Endiguer une seconde vague reste possible

Contexte défavorable à l’approche de la rentrée

Les signaux potentiellement inquiétants se multiplient ces jours-ci, du côté du Gouvernement, des experts, des commentateurs médiatiques. Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, invité à réagir sur France Inter le vendredi 14 août résume d’entrée la situation :

Les indicateurs sont mauvais, vous l’avez rappelé. Les signaux sont très préoccupants et la situation se dégrade semaine après semaine. Mais, il n’y a pas de fatalité. Le sort de l’épidémie est entre nos mains, parce que nous avons aujourd’hui les outils de la prévention. Les Français les connaissent : c’est le lavage des mains, c’est la distance minimale d’un mètre, c’est le port du masque…

Jérôme Salomon, le 14 août 2020

Parce que nous n’avons rien de nouveau en matière de protection contre le coronavirus, le rappel de ces consignes essentielles fait écho avec la décision gouvernementale récente d’imposer le port du masque dans les entreprises à partir du 1er septembre. Faut-il s’attendre à des mesures plus contraignantes dans les semaines à venir ? C’est ce que nous allons essayer d’entrevoir avec une actualisation des données du simulateur CovidTracker.

Zoom sur quelques indicateurs épidémiologiques de Santé publique France

Nous faisons régulièrement référence au bulletin hebdomadaire de Santé publique France. C’est une mine d’informations très détaillée sur l’évolution de l’épidémie. Le bulletin du jeudi 13 août confirme la tendance à l’aggravation de l’épidémie. Pour le réglage du simulateur CovidTracker, nous veillons à être cohérent avec des indicateurs importants.

Progression du nombre de personnes symptomatiques et asymptomatiques détectées positives au test PCR

Même si la capacité à renforcer les tests évolue encore un peu, la progression du nombre de personnes confirmées positives au SARS-CoV-2 est significative. La proportion de personnes asymptomatiques positives semble se stabiliser : c’est un peu plus de la moitié des personnes détectées.

Évolution du nombre de cas confirmés positifs, Santé publique France, bulletin du 13 août, page 6

Nous tenons compte de ce ratio asymptomatiques/symptomatiques dans le réglage du simulateur. La frontière entre les deux catégories de personnes est assez floue. En ce qui concerne les calculs sur CovidTracker ce ratio est environ égal à 65/35 pour la période en cours.

Nombre de reproduction stable à un niveau trop élevé

Depuis la dernière simulation effectuée, le nombre de reproduction Reffectif est resté relativement stable. Il se situe environ à 1,33 entre le 2 et le 8 août.

Évaluation de Reffectif, Santé publique France, bulletin du 13 aout, page 19

Sur le tableau de bord France CovidTracker, l’estimation de Reffectif calculé à partir des données des tests positifs PCR est en cohérence avec la valeur communiquée par Santé publique France. Pour le réglage du simulateur, nous prenons en compte cet indicateur. Dans notre article sur l’estimation de l’ampleur du rebond épidémiologique, nous avons indiqué que cette valeur semble trop élevée pour garantir une situation sous contrôle. Tant que l’épidémie s’aggrave, l’ampleur de la seconde vague n’est pas maîtrisable à long terme. Quel serait alors une estimation de la valeur de Reffectif compatible avec un contrôle de l’épidémie ?

Actualisation de la projection épidémiologique avec scénario de contrôle

Faire descendre R, “par la porte ou par la fenêtre”

Toutes les bonnes mesures qui pourront être prises et massivement appliquées auront pour conséquence de faire baisser le nombre de reproduction Reffectif. Pour rappel sur ce que signifie ce nombre, voir notre article détaillé sur la complexité de l’évaluation de R0. Que ce soit par des traitements médicamenteux, un vaccin, ou les gestes barrières, au final la fin de l’épidémie sera illustrée par Reffectif définitivement en dessous de la valeur 1.

Sans préjuger de quelles sont et quelles seront ces bonnes mesures, nous pouvons imaginer un scénario où l’on constate la baisse de Reffectif à un niveau suffisamment bas. Globalement, nous avons su le maintenir sous la barre fatidique pendant presque deux mois après le jour du déconfinement (le 11 mai). Rien n’empêche de retrouver cette situation. L’hypothèse retenue est de voir dans les prochaines semaines une baisse progressive avec une rapidité similaire à la période où nous avons perdu du terrain. Du 11 mai au 11 août, la valeur a grimpé d’environ 0,6 point donc à peu près 0,2 point par mois. Et si nous espérions maintenant une diminution de 0,2 point par mois ?

Projection de R(t) avec une hypothèse de décroissance à 0,2 point par mois, actualisation au 19/08/2020

En conséquence dans le simulateur CovidTracker

Pour cette nouvelle approche de la simulation CovidTracker, le graphique de la situation hospitalière est revu afin de présenter un scénario compatible avec les seuils admissibles. L’objectif étant d’illustrer à quelle condition une seconde vague resterait en dessous du seuil de la première. Prenons comme hypothèse la baisse de Reffectif évoquée à l’instant, tous les autres paramètres restent à valeur constante selon la période en cours. En détail, notre nouveau calcul donne les projections suivantes :

Projection du nombre de tests positifs PCR au coronavirus, actualisation au 19/08/2020

De fin août à septembre, l’évolution de la courbe du nombre de tests positifs resterait d’allure exponentielle. On pourrait donc voir le doublement du nombre de cas par rapport à début juillet vers la mi-septembre, comme évoqué dans la précédente simulation. Au niveau hospitalier, la situation serait :

Modélisation de la situation hospitalière avec l’hypothèse d’une deuxième vague sous contrôle, actualisation au 19/08/2020

Cette simulation permet d’illustrer l’hypothèse d’une seconde vague sous contrôle, celle-ci étant moins grosse que la première au début 2020. Le pic du nombre de patients en réanimation resterait inférieur à 3000 personnes. La situation ne serait pas facile pour autant dans les hôpitaux et il faudrait à nouveau bien du courage pour le personnel soignant.

En conclusion, le chemin critique

Pour conclure avec un clin d’œil informatique, cette méthode rappelle un outil fort appréciable dans la gestion de projet (notamment en informatique) : le chemin critique. Il s’agit de définir un enchaînement de tâches pour atteindre un objectif sous contrôle. Le chemin critique que nous pouvons proposer sur CovidTracker est illustré par le graphique montrant la baisse de Reffectif à un rythme de 0,2 point par mois. En cas d’écart sur ce chemin critique, par exemple si les contraintes en cours ne donnent pas assez d’effet, il faudrait s’attendre à un durcissement des mesures imposées par le Gouvernement.

Masques, gels SHA, distanciation sociale, télétravail… Aura-t-on assez de fournitures pour mettre en application le plan ? L’anticipation sera à nouveau une condition clé pour endiguer cette seconde vague.

Philippe Brouard

  1. […] critique” pour piloter la baisse de R, dans l’article du 19 août au sujet de l’endiguement de la seconde vague. La situation en cours est au dessus de ce chemin critique, mais avec une perspective de le […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *