Bilan de la projection épidémiologique effectuée pour le 22 juin

Retour sur l’article du 10 juin où nous avons proposé une estimation de l’évolution du covid-19 France à 12 jours, donc pour le 22 juin. Les données pour la situation dans les EHPAD et EMS sont actualisées chaque mardi désormais, par conséquent le bilan de la prévision va aussi s’appuyer sur les chiffres communiqués par Santé publique France mardi 23 juin.

Situation dans les hôpitaux

Les courbes de la situation hospitalière ont été actualisées sur le graphique de la prévision du 10 juin, sans changer le réglage du simulateur.

Projection CovidTracker effectuée le 10 juin et données Santé publique France le 23 juin

On remarque cette fois-ci que la prévision est moins fidèle que lors de la précédente simulation fin mai. L’augmentation du nombre total de tests positifs PCR a été sous-évaluée. Plus précisément, l’hypothèse de poursuivre les calculs après le 10 juin avec Reffectif à 0,81 s’est révélée en dessous de la réalité. C’est une illustration de la difficulté d’estimer cette valeur de R, comme indiqué dans notre article dédié : l’exercice complexe du calcul de R0, l’approche gouvernementale. Le bilan hebdomadaire publié par Santé publique France le 18 juin donne accès à une nouvelle actualisation de R.

Extrait du bilan hebdomadaire covid-19 Santé publique France, 18 juin 2020, page 13

Avec Reffectif estimé à 0,93 au niveau national, aurait-ce été suffisant pour faire coïncider la prévision et le réel ? Ça n’est pas sûr, car l’évolution de cette courbe jaune dans notre modèle ressemble fortement à une droite. Dans ce cas Reffectif serait très proche de 1. La régression de l’épidémie en France est faible, trop faible.

C’est une des analyses à tirer de la projection à 12 jours. On y voit que l’évolution du nombre d’hospitalisations au 22 juin “marque le pas” : c’est moins bon que prévu. La courbe orange a ralenti sa descente et semble rejoindre un palier plutôt que la valeur 0. C’est un deuxième signe pour indiquer une épidémie qui stagne plutôt que de régresser. Le nombre de sorties de l’hôpital est par ailleurs moins fort que prévu, ce qui explique en partie qu’il reste plus d’hospitalisations à gérer.

Les chiffres en détail dans les hôpitaux

Pour rappel, nous avions prévu au 22 juin :

  • Nombre de patients en hospitalisation : 8150 (environ -3500)
  • Nombre de patients en service de réanimation : 580 (environ -350)
  • Nombre de décès à l’hôpital : 19350 (environ +400)
  • Nombre de retours à domicile : 76400 (environ +4600)

Les chiffres de Santé publique France au 22 juin sont :

  • Nombre de patients en hospitalisation : 9693 (-1985)
  • Nombre de patients en service de réanimation : 701 (-232)
  • Nombre de décès à l’hôpital : 19206 (+271)
  • Nombre de retours à domicile : 74612 (+2780)

Il faut malgré tout remarquer que le nombre de décès est moins élevé que prévu, c’est appréciable.

Situation dans les EHPAD et EMS

Nous continuons d’analyser l’hypothèse d’une dynamique similaire des courbes des personnes faiblement symptomatiques guérissant simplement à domicile et celle des personnes diagnostiquées positives aux tests PCR en EHPAD et EMS. Les données de Santé publique France ont été reportées sur le graphique du 10 juin, sans modifier le réglage du simulateur.

Projection CovidTracker effectuée le 10 juin et données Santé publique France au 23 juin

La faible évolution des contaminations en EHPAD et EMS reste d’actualité. L’épidémie covid-19 n’est cependant pas totalement stabilisée dans ces établissements comme nous l’avions pensé à un moment.

En détail dans les EHPAD et EMS

Pour rappel, nous avions prévu au 22 juin :

  • Nombre de décès en EHPAD et EMS : 10770 (environ +350)

Le chiffre de Santé publique France au 23 juin est :

  • Nombre de décès en EHPAD et EMS : 10488 (+104)

Le nombre réel est moins fort, c’est également appréciable.

Conclusion de l’analyse des écarts

Malgré une situation meilleure que prévu au niveau du nombre de décès, les autres courbes montrent des écarts pouvant signifier “un ralentissement de la baisse” épidémiologique, autrement dit, une perspective plus lointaine de la fin de l’épisode covid-19 en France. Le virus continue à circuler à un niveau non négligeable. Il convient donc de rester très prudent, d’autant plus que des pays proches montrent même des signes de reprise épidémiologique avec des mesures de reconfinement partiels (Allemagne, Portugal).

Nous proposerons bientôt une nouvelle projection à l’aide du simulateur.

Philippe Brouard

Ingénieur en informatique à l’Université de Lorraine

  1. Fabien Méry dit :

    Bonjour,
    Je pense qu’il faut faire attention à l’interprétation …. on est revenu en dessous d’avant confinement avec une tendance toujours à la baisse… on arrive à une situation où les statistiques n’ont plus beaucoup de sens car il n’y a plus assez de cas … aussi tout devient sensible au moindre cluster … cela a été le cas en occitanie où la découverte de 2 clusters dans une région très peu impacte a fait flambé le R0… le R0 est une donnée statistique donc je. E suis pas sûr qu’il ait toujours du sens … bref tout ça pour dire que le suivi actuellement va impliquer des variations sensibles parce que c’est bas et qu’on ne peut pas dégager une vraie tendance… il faut peut être élargir les moyennes glissantes pour avoir une tendance réaliste …

    • Philippe Brouard dit :

      Bonjour et merci pour votre commentaire. En effet le travail sur R est délicat et sujet à des possibles erreurs d’interprétation. La courbe présente des “cassures” car à certains moments les conditions changent sur la façon de recueillir les tests. Plus il y a de tests et plus il y a des chances de trouver des personnes positives. Ce n’est pas alors systématiquement un signe de reprise de l’épidémie. Il faut donc regarder l’évolution sur plusieurs jours comme vous le suggérez. C’est ce que nous tentons de faire ici même. Cordialement

  2. […] bilan de la précédente simulation au 22 juin a permis de retravailler sur les réglages. Il apparait que la valeur de Reffectif se rapproche de […]

  3. Christiane Fantauzzo dit :

    Bonjour,
    Merci pour ce travail très intéressant. Je me demande si cela a un sens d’ajouter les départements d’outre-mer pour calculer le R0.
    Il faudrait il me semble en calculer un pour la Guyane et Mayotte et un pour la France métropolitaine. Car une augmentation du R0 risque d’être minimisée pour la Guyane et maximisée pour la métropole.

    • Philippe Brouard dit :

      Bonjour et merci pour votre commentaire. Vous avez raison sur l’idée qu’il serait intéressant d’analyser les indicateurs plus précisément par départements. C’est en partie ce qui est fait sur le tableau de bord France : https://covidtracker.fr/covidtracker-france/ voir les courbes des tests virologiques. Au niveau du simulateur, nous ne pouvons pas faire un réglage plus fin par départements ou par régions, par manque de temps et d’analystes. Notre contribution à l’analyse du covid-19 en France est réalisée sur du temps libre. D’un autre côté, le fait de travailler à l’échelle de la France entière permet d’avoir un échantillon suffisamment gros pour lisser des particularités locales. Tout ceci reste expérimental. Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *