée, due sûrement en partie à BA2 et en partie au relâchement des mesures.
    Le « grand relâchement » du lundi 14 mars devrait accentuer cela. Dans quelle mesure, difficile à dire…
    Pasteur propose plusieurs scenarios en fonction de « l’ampleur » du relâchement.
    A noter qu’ils disent ne pas tenir compte de la baisse de l’immunité au cours du temps (facteur négatif) ni du facteur climat (facteur plutôt positif avec l’arrivée du printemps).
    Mais, leurs scenarios sont à relativement court terme donc cela ne doit pas avoir trop d’influence.

    Bon, en tout cas, maintenant, les dés sont jetés. Le gouvernement ne reviendra pas sur les mesures de relâchement du 14 mars avant le 2ième tour de la présidentielle le 24 avril.

    Restent en gros les mesures de protection individuelle de ceux qui le souhaitent (plus le masque dans les transports quand même).

    A titre individuel, cela ne m’inquiète pas plus que ça. Mais je pense que cela va quand même tanguer un peu au niveau sanitaire (et sûrement politique même si d’autres événements prennent le dessus médiatiquement).
    D’ailleurs, O. Véran parle de cette hausse et conseille aux personnes fragiles de continuer de se protéger.

    • Daniel Le Breton dit :

      Merci smurf

      Pour l’instant les gaussiennes sont proches du scénario le plus bas de Pasteur (40% de relâchement), pourvu que ça dure.

  133. smurf dit :

    A suivre au niveau départemental des cas extrêmes :
    – le Finistère qui a eu un pic très tardif et a commencé à remonter dans les premiers alors qu’il était encore à un niveau d’incidence élevé. Le taux d’incidence va repasser au dessus de 1000 très vite
    – la Seine St-Denis avec un pic très tôt et un nombre de cas qui est beaucoup descendu et qui se stabilise avant de remonter aussi certainement

  134. Bab dit :

    Au sujet du covid, ça ne va pas très fort en Chine, même le Global Times, a l’objectivité légendaire 😉, en parle, c’est dire…

    https://www.globaltimes.cn/page/202203/1254613.shtml

    • Daniel Le Breton dit :

      A moins de 30 000 cas par jour c’est très faible vu la population.

      • Bab dit :

        Ca doit cependant être un sujet de preocupation majeur, si le GT, la voix en anglais du PCC, en parle. Le PCC et le GT defendent becs et ongles la « zero covid policy » et la « glorifient » quasi quotidiennement en la comparant à celle de l’Ouest. A suivre la suite assurément… surtout en voyant la situation actuelle hongkonguaise.

  135. bulle dit :

    Concernant les hamsters syriens… ça me fait penser que le Pr Raoult déclarait il y a quelque temps qu’effectivement le covid était une zoonose et que de nouveaux variants apparaîtraient certainement via une transmission de l’animal vers l’homme. Il déplorait d’ailleurs que le séquençage du covid détecté chez les visons qui ont été abattus au Danemark n’ait pas été rendu public pour que les chercheurs puissent travailler dessus.
    Bon, depuis, il est tombé en disgrâce… mais peut être n’avait-il pas faux sur toute la ligne…

    • rs-CoV dit :

      Il y a dans la Genbank une douzaine de séquences complètes de Sars-Cov-2 de visons d’élevages danois, en accès libre depuis août 2020 (https://ncbi.nlm.nih.gov/nuccore/?term=sars-cov2+denmark+mink). Ce n’est pas grand-chose sur les 41946 séquences (pas forcément toutes complètes, je n’ai pas vérifié) mises dans la GenBank par le Danemark à ce jour (vs. 2496 pour la France), mais ça permet quand-même d’avoir une idée du lien entre les séquences de vison et celles humaines. Sur les 4 millions (!) de séquences nucléotidiques qui sortent avec le mot-clé « Sars-cov-2 », on sort en filtrant de façon très grossière quelques centaines de séquences d’isolats animaux : cerf de Virginie, félins (chat domestique, lion, tigre et chat léopard du Bengale), gorilles, hyènes, visons d’Europe de d’Amérique, furets, chiens, hamsters… Il y surement plein d’autres espèces hôtes non échantillonnées, ou dont les séquences ne sont pas encore disponibles. Le virus a l’embarras du choix.

    • ffrancis dit :

      Le problème avec ce professeur, c’est qu’il prend une clientèle antitout dans le sens du poil, souvent à la limite du mensonge, avec des chiffres plus ou moins bidouillés, qu’à la fin, il est plus simple de tout rejeter plutôt que de devoir faire un tri permanent.

    • Daniel Le Breton dit :

      Eux ont des soucis puisqu’ils ont a peu près autant de cas journaliers que la Chine, ça ferait 350 000 cas par jour en France pour faire une comparaison.

  136. Bab dit :

    Bonjour,

    Le deltacron vu d outre manche.
    Est ce bien une bonne idée de se démasquer ?

    https://www.theguardian.com/world/2022/mar/11/what-is-deltacron-covid-variant-uk

  137. Jor dit :

    Bonjour,

    Il semble de nouveau temps de se focaliser sur les plus fragiles. Quelqu’un sait-il quelles actions concrètes sont menées pour rejoindre le niveau de protection vaccinale de nombre de nos voisins (Portugal, Danemark, Espagne)? Y-a-t-il des analyses sur cette population de la recrudescence actuelle?

    Bon week-end à tous

  138. smurf dit :

    Concernant la Chine, on ne peut pas forcément faire confiance aux chiffres officiels.

    Mais, en tout cas, la stratégie zéro covid sur le long terme paraît illusoire surtout avec des variants aussi contagieux qu’omicron.
    Eventuellement, une stratégie zéro covid en attendant les vaccins ou les traitements, pourqoui pas ?
    Mais persister alors que cela fait 2 ans maintenant et qu’il y a des variants extrêmement contagieux, cela n’a pas trop de sens : le seul moyen de faire du zéro covid par temps d’omicron, c’est de faire un confinement strict et permanent…

  139. jsp dit :

    estimation de la surmortalité par rapport aux décès déclarés Covid , dans le monde et par pays
    https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)02796-3/fulltext
    Estimating excess mortality due to the COVID-19 pandemic: a systematic analysis of COVID-19-related mortality, 2020–21

    • PhD dit :

      Cet article est aussi repris par Fréquence Médicale :

      https://www.frequencemedicale.com/20/actualites/8070-Covid-19-une-surmortalite-3-fois-superieure-aux-chiffres-actuels

      Fréquence médicale souligne les résultats de la France par rapport aux autres pays en relevant : « Des disparités et la France pas si mal » :

      « Le taux mondial de surmortalité tous âges confondus lié à la pandémie de la Covid-19 est de 120,3 décès (113,1-129,3) pour 100 000 habitants, et le taux de surmortalité dépasse 300 décès pour 100 000 habitants dans 21 pays. Le nombre de décès en excès dus à la pandémie de la Covid-19 est le plus élevé dans les régions d’Asie du Sud, d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, et d’Europe orientale.

      Au niveau national, les nombres les plus élevés de décès en excès dus à la Covid-19 sont estimés en Inde (4,07 millions), aux États-Unis (1,13 millions), en Russie (1,07 millions), au Mexique (798 000), au Brésil (792 000), en Indonésie (736 000) et au Pakistan (664 000).

      Parmi ces pays, le taux de surmortalité est le plus élevé en Russie (374,6 décès pour 100 000) et au Mexique (325,1 pour 100 000), et est proche au Brésil (186,9 pour 100 000) et aux États-Unis (179,3 pour 100 000). La France, avec 97,4 pour 100 000, s’en sort mieux que ses voisins directs (130,1 en Grande-Bretagne, 125,5 en Belgique, 120,6 en Italie et 114,1 en Espagne), sauf l’Allemagne (66,4), la Suisse (72,0) et le Luxembourg (76,0). »

  140. jsp dit :

    (complément)
    La surmortalité n’est pas forcément liée directement au Covid, par exemple retard de soins anticancéreux, de même il peut y avoir un effet négatif sur la mortalité avec moins d’accidents de voiture pendant les confinements etc. L’article du Lancet regarde la situation globale

  141. PhD dit :

    Bonjour à tous,

    Voici un article d’Univadis intitulé : COVID-19 dans le monde : où en sommes-nous après de 2 ans de pandémie ?

    https://www.univadis.fr/viewarticle/covid-19-dans-le-monde-ou-en-sommes-nous-apres-de-2-ans-de-pandemie

  142. Bab dit :

    Bonjour
    Cela se confirme dans l article ci-apres du SCMP, les prémices du début de la fin de la politique de zéro covid.
    Comme cela est mentionné dans un des commentaires d un lecteur de l article, la chine est sans doute devant une vague de 3 a 4 mois.

    https://www.scmp.com/coronavirus/greater-china/article/3170289/china-covid-19-cases-surge-3-times-cross-3000-most-severe?module=lead_hero_story&pgtype=homepage

    A suivre…

  143. Pro-pro dit :

    « La vie rêvée d’avant, c’est pas encore pour tout de suite car quelqu’un a remis 10 balles dans la machine et on reparti pour une nouvelle partie de billard : https://raw.githubusercontent.com/CovidTrackerFr/covidtracker-data/master/images/charts/france/evolution_deps/evolution_deps_0.jpeg

    L’ineptie « électoraliste » :
    Veran tire la sonnette mais Castagnette et notre chef de guerre suprême (auto-proclamé face à la Covid, mais un peu moins revendicatif et à son aise face au psychopathe russe) font mine de ne rien entendre pour l’instant.

    En tout cas je suis halluciné que les mêmes qui ont mis en place le passe « emmerdale » n’aient pas reconsidéré leur décision de fin du port du masque en intérieur à partir de ce 14 mars alors que les contaminations repartent.
    Lundi en France, ce sera la fête du slip avec des covid party (réunion en école, entreprise,…) organisées de manière tout à fait quasi partout. C’est une sorte de retour à la case départ( mars 2020) certes avec de l’immunité ( naturelle et acquise) en plus tout de même pour bon nombre mais pas pour tous malheureusement ( et notamment les plus fragiles >80 ans qui risquent d’en payer le tribut car pas assez vaccinés).

    Quoiqu’il en soit, je ne peux pas m’empêcher de penser que cette décision ou non-décision a quelque chose de délictuel : » L’homicide involontaire est un meurtre commis sans l’avoir voulu, « par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement » (article 221-6 du Code pénal).  »

    Mais peut-être que je ne sais pas tout et qu’ils vont nous annoncer ( enfin après 2 ans de crise sanitaire) un renforcement tangible des moyens pour l’Hôpital et la santé. –> Allez je mets un billet pour une annonce de macron en ce sens d’ici peu

  144. Cromorne dit :

    Pro-pro et E. Macron « ne partiront pas en vacances ensemble ».

    Je plussoie tout ce qui a été écrit. Sauf peut-être pour le dernier paragraphe: une annonce de campagne invaliderait la « réussite du Ségur de la santé ».

    Pour revenir à la raison d’être du blog: le graphique « billard » est parlant, et décrit la situation actuelle: les boules étaient soigneusement rangées en bas à gauche, il y a quelques jours, et là, on vient de les relâcher tout azimut.

  145. smurf dit :

    Effectivement, le relâchement quasi total des contraintes demain devrait entraîner un rebond épidémique pas du tout négligeable. Un peu incompréhensible qu’il ait été annoncé aussi en avance même si il ne m’a pas échappé qu’il y a une élection bientôt… Et puis malgré tout, beaucoup de Français en ont sûrement marre des restrictions…

    A voir l’effet sur l’hôpital et les décès…

    Enfin, la 4ème dose ouverte pour l’instant aux plus de 80 ans me paraît être une bonne chose faute de mieux… Leur 3ème dose commence à parfois être un peu ancienne…

    • Ga dit :

      Un des problèmes de cette levée des mesures -mais qui existe depuis le début- est l’absence de com’ pédagogique associée : ne plus être obligé à quelque chose n’équivaut pas à l’abandonner totalement mais hélas cet amalgame binaire est fréquent… le masque en intérieur non obligatoire n’équivaut pas à ne plus se poser de questions sur son utilisation en fonction du lieu, du nombre de personnes, et du type de public. Mais j’ai bien peur que nous soyons bien loin d’un tel niveau de prise de conscience dans la population générale.
      De même l’arrivée du novavax n’a pas vraiment décidé la population à risque non vaccinée pour le moment…

  146. smurf dit :

    Bon, en plus du Finistère que j’avais dans mes radars, trois autres départements sont repassés au dessus de 1000 de taux d’incidence… Ce coup ci, cela se passe dans le nord-est : Moselle, Meurthe-et-Moselle et Ardennes.
    Ce n’est qu’un chiffre symbolique (et qui fait changer la couleur sur covid tracker)… Mais c’est symptomatique d’une tendance générale… Et cela se voit particulièrement dans les départements qui n’avaient pas eu le temps de beaucoup redescendre de leur pic et qui sont déjà répartis à la hausse.
    A noter Paris qui est repassé en orange soit plus de 500…Il doit y en avoir d’autres mais Paris se voit particulièrement au milieu des départements de banlieue encore en dessous de 500…

  147. Robin dit :

    d’autres visus explicites pour suivre les évolutions (actuellement à la hausse) des taux d’incidence par région ou par département. Le taux record reste en Martinique:
    https://germain-forestier.info/covid/

  148. JoeyT dit :

    Et bien que d’inquiétudes dans les différents commentaires.
    Pour moi, désolé, mais la vie rêvée d’avant reprend demain!! Et oui, finie la muselière, exit le pass de la honte.
    Au fait, vous aviez quand même remarqué que pour le moment, l’impact du port du masque en population générale sur l’épidémie n’est pas démontré (que je sache) et que certains pays comme l’Angleterre qui l’ont abandonné depuis l’été dernier (entre autres restrictions) ne s’en sortent finalement pas trop mal sur omicron.
    Et enfin, je vous rappelle que pour le moment, rien n’interdit de se museler à longueur de journée ni de se faire vacciner tous les 3 mois pour ceux qui le souhaitent. (Et rien n’interdit non plus de continuer à ne plus s’approcher de personne, de ne plus toucher personne, de ne plus se rendre dans des endroits où il y a du monde, etc.)
    Allez plus que les transports en commun et les hôpitaux/EHPAD et on sera au top.

  149. Daniel Le Breton dit :

    Bon, avec les lois log normales, j’arrive à un pic le weekend prochain vers 70 000 cas en moyenne mobile (on est à 65 000 en ce moment). Ca donne une fin de vague à la fin du mois d’avril. Les entrées à l’hôpital vont remonter, mais il reste difficile de dire jusqu’où. Ca durera donc jusqu’en Mai pour les soignants, en attendant autre chose peut-être.

  150. Prof pas content dit :

    C’est marrant quand même, à l’introduction du pass vaccinal on lit « c’est anticonstitutionnel, c’est une bravade de nos libertés individuelles, c’est contraire au bon sens » etc etc

    Quand on nous dit de retirer le masque, « c’est contraire au bon sens, c’est de l’homicide involontaire », etc etc

    Euh, vous vous rendez compte, les uns et les autres, que vos commentaires ne sont finalement portés que par votre haine du gouvernement en place et/ou de l’expression affligeante d’un individualisme dégueulasse ?

    Quand je lis « rien n’interdit de se museler à longueur de journée », j’ai envie de répondre « si, la loi qui interdit de se couvrir le visage en public » qui n’a pas été levée en même temps que le passe vaccinal me semble-t-il…

    Et, la perle de la perle : « Et rien n’interdit non plus de continuer à ne plus s’approcher de personne, de ne plus toucher personne, de ne plus se rendre dans des endroits où il y a du monde, etc. ». Si je comprends bien, le passe vaccinal et les restrictions sont des une inepties dont il faut se débarrasser au plus vite car elles sont discriminatoires pour ceux qui ne craignent rien. Pour libérer ces jeunes en bonne santé qui n’ont rien demandé, mesdames et messieurs les fragiles, ou simplement les prudents, merci de bien vouloir mourir ou rester cloitrés chez vous.

    Tiens tiens : selon le « groupe » auquel on appartient, on est soi farouchement opposé à la discrimination, soit farouchement en faveur de cette dernière, selon l’intérêt PERSONNEL de celui qui se prononce sur le sujet…

    C’est dégueulasse d’égoïsme, d’égocentrisme, d’individualisme…. Merci aux adulescents présents sur ce blog de bien vouloir arrêter de considérer leur seul petit nombril dès lors que le sujet touche l’entièreté de leurs concitoyens, dont une partie est constituée de ceux qui les ont mis au monde, élevés, se sont battus naguère pour leur offrir aujourd’hui une société certes tout à fait imparfaite mais qui a aussi le mérite de faciliter grandement leur vie de tous les jours, comparativement à celles de leurs grands-parents ou arrières grand-parents. Vous êtes pitoyables de croire que seule votre vie et votre confort comptent, peu en importe le prix à payer pour « les autres », qui donnent un sens à votre misérable existence.

    Sur ce, je retourne à mes étudiants et élèves, dont j’ai plaisir à découvrir le visage, et surtout à mes envies de vacances et de grève, qui occupent inévitablement une large place dans mon quotidien puisqu’elles ne concernent que mon petit confort personnel. Bye

    • Ga dit :

      Je comprends votre coup de gueule qui s’appuie sur des commentaires qui illustrent bien mon propos précédent : quand l’autorité dit non, on ne fait pas . L’autorité ne dit plus non, alors le problème disparaît.
      Allez je vous rassure : à la pharmacie ce matin, clients et professionnels portaient le masque… peut être parce que tous avaient conscience que c’est un lieu fréquenté par les plus fragiles. Dont on peut supposer, en revanche, qu’ils n’iront pas dans un bar étudiant un jeudi soir. Bref un peu de logique n’a jamais fait de mal. Il faut espérer que le bon sens guidera les comportements. Même si ce n’est pas la qualité qui a été la plus développée par les dirigeants… Mais oui nombre de personnes veulent balayer les deux ans de pandémie et faire comme si elle n’avait pas existé. Compréhensible mais pas très réaliste… eh non, la vie d’avant ne reviendra pas, c’est à nous d’inventer la vie de maintenant. Qui est « sans restrictions », mais « avec Covid », n’en déplaise à beaucoup.
      En tous les cas nombre d’enfants de mon entourage sont ravis de « tomber le masque » à l’école mais trouvent légitime de le porter dans une Ehpad au contact des plus fragiles. Une petite leçon de « vivre ensemble » ?…

    • phil dit :

      @prof pas content tout est de bon sens dans ce que vous dites, on doit continuer dans ce que l’on fait depuis 2 ans jusqu’en 2068

      • Prof pas content dit :

        Phil, où voyez-vous dans mon commentaire un quelconque avis sur ce qu’il convient de faire ou ne pas faire ? Je me suis contenté de réagir à certains commentaires qui m’ont écoeuré par leur caractère contradictoire et surtout, individualiste à souhait : tantôt se battre contre un dispositif jugé discriminatoire, puis suggérer que des individus devraient s’imposent par eux-mêmes une discrimination. Tantôt juger Véran comme une pleureuse alarmiste imposant des mesures jugées non nécessaires par le bon peuple, puis regretter que sa prudence ne soit pas suivie pour maintenir des mesures jugées depuis non nécessaires par les méchants du gouvernement.

        Je n’y vois aucune cohérence, et c’était le seul but de mon commentaire. Je vous lis sans écrire depuis très longtemps car je n’ai pas souhaité exposer mon avis sur les différents sujets : qui suis-je pour prêcher « la vérité » ?? Personne. Je ne vais pas commencer aujourd’hui. Je tenais juste à exprimer mon dégoût de constater une fois encore que l’individualisme est la seule et unique conviction de nombreux de mes concitoyens. J’écoute ceux qui argumentent. J’écoute ceux qui changent d’avis par humilité ou par émergence de nouvelles données. Mais pardon, ceux dont les soi-disant « convictions profondes » d’un jour ne sont plus défendues le lendemain par intérêt personnel, ou juste par défiance militante, je ne les écoute pas. Qu’ils aient raison, ou tort. Que leur jugement soit le même que le mien, ou pas. Leurs avis ne m’intéressent pas, j’avais juste envie de leur dire à travers cette première intervention.

  151. NicoM dit :

    Bonjour à tous,

    Voici un lien vers un article qui reprends pas mal des thématiques des discussions sur ce blog.

    https://theconversation.com/comment-le-variant-omicron-ba-2-a-repousse-les-limites-initiales-du-covid-19-177292

    Bonne lecture !

    ps : j’en profite pour passer un petit coucou à whynot qui je suis sûr continue à nous lire.

  152. smurf dit :

    Merci @Ga pour ce message de 11h55 qui se rapproche de ce que je pense notamment le passage
    « Compréhensible mais pas très réaliste… eh non, la vie d’avant ne reviendra pas, c’est à nous d’inventer la vie de maintenant. Qui est « sans restrictions », mais « avec Covid », n’en déplaise à beaucoup. »

    J’essaie depuis le début de la pandémie de rester rationnel et modéré ce qui n’est pas toujours facile. J’ai sûrement été aidé en cela par mon entourage qui compte un certain nombre de pessimistes invétérés et d’optimistes invétérés… ce qui permet de relativiser.

    Donc, je pense que la levée de quasi toute mesure restrictive me paraît trop anticipée notamment pour le port du masque en intérieur (pour le pass vaccinal, j’y étais plutôt opposé depuis longtemps donc je ne le regretterai pas).
    A la rigueur, la levée des mesures en septembre 2021 aurait été plus logique (quitte à les remettre après) : nombre de cas bas, bonne immunité vaccinale des vaccinés 2 doses (assez nombreux déjà à l’époque).

    La communication sur « la pandémie est finie » me paraît exagérée et expose à un retour de bâton (rappelez-vous la pandémie était déjà finie à l’été 2020) même si j’ai moi aussi envie d’être optimiste.

    En attendant, je suis le premier à être content d’enlever un peu plus le masque mais je compte rester prudent en fonction de là où je me trouve (lieu confiné) et avec qui (personnes fragiles).

    Je suis content aussi que l’aspect répressif des mesures disparaisse car les exception à la liberté durent toujours trop longtemps mais j’espère en même temps que suffisamment de personnes continueront à faire preuve de bon sens et à adapter leur comportement dans certains cas pour éviter une trop forte reprise de l’épidémie et surtout trop de cas graves.

  153. Ga dit :

    @JoeyT
    Je n’ai pas trouvé trace de l’abandon effectif du port du masque dans les lieux publics clos en Angleterre l’été dernier (cette décision a été entérinée fin janvier 2022 d’après mes recherches) donc merci de communiquer vos sources ?

    • phil dit :

      le 5 juillet 2021, jonhson annonce la fin du port du masque dans les lieux publics clos à partir d 19 juillet

      • Ga dit :

        Cela avait été réintroduit dans le cours de l’hiver devant la vague omicron.

        • phil dit :

          @ga peut être mais il avait quand même été supprimé l’été dernier

          • Ga dit :

            @phil
            Oui, tout à fait, je me suis embrouillée dans mes recherches, au temps pour moi. Mais cette décision ne veut pas dire que pour les anglais cela ne sert à rien, comme l’avançait JoeyT : la décision a été motivée par le  » on lève toutes les contraintes et on verra bien ». Ce qui n’est pas tout à fait la même chose.

  154. JoeyT dit :

    J’avais fait exprès d’être provocateur, j’y suis allé un peu trop fort (beaucoup même). Et je suis d’accord avec la majorité des réponses apportées qui sont pleines de bon sens. Tout comme vous, je me félicite de la fin des obligations qui durent et ne peuvent (doivent) pas devenir la norme. Mais bien entendu que l’on peut rester prudent.
    Je suis heureux pour mes enfants aussi.
    Je trouve quand même que l’impact du masque en population générale me paraît très exagéré sur l’évolution de la pandémie. Surtout ces masques chirurgicaux mal utilisés qui me paraissent bien futiles. Mais bon…y a t-il des études sur cela? Sont elles faisables ?
    Après on traite trop facilement d’égoïstes ou d’égocentriques des personnes qui remettent en question toutes ces restrictions. Mince, quand on a été vacciné puis infecté, que l’on sait que l’on ne peut plus donc attraper ni passer le virus, pourquoi se masquer pour aller chercher son pain ou présenter son pass pour pouvoir aller voir jouer son fils au basket dans le gymnase du village. Au bout d’un moment les obligations pour tous, tout le temps, ne signifient plus rien et même ne servent à rien.
    Quand à l’épidémie, Pasteur qui d’ailleurs avait fait (une fois n’est pas coutume) de très bonnes simulations sur omicron, a prédit je crois un pic autour de 100 000 contaminations pour la fin du mois avec un impact limité sur l’hôpital, et ce grâce à l’immunité des nombreux infectés par omicron. Espérons que tout aille bien pour les soignants et les personnes fragiles et qu’effectivement les conséquences soient limitées.

    • PhD dit :

      @JoeyT

      Je ne suis pas certain que lorsqu’on a été vacciné puis infecté, on ne puisse plus « attraper ni passer le virus ». Par ailleurs, tous les vaccinés n’ont pas attrapé le virus.

      La remontée du nombre de contamination montre que le virus se diffuse encore bien. Les personnes à risque doivent donc continuer à se protéger (et à être protéger par les autres ? A chacun de voir).
      Il n’y a plus d’obligation pour tous mais cela n’interdit pas un comportement responsable de tous, notamment au niveau des gestes barrières.

      Nous saurons dans 15 jours si cette reprise des contaminations a un retentissement sur l’occupation des services de réanimation.

      • ffrancis dit :

        @PhD
        Entièrement d’accord, la prudence doit rester de mise. C’est bien là une grande différence de la France avec par exemple les pays scandinaves, en France, il faut imposer « on infantilise? », dans d’autres pays, il suffit de recommander. J’ai dans mon entourage plusieurs personnes dites « à risques », elles ont du mal à comprendre un tel relâchement en période d’accroissement du nombre de cas.

  155. JoeyT dit :

    Non mais on va pas continuer à vivre en soupçonnant tout le monde d’être potentiellement infecté, d’être une espèce de bombe à retardement. Le masque rappelle cela en permanence. Je ne m’approche pas de toi, reste loin de moi, mets un masque parce que potentiellement tu peux m’infecter . Je mets un masque parce que potentiellement je peux être très dangereux pour toi, je suis une arme de destruction massive potentielle.
    Psychologiquement, depuis 2 ans, cela m’est insupportable. Je ne considère pas les autres comme des porteurs de virus potentiellement tueurs.
    Et je suis désolé PhD, mais quand on est vacciné puis infecté par omicron, les réinfections sont extrêmement rares. Je crois qu’une étude danoise avait trouvé 17 cas pour 1 millions, tous sans gravité.
    Je n’ai plus le lien désolé mais cela doit pouvoir se retrouver.
    Et puis mince à la fin, se voir, se parler, s’embrasser, se serrer, communiquer correctement…c’est pas important non plus?
    Je suis heureux que les obligations tombent. Comme cela, chacun fait comme bon lui semble. Parce qu’on traite souvent les gens qui veulent tomber le masque ou vivre normalement d’égoïstes ou d’égocentriques, mais ceux qui veulent imposer cette distanciation sociale à tout le monde, cet éloignement des humains entre eux, ceux qui refusent les visites de malades ou de fragiles par leurs proches, ceux qui refusent de soigner des non vaccinés ou de les accueillir dans leur groupe ou club ou association, qui veulent que tous les gens autour d’eux portent toujours le masque, enfants compris,, ils sont quoi au juste? Prudents et responsables?

    Je me félicite que le nombre de morts descende depuis plusieurs semaines, cela tend vers les 100 quotidiens. Espérons que cela dure.

    • phil dit :

      au danemark, les cas de réinfections sont de 5 % en moyenne chaque jour, ces données sont récupérables sur le site danois dédié à la covid. Ce n’est pas énorme même si plus élevé que 17 sur 1 million et avec les années ce sera 100 %.

  156. NicoM dit :

    JoeyT, je suis plutôt de l’avis de phd et de phil concernant les recontaminations, il me semble qu’elles sont bien plus fréquentes et rapides qu’avec les précédents variants. La protection immunitaire (et vaccinale?) semble très courte désormais…

    Pour le reste, je suis d’accord avec vous.

    @ffrancis : a-t-on essayé les recommandations en France ? Non on passe directement aux lois en préjugeant que le peuple ne respecterait pas les recommandations. Pour les masques, beaucoup en mettaient bien avant l’obligation de l’été 2020. Comme quoi c’était possible…

    • phil dit :

      mais 5 % de recontaminations (pour le cas du danemark), c’ est quand même trés faible

    • ffrancis dit :

      @NicoM
      D’accord sur un point, nous n’avons pas beaucoup essayé les recommandations mais même les obligations ne sont pas respectées.
      Quand, avec la suppression du port du masque, il est pourtant recommandé de le garder surtout si l’on est en contact avec des personnes fragiles, combien suivent cette recommandation, très peu en fait.
      Et là où l’obligation reste comme dans les transports en commun bondés, c’est un désastre. Personne ne contrôle, beaucoup ne respectent pas, et c’est pourtant une question de bon sens.
      Essayez donc en Allemagne ou en Suède.
      J’ai vu une fois en Allemagne des personnes ne pas respecter une consigne (des françaises!), au bout de 5mn, elles sont parties gênées par les regards soutenus des autres personnes présentes.

  157. Louvin dit :

    On a fait du Covid un problème collectif de l’ensemble de la société qu’on a mobilisé pour s’en sortir ensemble, à-travers le confinement général de l’ensemble de la population, les privations de liberté appliquées à chacun de la même manière, l’extension du pass sanitaire ou vaccinal à des enfants de 12 ans, un masque porté par des quasi bébés de 5 ans pendant 22 mois…

    On l’a fait parce que cela correspond à notre fonds intellectuel égalitariste, à notre conception de la société dans laquelle l’Etat s’occupe et décide de tout, et au fait que le seul modèle existant en mars 2020 dans la lutte contre la pandémie était un modèle collectiviste (pour ne pas dire totalitaire) à l’efficacité duquel on a cru (cela fait un peu rire maintenant).

    Maintenant on change de paradigme et on met en avant la responsabilité individuelle des adutes : vaccination mais sans passe, masque à l’intérieur si vous le jugez nécessaire, etc. On laisse les enfants tranquille- on leur permet d’aller à l’école, de voir leurs amis dans la cour, de faire du sport, de jouer, de ne pas rentrer à 18h alors qu’il fait beau dehors. Bref, de vivre une vie d’enfants, ce qui est notre responsabilité d’adultes.

    Alors évidemment ce changement de paradigme de la responsabilité collective (tous confinés, tous vaccinés et haro sur celui qui n’est pas dans la norme) vers la responsabilité individuelle est un changement profond de la manière dont on a géré le Covid qui déstabilise vraisemblablement une partie des gens. Mais c’est surtout parce que la manière dont on l’a géré jusque là était au fond profondément curieuse dans une démocratie. L’état peut gérer la santé publique par l’organiqation des hopitaux et de la vaccination, il peut recommander des mesures de prévention- quand il va au-delà de ce rôle, il devient oppressif et liberticide.

    C’est à la rigueur acceptable i) pour une courte période et ii) quand c’est efficace. Au cas d’espèce, on n’a eu ni l’un ni l’autre et c’et là-dessus qu’il va falloir sérieusement s’interroger.

    • Ga dit :

      Je ne comprend pas très bien que l’on ne cesse d’employer le mot « liberticide » à tout bout de champ…. toute contrainte est par essence liberticide.( Le vocabulaire argumentatif quant au pass ne manque pas pourtant : injustifié, inadapté, plus délétère que bénéfique pour certaines populations, etc.)
      Par ailleurs : le pass est un outil plus que douteux : oui. (D’autant plus le pass vaccinal, parodie de mesure sanitaire).
      La vague de vaccination qu’il a entraîné l’été dernier a permis de sauver des vies : oui.
      La fin ne justifie pas les moyens. Mais cessons de dire qu’il n’a servi à rien : la vague d’août doit à la vaccination accélérée de n’avoir pas tout emporté sur son passage en métropole.
      Le reconnaître n’est pas cautionner l’utilisation du pass et n’empêche ni la critique, ni la réflexion quant à ce qu’il faut mettre en place pour ne plus le subir. Car avoir pris une telle décision pour le gouvernement est en soi un aveu d’échec : l’aveu d’avoir perdu la confiance de la population, notamment par une communication ni pédagogique ni honnête, et donc d’avoir été également incapable de lutter contre la désinformation qui s’est engouffrée dans la (large) brèche.

  158. JoeyT dit :

    @Phil et NicoM pardon, je viens de me relire, je n’ai pas été assez précis : je parlais des recontaminations avec omicron des gens vaccinés qui ont déjà été contaminés….par Omicron. Sinon oui, il y a beaucoup plus de réinfections que 17 pour un million! J’en connais déjà plusieurs autour de moi. Mais ils avaient eu des variants anciens, plutôt du anglais ou du « Marseille 4 » (je ne sais pas comment appeler le variant de l’automne/hiver 2020/2021) ou du Delta. Il faut que je retrouve cette étude danoise.
    @Louvin: excellente analyse, que je partage en tous points.

    • JoeyT. dit :

      Alors je n’ai pas retrouvé l’étude, mais un article de la Dépêche qui en parle très succinctement. Et sur le coup, j’ai fait mon « Jean-Michel A Peu Près », puisque il s’agit de 67 personnes sur 1,8millions de positifs, pour la plupart non vaccinées.
      Voici un copier /coller de l’article :
       » Selon une étude danoise, parue mardi 22 février, il est possible d’être réinfecté une deuxième fois par Omicron, ou plutôt par son sous-lignage BA.1 « L’infection par deux sous-lignages différents d’Omicron est possible », indique le Statens Serum Institut. Pour rappel, trois sous-lignages d’Omicron ont à ce jour été définis : BA.1, BA.2 et BA.3.

      Des réinfections « rares »
      L’étude a été menée sur un groupe de 1,8 million d’habitants testés positifs du 22 novembre 2021 au 11 février dernier. 67 cas de réinfection, sur une période comprise entre 20 et 60 jours, ont été recensés. Parmi elles, 47 avaient attrapé BA.1 puis BA.2. « Ces réinfections par Omicron BA.2 se produisent peu de temps après les infections par BA.1, mais elles sont rares », affirment les scientifiques, dont les travaux n’ont pas encore été relus par des pairs.

      Les personnes réinfectées étaient pour la plupart des jeunes non vaccinés. Ils n’ont souffert que de symptômes plutôt légers. »

      C’est sur une courte période, et pas encore validé par la communauté scientifique au moment de l’article, mais cela montre que c’est extrêmement rare pour ne pas dire nul quand on est vacciné. Cela risque évidemment de se produire plus souvent à mesure que le temps passe, mais pour le moment cela suffit à considérer (ce qu’a fait Pasteur d’ailleurs dans ses dernières simulations) que les gens précédemment infectés par omicron sont immunisés (peut être que ce n’est pas le bon terme).

      Une bonne partie de mes proches (amis, famille, collègues et moi-même) sont dans ce cas : 2 ou 3 doses puis omicron. A priori, on peut se considérer comme non dangereux 🙂

  159. Joe de retour dit :

    Bonjour,

    Au delà de son efficacité non démontrée, le pass vaccinal et la communication associée ne sont-ils pas un écran pour masquer notre retard sur bien des domaines: sequencage, recherche de traitement ou de vaccin, industrie de la santé dépendante, etc.?

    Pour la remontée en cours, le masque FFP2 permet de mieux protéger les personnes fragiles sans obliger les enfants à être contraints. Il n’y a qu’à faire plus de communication sur le sujet.

  160. Whynot dit :

    @NicoM
    Oui je continue à vous lire, et je désespère de plus en plus de ce que je lis, il n’y a plus que Ga et PhD (+ quelques rares autres qui se rallient à leur avis) qui semblent encore défendre le bon sens sur ce blog.

    @JoeyT
    Allez jeter un oeil là-dessus : https://fr.wikipedia.org/wiki/Biais_cognitif
    Biais égocentrique, biais de confirmation, biais d’auto-complaisance, biais d’équiprobabilité, biais d’ancrage, et j’en passe, forment la trame de tous vos propos. Je ne dis pas qu’ils sont tous absolument inexacts, mais oui, les biais cognitifs dans vos interventions sont si nombreux que vos commentaires sont un bel objet d’étude.

    @Louvin
    Idem, avec le biais d’intentionnalité, le biais d’engagement et le biais rétrospectif.
    Quant au changement de paradigme de la stratégie, il repose uniquement sur le changement de paradigme de la pandémie : ce qui est vrai aujourd’hui (limite de l’efficacité des restrictions) n’était pas vrai en mars 2020. Le virus a changé, hein : moins « tueur », plus contagieux. Par ailleurs, il est très facile de dire que ce qui a été décidé n’était pas bon a posteriori, mais comment le savoir avant même d’essayer ? Dès lors qu’on n’est pas sûr de l’effet d’une décision politique ou sanitaire, il conviendrait de ne pas la prendre ? Ca va être la fête du slip dans notre pays, sans pilote à bord…

    OK, nous sommes sujets aux biais, c’est humain. Mais de grâce, essayez au moins de ne pas exprimer que ça dans vos propos…

    Concernant la « désinformation » évoquée par Ga, je crois (et ce blog l’illustre) que ce n’est même plus un épiphénomène, c’est désormais le courant ultra-majoritaire (et pas que concernant le covid), ça devient même presque de la propagande dans le cadre de la pandémie. Oh tiens, « propagande », un terme employé par ceux qui désinforment à propos de la communication gouvernementale depuis 2 ans….

    Bref, je retourne à mon silence, ça me gonfle toujours autant de faire le Don Quichotte face à des moulins restant totalement sourds aux arguments factuels qu’on oppose à leur propos biaisés, qui n’ont pas pour but de renverser la préconception mais de la faire infléchir ne serait-ce que légèrement. Même ça, ça ne semble même plus possible, c’est tout ou rien, c’est blanc ou noir, c’est liberticide, égalitariste et totalitaire ou c’est responsabilisant quand ça m’arrange du point de vue de mon petit nombril…

    • DESPAX dit :

      Vous avez raison, la plupart de commentaires des personnes que vous citez a juste pour but de critiquer tout ce qui est fait ou factuel. Quelque soit la proposition ou le fait, ils contestent.. Ils feraient mieux de dire qu’ils contesteront tout parce que politiquement il.ne veulent rien concéder pour des raisons purement partisanes ou dogmatiques. Quand on conteste systématiquement même les faits, on peut se poser vraiment des questions sur l’objectivité des intervenants.

    • NicoM dit :

      Bonjour whynot, ça me fait plaisir de vous relire. Moi également je me fais plus discret ici, d’une part parce que j’y passais trop de temps, d’autre part car je suis désormais plus inquiet par la guerre en Ukraine que part le covid, et enfin parce que je recevais des accusations de prosélytisme et que je me suis dit que la meilleure façon de montrer que je n’en faisais pas, étais de moins participer.

      Au fait, Ga, je vous ai répondu au sujet du prosélytisme plus haut, je ne sais pas si vous avez vu.

      Bon, ça me démange quand même de participer par moment quand même, et donc je vais profiter de votre intervention.

      Je vous avoue, je suis un peu désappointé de vous trouver sur cette position du : « il y a une vérité dispensée par quelques rares sachants ici et le reste sont des propos insensés ». Oui, je sais, je résume vos propos et donc je les exagère, c’est le fait de toute synthèse qui nécessairement masque les atténuations.

      Je me base sur votre assertion « qui semblent encore défendre le bon sens sur ce blog ». Je suis désolé mais les propos de JoeyT et de Louvin sont remarquables. Vous avez parfaitement le droit de ne pas être du tout d’accord avec eux, mais vous ne pouvez pas dire que ces propos manquent de bon sens.

      Vous parlez des biais cognitifs, alors je vous renvoie sur ce vieil article qui démontre que les biais sont tout autant présents chez ceux qui réclament toujours plus de mesures de protection : https://www.contrepoints.org/2021/12/05/403080-covid-comment-lirrationalite-sest-emparee-de-nos-societes

      Comme je le dis depuis longtemps, et l’on m’a accusé de créer des clans, je pense que chacun de nous a une vision différente de ce que doit être une société et donc de comment elle doit réagir face à une pandémie. Il n’y a pas ceux qui ont tort et ceux qui ont raison, tant qu’il n’y a pas de désinformation. Mais ce n’est pas le cas ici que je sache : personne ici ne dit que les vaccins sont un poison visant à nous implanter une puce 5g dans le corps ! Après il est normal que des visions différentes de comment devrait réagir un gouvernement face à une pandémie s’expriment, c’est normal et sain dans un pays démocratique.

      Pour ma part, je suis d’accord avec JoeyT et Louvin, mais également avec PhD et Ga ! Toutes ces dernières interventions m’ont semblé très intéressantes et logiques, mêmes si parfois opposées, tout simplement parce que la philosophie de départ n’est pas la même et qu’aucune n’a le monopole de la vérité sur les autres.

      Il y a la science qui produit des données, par exemple : « tel vaccin va protéger des contaminations à 75% et des cas graves à 90% » (données qui peuvent cependant évoluer au fur et à mesure d’études ultérieures, c’est ça la science). Après dire « face à ces données on va prendre telle ou telle mesure », pour un gouvernement, ou « je me vaccine ou je ne me vaccine pas » pour un individu, ce sont des choix politiques/personnels, qui par définition sont des arbitrages que chacun va juger en fonction de son propre système de valeur et aussi exprimer ici. Il faut juste en avoir conscience et respecter l’avis de l’autre tant que cet avis est de bonne foi, ce qui me semble être le cas à 99% sur ce blog.

      Bien à vous tous !

      • Whynot dit :

        @NicoM

        Ah, parce que s’appuyer sur ses désirs et son expérience personnelle pour réclamer à titre collectif, c’est du bon sens ?
        Suggérer qu’aucune mesure prise depuis le début de la pandémie n’a été efficace, c’est du bon sens ?
        Mettre en avant son bien-être individuel en affirmant presque sans trembler que c’est aux autres d’en assumer les conséquences s’ils se sentent en danger (à tort, quelle bande de pleutres à la fin !), c’est du bon sens ?
        Croire que « tout va mieux pour le moment donc tout ira bien plus tard », c’est du bon sens ?
        Dire d’abord « si je suis vacciné alors tout va bien je ne suis pas dangereux » puis faire évoluer en « si je suis vacciné puis réinfecté parce qu’on m’a menti sur le rôle du vaccin, je ne suis pas dangereux », c’est du bon sens ?
        Faire primer l’intérêt individuel sur l’intérêt collectif, c’est du bon sens ?

        Je vous passe tout ce que j’ai lu durant mon silence et qui remonte à plus de 2 jours qui peut être sujet au même questionnement.

        Le « bon sens », si ça peut vous rassurer, ce n’est pas « mon sens ». D’ailleurs, seriez-vous capable de dire ce qu’est « mon sens ? » Je n’en suis pas sûr, car si je m’oppose souvent à certaines opinions, je ne crois pas avoir prononcé beaucoup de jugements quant aux décisions politiques. Je rejette les arguments fallacieux qui tentent de prouver qu’elles sont mauvaises, OK. Cela n’implique pas pour autant que je trouve qu’elles sont bonnes… Je ne me souviens pas avoir lu dans ce blog un commentaire partisan disant « notre gouvernement est le meilleur, toutes les décisions prises ont été les bonnes ». Si tel avait le cas, je vous assure que j’aurais eu la même démarche visant à rejeter les arguments fallacieux accompagnant forcément cette assertion.

        C’est ça qui me dérange le plus : il faudrait nécessairement être « pro » ou « anti ». Et donc, « d’accord » ou « pas d’accord » avec untel ou untel. Bah non, désolé, je ne vois pas la vie comme ça : si on se contente d’être d’accord ou pas d’accord sans même pas accepter le concept d’éventuellement assouplir sa position voire l’inverser, je ne vois pas l’intérêt. User d’arguments individuels face à des arguments collectifs, je ne vois pas l’intérêt.

        J’accepte tout à fait des points de vue différents s’ils sont basés sur une analyse globale et collective. S’ils sont auto-centrés ou transpirant de partisanisme, pardon mais là ça ne m’intéresse pas.

        Bien sûr que les biais cognitifs concernent tout le monde, ceux qui s’opposent aux mesures comme ceux qui en veulent toujours plus. Sauf que ces derniers, je ne les ai pas vu passer par ici…
        Je ne distingue pas ici « ceux qui ont la vérité » et « ceux qui tiennent des propos insensés », je distingue « ceux dont les propos sont systématiquement multi-biaisés » de « ceux qui essaient au mieux d’avoir une position objective, factuelle, scientifique ». Ces derniers aussi sont sujets aux biais, bien sûr. Mais le fait de vouloir adopter une position la plus objective possible s’accompagne de la volonté d’essayer de limiter au mieux leur expression.

        Vous avez tout à fait raison sur : « ce sont des choix politiques/personnels, qui par définition sont des arbitrages que chacun va juger en fonction de son propre système de valeur ».
        J’ai donc le droit, en tant qu’individu libre d’expression et disposant de mon propre système de valeur, de déplorer qu’une opinion basée sur un système de valeur apparemment individualiste me débecte, non ? Ce n’est pas dire « j’ai la vérité, pas vous ». C’est dire « je ne comprends pas que l’intérêt individuel soit autant mis en avant dans le cadre de cette pandémie ».

        • NicoM dit :

          @whynot

          Je ne vais pas revenir sur tous vos propos, je ne vais pas redétailler tous les propos précédemment tenus pour les analyser, je vais répondre à votre dernier paragraphe.

          « J’ai donc le droit, en tant qu’individu libre d’expression et disposant de mon propre système de valeur, de déplorer qu’une opinion basée sur un système de valeur apparemment individualiste me débecte, non ? » Oui, tout à fait, heureusement !

          « Ce n’est pas dire « j’ai la vérité, pas vous » » Bien si, il me semble que c’est un peu ce que vous avez fait en disant des propos de vos contradicteurs qu’ils manquaient de « bon sens » et présentaient des biais. Et ça m’a étonné de vous, j’apprécie votre sens du dialogue et votre compréhension habituellement.

          En résumé, vous avez le droit de dire « je ne suis pas d’accord avec vous, votre individualisme me déplais etc. » pas « vos propos sont biaisés et insensés » ! (Sauf en cas de propos vraiment exagérés et/ou de mauvaise foi, ce qui n’était pas le cas à mon sens).

          De ce que vous dites, vous semblez avoir un tropisme pour le collectivisme et une détestation de l’individualisme, c’est votre droit, je note juste que c’est parce que notre société s’est plutôt construite sur un modèle individualiste que vous avez le droit d’exprimer votre goût du collectivisme, alors que nous vivrions dans une société collectiviste, le concept d’ « individu libre d’expression et disposant de son propre système de valeur » vous serait renié…

          • Whynot dit :

            @NicoM

            Dire de certains propos qu’ils ne sont pas « de bon sens » justement parce qu’ils sont particulièrement biaisés, ce n’est pas porter un jugement sur le fond de ces propos, mais sur leur forme. Souligner des biais, c’est factuel, ce n’est pas un jugement de valeur.
            De plus je ne crois pas avoir dit « vos propos sont biaisés et insensés », je crois m’être arrêté à « vos propos sont biaisés ». Justement parce que derrière « insensé » il y aurait « je détiens la vérité, pas vous », ce dont je n’ai aucunement la prétention…

            Effectivement, j’use de ma liberté individuelle pour exprimer ma préférence pour une réflexion collective, au prix s’il le faut de quelques concessions individuelles. Par ailleurs, je ne suis pas d’accord avec vous : je ne vois pas en quoi une société collectiviste supprimerait toute liberté individuelle, dont la liberté d’expression. Mais cela me fait mieux comprendre certains des points de vue exprimés de ce blog, dont les vôtres : si c’est collectiviste, c’est forcément liberticide. Euh, on a dit « collectiviste » ou « communiste » ? Collectiviste, selon moi, signifie justement « tenir compte d’un maximum de différences individuelles exprimées pour ménager le meilleur compromis collectif » (qui implique d’accepter des concessions individuelles, forcément). Mais ce n’est pas « imposer des mesures collectives au détriment des libertés individuelles ». La frontière est mince, je vous le concède, mais c’est là toute la différence je crois entre un réel totalitarisme (global et total, opprimant et détruisant l’opposition, imposant des décisions collectives faisant fi des libertés individuelles) et un pseudo-totalitarisme (ressenti par certains individus, qui ont tout de même le droit de s’opposer sans crainte, imposant un certain nombre de contraintes à géométrie variable).

            • NicoM dit :

              @whynot

              Concernant votre 2eme paragraphe, les guillemets ne sont pas la pour citer vos propos mais pour donner des exemples de phrases qui me semblent acceptables/non acceptables dans un débat. Le mot « insensé » est une hyperbole du « manque de bon sens ».

              Concernant le collectivisme vs individualisme, il me semble que toute société trouve un équilibre entre ces 2 tendances et aucune n’est parfaitement collectiviste (ce qui aboutirait effectivement à un totalitarisme absolu) ni parfaitement individualiste (ce qui supposerait l’impossibilité d’existence de la société). Chaque société trouve son équilibre propre entre ces 2 extrêmes, ce qui n’empêche pas qu’individuellement on peut souhaiter que la société aille plus vers un côté ou un autre, ce qui transparait ici au sujet des restrictions sanitaires.

  161. Géraud dit :

    @WhyNot,
    Heureux de vous lire à nouveau.
    Ne désespérez pas trop ; il est encore possible de faire la part des choses en lisant ces différents commentaires et de raison garder malgré les biais et parfois les outrances.
    Belle journée à tous.

  162. Louvin dit :

    « Dès lors qu’on n’est pas sûr de l’effet d’une décision politique ou sanitaire, il conviendrait de ne pas la prendre ? Ca va être la fête du slip dans notre pays, sans pilote à bord… »

    Non. Mais il conviendrait de faire preuve de transparence sur les choix politiques et sociétaux faits, éventuellement de la moduler en fonction des populations, de débattre avec ceux qui sont contre sans les essentialiser et le cas échéant de revenir dessus si les contraintes sur la société sont supérieures aux bénéfices. Si vous pensez que tout cela a été fait, ce n’est pas mon cas.

    Par aileurs, si « le paradigme de la pandémie » a changé, alors il est normal que les mesures changent et j’ai un peu de mal à comprendre pourquoi ce serait criticable en soi.

    • Whynot dit :

      @Louvin

      « le cas échéant de revenir dessus si les contraintes sur la société sont supérieures aux bénéfices. Si vous pensez que tout cela a été fait, ce n’est pas mon cas. » -> le pass vaccinal n’a-t-il pas été levé bien avant la date initialement annoncée ? Les mesures ont-elles été les mêmes à chaque vague, ou bien y a-t-il eu un aménagement tenant compte des légitimes critiques et montrant une volonté de ménager la chèvre et le chou sans vraiment avoir une boussole fiable ?
      Bien sûr que de nombreuses choses sont sujettes à critiques. Mais il me paraît peu sensé d’affirmer qu’aucune critique n’a été entendu, qu’aucune transparence n’a été mise en place (combien de bases de données « open source » chez nous ? Le même nombre partout ailleurs ? Pas dit…), qu’il n’y a pas eu de débat.

      Dire aujourd’hui que « le masque ne sert peut-être à rien, la preuve on l’enlève alors que ça repart » quitte à généraliser et se dire qu’on le porte pour rien depuis 2 ans, c’est juste ignorer le changement de paradigme : s’il ne suffit plus contre omicron, il est absolument évident qu’il a grandement limité l’impact des vagues précédentes. Peut-être pas en nombre absolu, mais en terme de dilution dans le temps, et ce paramètre est précieux pour éviter une saturation d’un système hospitalier moribond.

      Quant à la modulation, je vous invite à revenir deux ans en arrière, grosse levée de bouclier quand ça a été tenté (pourquoi moi et pas eux ? pourquoi celui qui habite dans le village voisin est confiné et pas moi ? « on ne s’y retrouve plus, ce n’est pas clair », etc etc). Chaque choix est sujet à critique, si on passe son temps à analyser pourquoi celui qui a été fait est mauvais sans même envisager qu’ils sont peut-être meilleurs que d’autres, ce n’est pas très honnête je trouve.

  163. ffrancis dit :

    @whynot
    Dans la même veine, j’aime bien rappeler les commentaires sur le port du masque.

    Au début, il était limité à certaines zones ou rues. Beaucoup se sont plaints de ne pas s’y retrouver, quand faut il le mettre ? Ne serait il pas mieux qu’il soit obligatoire partout? On passe son temps à l’enlever et à le remettre!

    Bam! Quelques jours après, le masque se retrouve obligatoire partout. J’ai vu les mêmes personnes se plaindre qu’ils devaient le mettre là ou ils étaient seuls!

    Nous sommes des éternels insatisfaits, c’est dans notre nature!

    • NicoM dit :

      @ffrançis

      Êtes vous sûr que se sont les mêmes personnes ou bien vous avez entendu les 2 avis et les avez amalgamés comme venant des mêmes personnes ?

      Je lis souvent ça « les mêmes qui… » alors que rien ne prouve que ce sont les mêmes.

      Ceux qui sont contre une mesure s’expriment toujours davantage que ceux qui sont pour vu qu’ils n’ont pas à défendre leurs avis, vu qu’ils sont suivis. Ça amplifie cette perception « d’éternels insatisfaits »…

      Pour ma part, je n’ai jamais fait de procès en « complexification ». L’épidémie est très mouvante, tant temporellement que géographiquement, et par conséquent je trouve logique que l’on mette ou retire les mesures fréquemment, en fonction de critères objectifs définis et annoncés en amont.

      Pour le masque, utile en intérieur, inutile en extérieur quand le virus circule beaucoup. Et ceux que ça gonfle de l’enlever/remettre, eh bien ils sont libres de le garder tout le temps !

      • Whynot dit :

        @NicoM
        Certains « influenceurs » (très regardés et donc forcément, dont les discours ont été repris par un grand nombre) ont chronologiquement, au sujet du masque, tenu la position suivante :
        1) Fin 2019-début 2020 : mais où sont les masques ???? Que font nos abrutis du gouvernement ? Ils nous mentent à dire que le masque n’est pas utile, c’est pour marquer l’erreur stratégique passée et le fait qu’on en a pas aujourd’hui
        2) Courant 2020 : pourquoi imposer le masque partout alors qu’en beaucoup d’endroits, tout va bien, il n’y a quasiment pas de cas à certains endroits, qu’on laisse donc ces pauvres gens respirer tranquillement
        3) courant 2020 toujours : pourquoi différencier selon la rue ou le lieu pour le port du masque ? C’est incompréhensible, on n’y comprend rien, on ne sait pas s’il faut le porter ou pas et du coup on le porte mal
        4) début 2022 : euh mais en fait, vous avez des études scientifiques qui prouvent que le masque sert à quelque chose ? Parce que désolé mais avec un nombre de cas pareil ça m’étonnerait grandement. Laissez nous respirer, le masque ne sert à rien
        5) après l’annonce pré-14 mars : ah ben vous voyez, je vous l’avais bien dit, si on nous dit de le retirer c’est bien qu’il ne sert à rien !
        6) depuis 3 jours : c’est désormais certain, le masque ne servait bien à rien puisque ça remonte mais qu’on nous dit qu’il faut arrêter de le porter. A moins qu’on nous mente encore, que ce retrait ne soit qu’une stratégie purement électoraliste ? Si c’est ça c’est scandaleux, continuez à porter le masque dans certaines situations, ils nous font faire n’importe quoi

        Ils doivent avoir mal aux épaules, à force de tant de changements… Mais ça n’empêche pas des centaines de milliers, voire des millions de personnes d’adhérer…

        • NicoM dit :

          @whynot

          Ces gens là ont un agenda politique et/ou de déstabilisation, il ne faut pas les écouter (même si vous avez raison, ils influencent et cela pose un grave problème démocratique).

          Mais je ne pense pas que ce type de personnes officient ici.

          • Whynot dit :

            @NicoM

            Bien sûr qu’il ne faudrait pas les écouter, mais ils ont une influence bien plus étendue que leurs « suiveurs » : le discours convaincu de ces derniers « contamine » leur entourage, non suiveur mais potentiellement sensible aux argumentaires déployés.

            Certes, ils n’officient pas directement ici, mais en revanche un certain nombre de leurs éléments de langage (pas spécifiquement concernant le masque, hein) sont repris ici, vous ne pouvez pas le nier.

        • ffrancis dit :

          @whynot
          Il y a toujours eu des girouettes! (rire jaune)

      • ffrancis dit :

        @NicoM
        Malheureusement oui, les mêmes!
        Quant à l’enlever et le remettre en permanence, ne pas oublier de nettoyer les mains parce que même après presque 2 ans de pratique, je mets toujours les doigts là où il ne faut pas!

  164. NicoM dit :

    @nos modélisateurs

    Je reviens au sujet épidémiologique.

    Olivier Véran a déclaré ce matin à la radio : « ça va monter pendant 10-15 jours probablement jusqu’à la fin mars. On risque d’atteindre 120-150 000 contaminations par jour, et ensuite, on s’attend à une décroissance »

    Est-ce que vos modèles vont dans ce sens ?

    Merci pour vos éclairages !

  165. Daniel Le Breton dit :

    @ Nico M

    Je pense qu’il parle en valeur moyenne et ça en prend le chemin. Il faut s’attendre à grimper nettement au dessus en début de semaine. Les entrées en soins intensifs remontent, mais il faut attendre pour voir si ça va suivre le nombre de cas qui repart à fond la caisse avec l’arrêt des masques. Le sujet reste secondaire, on est reparti pour l’argent facile et l’inflation qui ruine les épargnants et les retraités mais sauve les caisses de l’état, jusqu’à ce que les taux remontent. Comme on dit dans la pub: on est mal, on est très mal. Je sais je digresse un peu mais je vois l’avenir en sombre.

    • phil dit :

      je ne vois pas où est le problème avec ce rebond, cela va remonter comme d’hab depuis 2 ans et puis de nouveau redescendre mais encore plus vite que ce que l’on a connu.

      • Whynot dit :

        @phil

        Euh, vraiment, vous ne « voyez pas le problème » ?? Les nouvelles contaminations conduisent déjà à une remontée franche des hospitalisations, et sera suivi d’ici peu d’une remontée des réa et, forcément, des décès.
        Mais effectivement, c’est pas un problème en fait : on s’est habitués depuis 2 ans à ce qu’il y ait des morts du covid, pas la peine d’en faire un flan à chaque vague, hein ?
        On se rappelle aussi que plus un virus circule, plus il a la possibilité de muter et donc de donner naissance à de nouveaux variants ? Avec potentiellement un moins sympa qu’omicron qui émergerait ?
        On se rappelle aussi que depuis 2 ans il n’y a pas eu beaucoup de périodes de répit pour nos soignants, et que ce rebond qui suit de près un pic très haut arrive bien trop tôt pour leur permettre de profiter de la décrue qui était seulement en cours ?

        Non, pas de problème, vraiment, tout va pour le mieux tant qu’on garde ses œillères…

        • phil dit :

          je ne garde pas mes oeillères mais je trouve encore une fois invraissemblable que les chiffres soient similaires à janvier et rien n’indique que le rebond est un véritable impact hospitalier. Pour finir, vous avez raison , cela fait deux ans et bien perso, je regarde devant et contrairement à vous, je pense que dans le fait de vivre, le pathos ne doit pas y prendre toute la place telle et que la vie en soit écrasée alors faites ce qui vous semble juste mais laissez les autres ne pas faire du covid , le sens de leur vie.

          • Whynot dit :

            @phil

            Encore un bel exemple d’individualisme auto-centré, cette intervention…

            Entre « faire le sens de sa vie » et « minimiser voire ignorer l’impact de la maladie sur sa vie » il y a tout un monde, et à titre personnel j’essaie de me placer entre les deux. A la fois vivre, tout en restant prudent (pas tant pour moi mais surtout pour les fragiles qui m’entourent ou ceux en bout de chaîne potentielle de ceux qui m’entourent).
            Comme l’a dit Ga il y a peu, la « vie d’avant », il me semble qu’il faut la mettre aux oubliettes et plutôt réfléchir à construire intelligemment la « vie de maintenant », dans laquelle le covid est toujours de la partie.

            « Rien n’indique que le rebond ait un véritable impact hospitalier » -> euh, des nouvelles admissions en hausse de +10% par jour depuis une semaine, alors qu’il y a une semaine on était encore au début du frémissement du rebond, ce n’est pas un « véritable impact » ? Peut-être que ça n’atteindra pas le pic de fin janvier-début février, mais allez savoir…

            Ce qui est certain c’est que chaque fois que ça repart, ça repart de plus haut. Pour schématiser : moins de temps entre chaque vague = moins de temps pour la décrue = niveau plus haut au départ de la vague suivante = pic plus haut = décrue forcément plus lente. Un bon vieux cercle vicieux, quoi…

          • Whynot dit :

            J’ajouterai que pour quelqu’un qui déclare ne pas vouloir faire du covid le sens de sa vie, votre assiduité sur ce blog est de fait un peu surprenante et contradictoire…

            • phil dit :

              donc à vous lire, on va finir à 100 000 hospitalisés et 14259 patients en réa. De plus, les français ont fait tout ce qu’ils pouvaient faire et on se rend compte que depuis le vaccin, mis à part le confinement total, rien ne stoppera la propagation virale alors comme il est évident que l’idée de vivre avec est largement partagée et bien , même si cela vous dérange , vous allez devoir l’accepter en déposant votre pensée toute puissante et en laissant les autres exprimer la leur ou bien, vous pouvez toujours demander l’ asile « sociale » à la chine qui semble utiliser des méthodes qui pourraient vous satisfaire. Suivre ce site permet aussi de comprendre le coté « schyzophrénique » des français

              • Whynot dit :

                @phil

                C’est fatiguant, votre manie de déformer les propos des autres…

                Non, je n’ai pas dit qu’on allait finir à 100000 hospitalisés, mais ce qui est certain c’est que ça va monter et vu que les doses de vaccins sont vieilles pour les fragiles, il se pourrait bien que la mortalité soit plus importante en proportion dans cette catégorie qu’en janvier.

                Non, ça ne me dérange pas de « vivre avec », je dis simplement qu’entre « vivre avec » et « vivre comme si c’était terminé », ça n’implique pas la même chose à titre individuel.

                Oui, vous pouvez exprimer votre pensée, et je peux exprimer la mienne, cela n’impliquant pas que je cherche à l’imposer comme toute puissante.

                Non, les méthodes de la Chine ne me satisferaient pas : où avez-vous que je réclamais un confinement total, ou même que je le suggérais ? De « il faut maintenir la vigilance et le port du masque dans certains cas », vous extrapolez « il faut reconfiner ». Pardon mais vous nagez dans un délire paranoïaque, là…

                Le côté « schizophrénique » des Français, mort de rire… Dans la bouche de quelqu’un qui dit « laissez moi vivre comme avant » tout en épiant et en insultant ceux qui ont un avis différent, ça laisse rêveur !

          • NicoM dit :

            @phil

            Je suis plutôt d’accord avec vous sur l’approche que l’on doit avoir de cette épidémie, néanmoins il convient de se baser sur de bons chiffres.

            Vous dites « je trouve encore une fois invraisemblable que les chiffres soient similaires à janvier et rien n’indique que le rebond est un véritable impact hospitalier ».

            A la mi janvier on comptait quasi 300 000 cas et 2300 entrées à l’hôpital par jour. A la mi mars on est à 69 000 cas et 1000 entrées jour. Rien à voir donc.

            Et attention dans les comparaisons de dates à dates, les courbes sont toujours décalées selon le cycle quasi systématique suivant : hausse des cas puis hausse des entrées en hospi et réas, puis hausse du nombre d’hospitalisés/réanimés puis hausse des décès, puis pic des cas suivi de baisse des entrées en hospi et réa puis baisse du nombre d’hospitalisés/réanimés puis baisse des décès.

            Ainsi en début de vague on a TOUJOURS une hausse des cas ET une baisse des décès et sitôt le pic passé une baisse des cas ET une hausse des décès.

            Ce à quoi certains donnent des explications fantaisistes telles que « le virus est plus/moins dangereux », « c’est grâce à nos efforts », « c’est à cause du relâchement », etc.

            • phil dit :

              je disais qu’il était invraissemblable d’avoir à moyen terme des chiffres similaires à ceux de janvier car il faudrait que le virus est du grain à moudre (des corps à infecter) et ce n’est plus le cas, les enfants sont peut être ceux chez qui il y a de la marge mais chez les plus vieux, il y a moins de possibles

          • Ruff dit :

            M. « Phil », votre égoïsme est tout bonnement stupéfiant. Il y a des tas de gens, asthmatiques, immuno-déprimés ou en mauvaise santé qui aimeraient « regarder devant » comme vous dites.
            Malheureusement votre manque de civisme est partagé par beaucoup, vous reflétez en tous cas l’opinion commune telle que se la représente le pouvoir en place et la plupart des candidats.

    • NicoM dit :

      @Daniel,

      Ola, ça n’a pas l’air d’aller fort dites donc. Je sens que vous n’avez plus la flamme pour calculer les dérivées, je me trompe ?

      Tant qu’on a la santé et pas de bombes sur la tête, le reste n’est que de l’argent, n’est-ce pas finalement secondaire ?

      Gardez courage !

      • Daniel Le Breton dit :

        @ Nico M

        Le nombre de cas contact explose en entreprise, il est possible que le dérapage soit violent mais je ne peux pas encore le savoir faute de données. En ce qui concerne l’hôpital, ça remonte désormais mais là encore, compte tenu du décalage, je ne sais pas ce que ça va donner dans quinze jours avec le redécollage actuel.

        Comme on dit, un homme averti en vaux deux, donc c’est le moment de gérer la situation en responsabilité puisque la fée gouvernement a changé son fusil d’épaule. Je vous laisse imaginer ce qui pourrait se passer en cas de dérapage hospitalier en pleine période de vote.

        • jean-dominique dit :

          En région parisienne, dans un milieu professionnel avec beaucoup de contacts : forte poussée durant les deux dernières semaines d’origine essentiellement scolaire ; semblant de baisse cette semaine. Valeur prédictive limitée bien sûr, mais irait dans le sens d’un pic fin mars en population générale.

        • Ruff dit :

          Si on examine les choses par département, j’ai l’impression que ceux qui ont été les plus touchés par la précédente vague « omicron » le sont moins maintenant (Seine-Saint-Denis). ça laisse un peu d’espoir pour un nouveau pic moins haut.
          Je lis avec intérêt vos analyses. Juste dommage qu’aucun contributeur ne se soit lancé dans une approche un peu territorialisée des choses.

  166. Cromorne dit :

    Commentaire subjectif.

    Le nombre de cas dans les écoles de mes alentours remonte fortement. Les laboratoires d’analyse d’ici croulent à nouveau sous les demandes de test.

    .

  167. Cromorne dit :

    @ Louvin 16 mars 2022 à 14 h 32 min et rattachés

    « Non. Mais il conviendrait de faire preuve de transparence sur les choix politiques et sociétaux faits, éventuellement de la moduler en fonction des populations, de débattre avec ceux qui sont contre sans les essentialiser et le cas échéant de revenir dessus si les contraintes sur la société sont supérieures aux bénéfices. Si vous pensez que tout cela a été fait, ce n’est pas mon cas. »

    Non seulement tout n’a pas été fait, mais en plus des mesures ont été prises pour aller à l’encontre de la transparence. On a dévoyé un outil, le conseil de défense, afin de dissimuler les décisions prises pour cette pandémie. En n’ayant pas accès à ces informations, nous, collectivement, manquons une occasion d’évaluer les ressorts des décisions prises, et de tenter de nous améliorer.

    Pourquoi avoir agi et décidé dans le secret ? Quelles sont les raisons que nous ne serions pas capables d’entendre ?

  168. Whynot dit :

    @Cromorne

    « Le nombre de cas dans les écoles de mes alentours remonte fortement. Les laboratoires d’analyse d’ici croulent à nouveau sous les demandes de test. » -> cela ne me paraît pas si subjectif puisque en phase avec des données très objectives. Tous les indicateurs de circulation virale repartent au rouge (ie en augmentation) : nombre de tests, positivité, nombre de cas positifs journalier, Reff, hospitalisations.
    Il me semble que la question n’est plus « y a-t-il un rebond ? » mais « jusqu’où et avec quel impact sur l’hôpital et les décès ? ». En espérant que la réponse soit « le moins possible », sans quoi d’autres questions du style « faut-il rétropédaler sur la levée ? » seront inévitablement soulevées, dans des contextes électoraux, sociétaux et mondiaux très singuliers…

    Pour le reste de ce que vous dites, je ne vous donne pas totalement tort, mais il y a des points sur lesquels je ne suis pas d’accord. Mais c’est politique et sociétal, alors je ne développe pas : j’étais parti pour ne plus parler de ces sujets qui se terminent inévitablement en confrontations d’opinion ne pouvant être conciliées. Si je reviens, c’est seulement pour parler d’autres sur lesquels l’objectivité peut être mobilisée et parvenir à des éléments de réponse faisant consensus.

    • NicoM dit :

      @whynot

      « jusqu’où et avec quel impact sur l’hôpital et les décès ? » C’est un peu la question que je posais hier soir à nos modélisateurs, mais apparemment ils sont moins dans le calcul au jour le jour de l’épidémie…

      ps : ce n’est aucunement une critique, vous êtes bénévoles et avez tout à fait le droit de ne plus passer vos journées à modéliser l’épidémie et d’avoir envie de passer à autre chose.

      « « faut-il rétropédaler sur la levée ? » seront inévitablement soulevées, dans des contextes électoraux, sociétaux et mondiaux très singuliers… »

      Au début de la guerre, je me demandais quel impact cela allait avoir sur l’articulation pression médiatique / décisions politiques. La réponse commence à apparaître : les médias ne parlent plus du covid tandis que le gouvernement lève les mesures alors que ça repart.

      La conclusion que je commence à en tirer, mais qui demande confirmation, est que le pouvoir politique est à la solde du « pouvoir » médiatique. Ce sont les médias qui créent les sujets de société auquel le gouvernement en place n’a pas d’autre choix que d’y répondre…

      Si cette hypothèse se confirme, si les médias se remettent à parler de la hausse des hospitalisations, le gouvernement reprendra des mesures (dont je ne suis pas certain de l’efficacité réelle, mais c’est un autre sujet). Mais si les médias n’en parlent pas, le gouvernement ne fera rien.

      A suivre…

      • Whynot dit :

        @NicoM

        Qu’il y ait une influence entre sphère médiatique et politique, certes.
        Toutefois, je ne crois pas à un lien si direct : que la remontée des hospitalisations refasse bientôt la « une » ou non (je parie que ce sera le cas, principalement pour critiquer l’action gouvernementale) , on en entend déjà les préoccupations dans la sphère politique.

        Ce sera le degré de sévérité de cette hausse, et non le degré de traitement par les médias de cette hausse, qui provoqueront ou non la « réponse » : si on en parle dans les médias, oui ils sont obligés d’y répondre. Si on en parle peu dans les médias, ils répondront tout de même, j’en suis certain. En tout cas je l’espère, sinon ce serait quelque part un signe très préoccupant de l’état de notre démocratie…

        • NicoM dit :

          A suivre whynot, à suivre…

          Ce sujet m’intéresse beaucoup depuis le début, et la période actuelle est très instructive à ce sujet.

          On en saura plus à l’automne prochain : évolution de l’épidémie, de la guerre, des sujets médiatiques, élections terminées, abrogation ou non de la loi sur les pass, etc.

          Remarquez que si mon hypothèse se confirme, ça prouvera que je me serais trompé sur un point : le gouvernement n’a pas un plan maléfique en tête de nous fliquer via ces pass (vu qu’il se laisserait porter par le sens du vent…). C’est déjà ça…

          ps : quand on voit que certains pays Européens sont dépendants à 100% du gaz Russe, on se pose réellement la question de « existe-t-il une réflexion à minima stratégique chez nos dirigeants ? ». J’ai été acheteur dans ma carrière, je peux vous assurer que dépendre d’un unique fournisseur est ce qu’on évite de faire à tous prix !

  169. Un sourire donné dit :

    Bonjour à tous et … merci !
    Merci aux créateurs du site, que je suis depuis sa création,
    Merci aux modélisateurs,
    Merci aux participants de ce blog,
    Vous lire tous m’éclaire sur pas mal de points, et, parfois, je l’avoue, certains échanges ou réflexions me font même fait rire ;0P
    Certains ont même la plume bien tournée !
    Alors, voilà, je voulais vous en faire part à tous au cas où j’oublierais de le faire.
    Bonne journée à vous

    • Ga dit :

      @Cromorne
      Info :
      Je pense que les demandes de tests explosent aussi parce que désormais tout test antigénique positif doit être suivi d’une PCR Covid (recos du ministère de la santé du début de la semaine) et un criblage sur ces PCR devra être fait de façon aléatoire sur au moins 50% des prélèvements positifs afin de surveiller les proportions des différents variants …et traquer Deltacron.

    • Philippe Brouard dit :

      Un sourire bien reçu ! Merci 🙂

  170. Bab dit :

    Bonsoir.

    A l attention des 3 modelisateurs, pour quand votre prochain article ?

    En chine omicron (ou consort) a bien dynamité la politique du zéro covid. Situation délicate pour Xi comme le souligne un article du canard enchaine. Xi qui a réitèré aujourd’hui sa demande de zéro covid. A voir si les chinois parviendront a atteindre cet objectif. D autant plus que la très grande majorité de la population chinoise n a jamais encore croisé le virus.

    Quand, a en France, et bien hélas c était bien le creux de vague que j avais subodoré il y a une paire de semaine. Pourvu que la remontée ne ressemble pas à la dernière… Surtout qu il semble que l echappement vaccinale s accentue. Reste a espérer que cela ne soit pas trop le cas pour l évitement des cas graves necessitant hospitalisation.

    Remarque / question : du fait que les plus faibles, depuis deux ans, ont déjà été les victimes du covid, est ce que cela n aurait pas un impact sur la diminution de la mortalité. Bref, il reste les plus forts survivants ayant déjà rencontré le virus, et ceux qui n ont pas encore rencontré le virus qui ont encore le bapteme du feu a affronter. Et ces derniers sont moins nombreux au fil du temps.

    • Philippe Brouard dit :

      Bonjour @Bab

      JCD Daniel et moi travaillons à l’actualisation de nos calculs. Prochain article prévu dans quelques jours.

      Pour ma part, je vois bien que la situation au réel est sorti des limites que j’avais imaginées : descente vraiment moins rapide (on serait même pas très loin d’atteindre le plancher), nombre de décès sensiblement plus importants que prévu, surtout au niveau des Ehpad. Je reste encore assez étonné de la capacité de ce virus à continuer à faucher des vies à ce rythme. J’ai bien lu des avis qui relativisent en disant qu’il s’agit en partie de vies écourtées. M’enfin, c’est de la peine quand même.

      • Whynot dit :

        @Philippe

        Quand vous dites « en partie », vous dites tout : OK on peut peut-être relativiser pour une part des décès (même si bon, allez faire relativiser aux familles concernées en leur disant que de toutes façons au mieux il restait un an à vivre au proche qu’ils ont perdu, donc que c’est pas bien grave finalement), pour le reste allez savoir combien d’années de vie en relative bonne santé ont été perdues. Même si ce n’est qu’une seule, peut-on vraiment être cynique au point de se dire que c’est l’ordre naturel des choses ? Perso j’ai un peu de mal, et pourtant je n’ai perdu personne de très proche à cause de ce virus…

        Cette théorie des « forts qui survivent » et des « faibles qui meurent » me dérange profondément : n’y a-t-il pas eu aussi des décès chez les « forts » ? N’y a-t-il pas eu des « faibles » qui n’ont pas été emportés ? Encore une fois on tire un constat généraliste, qui concerne peut-être une majorité, mais qui ne concerne pas une minorité sans doute loin d’être négligeable…

        Personnellement je crains que ce rebond soit plus morbide qu’espéré : les 3e doses sont anciennes, et avec la levée du pass vaccinal qui s’intéresse aujourd’hui à la 4e dose ?

        Je vous vois venir, tous : non, je ne dis pas que le pass était une bonne chose. Non, je ne dis pas qu’il faudrait le restaurer ou qu’il n’aurait pas fallu le lever. Je relève juste le fait que la seule et unique motivation qui s’ajoutait au réflexe d’auto-défense pour aller se faire vacciner ayant disparu, ça patine sévère. Et que pour les 65+, ça augmente le risque de casse.

        • NicoM dit :

          @whynot

          Refaites confiance en la sagesse des personnes âgées et/ou atteints de comorbidités qui sauront prendre les bonnes décisions pour leur santé dans le cadre d’un échange avec leurs médecins.

          Bien sur qu’il y aura toujours des inconscients qui ne prendront pas la bonne décision pour eux même, mais le fait qu’il n’y ai plus de coercition conduira à ce que cette part diminuera petit à petit car le phénomène de réactance s’estompera.

          C’est sûr qu’on n’atteindra plus des taux de couverture vaccinale considérables, mais ce sera parce que ceux qui s’estiment non fragiles se feront moins vacciner, et donc ça n’aura qu’un impact négligeable sur les hôpitaux.

          Pour info, Marco Cavaleri, chef de la stratégie vaccinale de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a déclaré ceci : «Je tiens à réitérer qu’il n’y a pas encore suffisamment de preuves (…) pour étayer la recommandation d’une deuxième dose de rappel au sein de l’ensemble de la population».

          Et je repense, les labos ne devaient pas sortir la version omicron des vaccins en mars/avril ? Nous y sommes et rien n’est sorti… Je constate qu’à chaque fois les labos nous font miroiter que leurs vaccins peuvent être adaptés en 2 mois aux nouveaux variants, mais que les vaccins sont encore basés sur la souche de Wuhan…

          Enfin, – !!!!! Info exclusive issue de mon tableau de suivi !!!!! – je constate que les entrées en réanimation se sont remise à rebaisser après un très léger rebond, alors que les cas continuent de monter (MM 7J). C’est un très très bon signe pour les malades et les hôpitaux !

          • Whynot dit :

            @NicoM

            Un « impact négligeable », espérons-le.

            Concernant les vaccins mis à jour, les études cliniques sont en cours et (des liens avaient été fournis en fin des commentaires du précédent article) ne montrent pas une supériorité nette vs la version initiale.

            Bien sûr que la recommandation d’un 2e rappel n’est pas nécessairement applicable à la population générale, mais pour les immunodéprimés, les comorbides et les âgés, c’est presque une évidence.

            Quant à la baisse des réas, on va attendre encore un peu de voir, car je pense que c’était encore trop tôt pour voir les « réas du rebond »

            • NicoM dit :

              @whynot

              Le rebond des réas a déjà eu lieu, mais il retombe comme un soufflet depuis 3 jours alors qu’on aurait pu s’attendre a ce qu’il s’accélère à la suite des cas. Peut-être était-ce un « faux rebond » le vrai aura lieu plus tard ?

              Je vous donne le nombre d’entrées quotidien en moyenne 7 jours, de ces 15 derniers jours : 123,7 / 122,7 / 121,7 / 117,3 / 115,9 / 102,6 / 97,9 / 100,9 / 103,0 / 103,3 / 103,1 / 98,1 / 100,4 / 97,1 / 94,1.

              • Whynot dit :

                On amorce tout juste la pleine remontée des cas, cela me paraîtrait surprenant qu’on ait déjà passé le pic du rebond en réa. A suivre…

              • NicoM dit :

                @whynot

                Je regarde depuis longtemps ce que j’appelle le « décalage des vagues ».

                Le rebond des « entrées en réas » a eu lieu 4 jours après le rebond des cas pour la seconde vague, 14 jours après la 3eme et 12 jours après la 4eme.

                Je croyais que le point bas des entrées en réas avaient eu lieu le 9 mars (le chiffre à 97,9) soit 5 jours après le point bas des cas. Rapide mais pas exceptionnel, 1 jour de plus que lors de la 2eme vague.

                Et la c’est redescendu à 94,1 après être remonté à 103,3.

                Donc soit je me suis trompé sur la date du rebond et le vrai rebond arrivera prochainement, soit c’est un indice du fait qu’il n’y aura pas de véritable rebond en réa.

                Notons que les entrées en hospitalisations ont rebondi à la même date que les entrées en réa (le 9 mars) mais elles continuent de monter régulièrement depuis (940,0 / 952,1 / 964,6 / 969,6 / 973,7 / 980,0 / 1014,4 / 1038,1 / 1044,1) contrairement aux réas.

                Réponse prochainement !

      • Bab dit :

        Merci pour votre retour.

        Ma remarque / question n est pas sur l aspect « écourter la vie » car in fine nous mourrons tous. Les « forts » il y en a des jeunes et des vieux, et ce n est pas marqué sur le front de chacun (sinon ca serait trop simple) Et la chronologie de la vie etant ce qu elle est, il s avere que la faiblesse vient généralement en vieillissant. Non c’est plus dans le fait qu apres 2 ans d hécatombe, il reste de moins en moins de « faibles » qui n ont pas croisé le virus et cela a sans doute un effet sur le nombre de mort. La question pourrait être de se dire que le variant actuel est peut-être plus mortel que ce que l on pourrait croire. Il faudrait avoir le taux de mortalité de ceux qui ont eu le variant initial et qui ont été recontaminés. Je ne sais pas si ces chiffres existent.

        • Bab dit :

          Mouep pas clair la fin de mon blabla.

          C’est, aurait on des chiffres sur la mortalité de ceux qui ont resisté a une première infection d un primo variant (wuhan, alpha,…) et qui ensuite ont succombé a une infection d un autre variant, par exemple de l omicron ou même delta ?

          • ffrancis dit :

            Pas trouvé de données pour le moment. La seule chose que j’aie c’est un témoignage d’un couple de personnes de 45ans sans comorbidités qui trouvent qu’ils ont plus dégusté la seconde fois (depuis ils sont vaccinés)

  171. smurf dit :

    3ième jour de suite à plus de 100 000 cas. On verra ce que donneront les données moyennées sur une semaine.

    Mais, cela monte vite. Si on dépasse les 100 000 en moyenne, on sera dans les scenarios les plus pessimistes de Pasteur (au moins 100 % d’augmentation des taux de transmission par rapport à janvier-février).

    Et, franchement, de ce que je vois autour de moi, cela ne m’étonne pas. Le relâchement est vraiment très important (ce n’est pas un jugement de valeur) : plus de masque à l’école, très peu de masques au travail en espace confiné ou dans les magasins et multiplication des événements regroupant beaucoup de personnes!

    On verra ce que cela donne sur les hospitalisations et les décès mais je ne vois pas comment ils ne pourraient pas augmenter bientôt.
    Il faut voir aussi la largeur du pic. Est-ce qu’on va arriver très vite au pic et redescendre très vite. Cela serait l’effet de l’immunité vaccinale et par infection. Donc il faut espérer qu’elle dure assez longtemps…

  172. smurf dit :

    Sinon, une remarque plus générale sur les débats « politiques ».

    Les débats sont souvent passionnés sur ce blog (même si je trouve que le débat reste en général courtois et intéressant même quand les positions sont irréconciliables). Les débats sont passionnés dans la société en général.

    Il faut voir que, si les débats sont aussi intenses, c’est que le covid a eu un effet profond sur la vie de tous, par la maladie pour ceux qui l’ont eu et pour certains malheureusement les hospitalisations et les morts, par les choix qu’il nous a obligé à faire (mettre un masque ou pas quand ce n’était pas obligatoire, aller voir papy mamie ou pas…) et, bien sûr, par les très nombreuses restrictions (les confinements, les couvre-feu, les masques, les pass, les fermetures-réouvertures diverses et variées…).

    Bref, j’ai l’impression que c’est la première fois dans ma vie qu’un événement a un tel impact sur tout le monde. Et, pour la première fois, les décisions politiques ont un effet immédiat sur la vie de quasi tous les Français (et dans les autres pays aussi).
    Ce n’est pas la même chose que de commenter une décision politique sans être concerné et de commenter une décision qui a un effet immédiat (et pas forcément toujours très agréable) sur notre vie de tous les jours.
    D’où je pense la passion des débats…

    • Whynot dit :

      @smurf

      « Bref, j’ai l’impression que c’est la première fois dans ma vie qu’un événement a un tel impact sur tout le monde. » -> c’est effectivement un résumé dans lequel nombre d’entre nous en France, et même au niveau mondial, peuvent sans doute se retrouver…
      Et en plus, ça s’enchaîne en plus sur autre chose dans le même style… Mais ça, ça n’a pas influé sur les débats acharnés qui agitent ce blog depuis bien longtemps 😉

  173. smurf dit :

    Concernant la 4ième dose, je connais un certain nombre de personnes qui l’attendent avec impatience. Ce sont des personnes âgées ou avec facteur de risque important.
    Mon entourage n’est pas forcément représentatif.

    Mais je pense que, même sans coercition, il y aura quand même de nombreuses 4ièmes doses parmi les populations pour lesquelles c’est utile… surtout si les vagues s’enchainent aussi rapidement.