Le COVID19 a-t-il vraiment engendré une surmortalité en mars 2020 ?

C’est la question que je me suis posée. Quel est l’impact réel du Coronavirus sur les décès en France le mois dernier ? L’INSEE vient, aujourd’hui, de publier les données de mortalité (toutes causes confondues) pour le mois de mars 2020, ainsi que mars 2018 et mars 2019. Comparons.

Début mars : une sous mortalité

Le mois de mars a commencé avec une sous-mortalité comprise entre -3% et -4% sur la première quinzaine de mars. C’est-à-dire que moins de personnes ont perdu la vie entre le 1er et 15 mars 2020 qu’à la même période un an ou deux ans plus tôt.

Plusieurs hypothèses sont permises. D’abord, l’épidémie de Coronavirus n’a pas engendré beaucoup de décès sur la première quinzaine de mars. De plus, le confinement (même si pas encore annoncé, il était très présent dans nos esprits) a probablement modifié nos comportements. On peut imaginer une baisse des décès liés aux activités humaines (accidents de travail, accidents de la route…), celles-ci étant ralenties.

Fin mars : vers une sur-mortalité

Malheureusement la situation a évolué. La sous-mortalité s’est constamment réduite sur les quinze premiers jours de mars, jusqu’à atteindre un point de bascule le 20 mars 2020. Sur la dernière semaine de mars on observe une sur-mortalité quotidienne de l’ordre de +2% à +3%, on a donc observé un plus grand nombre de décès cette année par rapport aux deux années précédentes.

Notre hypothèse précédente semble se confirmer. Les départements touchés par le Covid (un large quart nord-est du pays) constatent une sur-mortalité, alors qu’on observe une sous-mortalité dans les autres départements (principalement le sud) qui sont confinés, mais pas touchés. La réduction de l’activité humaine semble bien sauver des vies…

Et sur le mois de mars ?

Sur le mois de mars, la mortalité en 2020 a baissé de 0,002% par rapport à la moyenne des deux années précédentes, autant dire qu’elle est restée stable. En revanche, vu l’évolution, elle risque d’être plus élevée le mois prochain…

Évolution de la mortalité en 2020 par rapport aux deux années précédentes.
Lecture : le 15 mars, le nombre de personne ayant trouvé la mort en 2020 est 1% plus faible que les deux années précédentes.

Pour plus d’informations sur l’évolution du virus en France, je vous recommande de consulter le dashboard CovidTracker :

Source des données : INSEE.

  1. cyril dit :

    Bonjour,

    La mesure de mortalité sur le seul mois de mars est-elle pertinente, sachant que les “saisons” de grippe (ou de surmortalité en général), peuvent se dérouler sur des périodes différentes. N’auriez-vous pas une analyse sur l’hiver-printemps jusqu’à ce jour? ou depuis le 1er janvier 2020 à minima?

    Ma question : ceux qui meurt en mars, ne sont-ils pas ceux qui ont oublié de mourir en janvier et février?

    • Guillaume Rozier dit :

      Bonjour,
      Le mois de mars est habituellement un des mois où la grippe se propage le plus, en 2018 elle avait justement été particulièrement coriace sur cette période. Cependant il serait en effet pertinent de faire la même étude sur les mois précédents. A ce jour ne j’ai pas encore trouvé de jeu de donnée officiel couvrant cette période.

      https://www.insee.fr/fr/information/4470857

    • Olivier dit :

      Ou ceux qui meurent en mars ne seront il pas ceux qui ne mourront pas en avril et plus tard.Il sera intéressant de voir les chiffres sur l’année.

  2. […] Si ce n’est pas déjà fait, je vous conseille de lire : Le COVID-19 a-t-il vraiment engendré une surmortalité en mars 2020 ? […]

  3. PHILIPPE LEROY dit :

    Bonjour,

    Votre travail est très intéressant, il permet d’avoir une vision claire et un comparatif objectif avec les années précédentes.
    Pensez-vous faire ce même travail pour le mois d’avril.

    Merci pour ce travail

  4. Daniel dit :

    Je découvre l’ensemble de l’application et suis très intéressé par cette présentation qui me paraît assez analytique et détachée des présentations plus mediatico-politiques.

  5. thierry dit :

    Bonjour,
    Vos chiffres sont basées que les remontées de décès à l’INSEE. Hors ceux-ci peuvent mettre plusieurs semaines à mois à remonter. Du moins, avant le Covid, depuis la technique de collecte a peut-être été modifié. Il me semble donc un peu rapide de dire qu’il y a eu sous mortalité dans les premiers mois de 2020. Il faudra probablement attendre quelques mois pour y voir plus claire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *